Histoire entre Chopin et Liszt

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
jomoukaya
Messages : 1
Enregistré le : lun. 17 avr., 2017 17:03

Histoire entre Chopin et Liszt

Message par jomoukaya » lun. 17 avr., 2017 17:10

Bonjour,
Je me souviens avoir lu une histoire, dont l'authenticité était probablement doutée, mais qui m'avait marqué car elle illustrait subtilement la personnalité et les connivences entre les deux compositeurs. J'aimerais beaucoup retrouver cette histoire pour en relire les détails ; pour la résumer en une phrase : elle décrivait un concert de Liszt dans lequel Chopin a pris place au piano à un moment où toutes les lumières étaient éteintes de sorte que le public pense écouter Liszt alors qu'il s'agissait de Chopin jouant un de ses morceaux.
Quelqu'un a-t-il déjà entendu cette histoire, et où ? Est-elle avérée ?
Merci

Avatar du membre
Presto
Messages : 3533
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par Presto » lun. 17 avr., 2017 20:30

oui, on trouve l'anecdote dans le wiki qui lui donne une place inconsidérée si tant est qu'elle soit exacte :wink: :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fr%C3%A9d%C3%A9ric_Chopin
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
André Quesne
Messages : 3963
Enregistré le : lun. 19 juin, 2006 11:54
Mon piano : Yamaha C6

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par André Quesne » mar. 18 avr., 2017 2:31

Relation de pianistes entre Chopin et Liszt
La relation entre les deux plus grands pianistes de la première moitié du xixe siècle est à la fois complexe et caricaturale. Quelques témoignages d’amis des deux hommes restent la meilleure clé pour comprendre cette facette de la personnalité de Chopin. Il est assez difficile de résumer à la fois la volonté des deux artistes de se perfectionner dans leur domaine propre séparé mais aussi de s’affronter dans la course artistique. Le témoignage le plus caractéristique montrant à la fois l’éloignement du domaine de prédilection des deux artistes, mais aussi la volonté de chacun du dépassement artistique est celui de Charles Rollinat (familier de George Sand) : « Chopin jouait rarement. […] Liszt, au contraire, jouait toujours, bien ou mal. Un soir du mois de mai, entre onze heures et minuit, la société était réunie dans le grand salon. […] Liszt jouait un Nocturne de Chopin et, selon son habitude, le brodait à sa manière, y mêlant des trilles, des trémolos, des points d’orgue qui ne s’y trouvaient pas. À plusieurs reprises, Chopin avait donné des signes d’impatience ; enfin, n’y tenant plus, il s’approcha du piano et dit à Liszt avec son flegme anglais :

Je t’en prie, mon cher, si tu me fais l’honneur de jouer un morceau de moi, joue ce qui est écrit ou bien joue autre chose : il n’y a que Chopin qui ait le droit de changer Chopin.
Eh bien, joue toi-même ! dit Liszt, en se levant un peu piqué.
Volontiers, dit Chopin.
À ce moment, la lampe fut éteinte par un phalène étourdi qui était venu s’y brûler les ailes. On voulait la rallumer.

Non ! s’écria Chopin ; au contraire, éteignez toutes les bougies ; le clair de lune me suffit.
Alors il joua… il joua une heure entière. Vous dire comment, c’est ce que nous ne voulons pas essayer. […] L’auditoire, dans une muette extase, osait à peine respirer, et lorsque l’enchantement finit, tous les yeux étaient baignés de larmes, surtout ceux de Liszt. Il serra Chopin dans ses bras en s’écriant :

Ah ! mon ami, tu avais raison! Les œuvres d’un génie comme le tien sont sacrées ; c’est une profanation d’y toucher. Tu es un vrai poète et je ne suis qu’un saltimbanque.
Allons donc ! reprit vivement Chopin ; nous avons chacun notre genre, voilà tout. Tu sais bien que personne au monde ne peut jouer comme toi Weber et Beethoven. Tiens, je t’en prie, joue-moi l’adagio en ut dièse mineur de Beethoven, mais fais cela sérieusement, comme tu sais le faire quand tu veux.
Liszt joua cet adagio et y mit toute son âme. […] ce n’était pas une élégie, c’était un drame. Cependant, Chopin crut avoir éclipsé Liszt ce soir-là. Il s’en vanta en disant : « Comme il est vexé ! » (verbatim). Liszt apprit le mot et s’en vengea en artiste spirituel qu’il était. Voici le tour qu’il imagina quatre ou cinq jours après.

La société était réunie à la même heure, c’est-à-dire vers minuit. Liszt supplia Chopin de jouer. Après beaucoup de façons, Chopin y consentit. Liszt alors demanda qu’on éteignît toutes les lampes, ôtât les bougies et qu’on baissât les rideaux afin que l’obscurité fût complète. C’était un caprice d’artiste, on fit ce qu’il voulut. Mais au moment où Chopin allait se mettre au piano, Liszt lui dit quelques mots à l’oreille et prit sa place. Chopin, qui était très loin de deviner ce que son camarade voulait faire, se plaça sans bruit sur un fauteuil voisin. Alors Liszt joua exactement toutes les compositions que Chopin avait fait entendre dans la mémorable soirée dont nous avons parlé, mais il sut les jouer avec une si merveilleuse imitation du style et de la manière de son rival, qu’il était impossible de ne pas s’y tromper et, en effet, tout le monde s’y trompa.

Le même enchantement, la même émotion se renouvelèrent. Quand l’extase fut à son comble, Liszt frotta vivement une allumette et mit feu aux bougies du piano. Il y eut dans l’assemblée un cri de stupéfaction.

Quoi ? C’est vous !
Comme vous voyez !
Mais nous avons cru que c’était Chopin.
Tu vois, dit le virtuose en se levant, que Liszt peut être Chopin quand il veut ; mais Chopin pourrait-il être Liszt ?
C’était un défi ; mais Chopin ne voulut pas ou n’osa pas l’accepter. Liszt était vengé.

Aussi bien admiratifs l’un de l’autre, évitant aussi bien que poussant la comparaison, cet épisode de la vie des deux artistes, dans ses dernières phrases est un excellent résumé de la relation unissant les deux pianistes.
Il n'y a qu'une seule supériorité, celle du coeur. Ludwig Van BEETHOVEN

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9196
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par jean-séb » mar. 18 avr., 2017 9:35

Rubato nous avait raconté succinctement cette histoire :
viewtopic.php?p=64993#p64993
mais c'est bien d'en avoir la version longue, même si c'est -- peut-être -- du roman !

Avatar du membre
Presto
Messages : 3533
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par Presto » mar. 18 avr., 2017 11:24

Que ce soit dans la bio de Walker pour Liszt ou celle de zielinsky pour Chopin je n'ai pas vu cette anecdote rapportée, ni dans ce que j'ai lu d'Eigendinger le grand spécialiste de Chopin, alors j'ai des doutes, d'autant qu'elle est bien romancée par un poète ami de G Sand qui a notamment écrit :

"Chopin, frère du gouffre, amant des nuits tragiques,
Âme qui fus si grande en un si frêle corps,
Le piano muet songe à tes doigts magiques
Et la musique en deuil pleure tes noirs accords.

L’harmonie a perdu son Edgar Poe farouche
Et la mer mélodique un de ses plus grands flots.
C’est fini ! le soleil des sons tristes se couche,
Le Monde pour gémir n’aura plus de sanglots !

Ta musique est toujours – douloureuse ou macabre –
L’hymne de la révolte et de la liberté,
Et le hennissement du cheval qui se cabre
Est moins fier que le cri de ton cœur indompté.

Les délires sans nom, les baisers frénétiques
Faisant dans l’ombre tiède un cliquetis de chairs,
Le vertige infernal des valses fantastiques,
Les apparitions vagues des défunts chers ;

La morbide lourdeur des blancs soleils d’automne ;
Le froid humide et gras des funèbres caveaux ;
Les bizarres frissons dont la vierge s’étonne
Quand l’été fait flamber les cœurs et les cerveaux ;

L’abominable toux du poitrinaire mince..."

je crois qu'on peut arrêter là ...
je dois dire que ça fait mal aux oreilles et à la poésie :mrgreen:
on trouve la suite sur le wiki Rollinat : https://fr.wikisource.org/wiki/Chopin_(Rollinat)


Et même si elle est exacte, je n'aime pas cette histoire qui nous montre un Liszt cabotin / hargneux aux antipodes de celui qu'il fut réellement.
Ce qui m'étonne dans cette histoire c'est que souvent Chopin s'est affirmé contre Liszt dans le privé, et ce n'est pas à mettre à sa décharge et plutôt éclairant car 2 pianismes ont dû s'affronter, alors que de ce que j'ai vu, Liszt ne l'a jamais fait pour Chopin à part une ou deux saillies bien trouvées vu ce que l'on peut y faire : "le 2e scherzo, le scherzo de la ménagère" ...
Pas sûr que j'oserai le reprendre celui-là :oops:
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9196
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par jean-séb » mar. 18 avr., 2017 14:28

Presto a écrit :Liszt ne l'a jamais fait pour Chopin à part une ou deux saillies bien trouvées vu ce que l'on peut y faire : "le 2e scherzo, le scherzo de la ménagère" ...
Pas sûr que j'oserai le reprendre celui-là :oops:
J'ai de gros doutes sur l'authenticité de cette expression. La ménagère était fort peu utilisé dans ce sens à l'époque de Chopin. Peux-tu vérifier ?

Avatar du membre
Presto
Messages : 3533
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par Presto » mar. 18 avr., 2017 14:41

y a qu'à demander, mais arf, t'as raison et j'aurais dû tiquer, c'est de la gouvernante dont il est question, je te laisse apprécier le glissement sémantique qui a été le mien :wink: :
Image
Walker tII p 264, je laisse l'intégralité de la page parce qu'il une remarque sur la Toccata de Schumann qui me plaît bien, "c'est un morceau difficile" :wink: et une autre qui me plaît beaucoup moins "mordre dedans tant qu'on est jeune", pas drôle :?
J'adore cet' enthousiasme que Liszt a conservé jusqu'à la fin :!:
Modifié en dernier par Presto le mar. 18 avr., 2017 15:21, modifié 1 fois.
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9196
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par jean-séb » mar. 18 avr., 2017 15:10

J'ai l'impression que cette appellation vient des souvenirs de Siloti sur Liszt.

Avatar du membre
Presto
Messages : 3533
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par Presto » mar. 18 avr., 2017 15:17

Je ne sais pas mais peut-être que Siloti a été considéré comme une source fiable par Walker :wink:
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9196
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par jean-séb » mar. 18 avr., 2017 22:13

L'anecdote se trouve chez Siloti dès le début du XXe siècle :
https://books.google.fr/books?hl=fr&id= ... =governess
Elle est reprise par plusieurs auteurs :
https://books.google.fr/books?id=SAjCAg ... &q&f=false
https://books.google.fr/books?id=yRTZJL ... &q&f=false

Avatar du membre
Presto
Messages : 3533
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Histoire entre Chopin et Liszt

Message par Presto » mar. 18 avr., 2017 22:40

merci pour les liens, d'autres anecdotes du livre de Fridheim sont reprises dans le livre d'ailleurs.
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Répondre