L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » jeu. 07 févr., 2019 10:28

Bonjour à tous, je me permets de publier encore une fois dans cette rubrique quelque chose qui n'a absolument rien à voir avec le piano, et qui trouverait davantage sa place dans un forum de parents excédés, sauf que sur ces forums le nombre de fautes de syntaxe par ligne (et qui fait qu'à la fin souvent on ne comprend même plus où l'auteur voulait en venir) me dissuade d'intervenir; la forme ne peut être dissociée complètement du fond, et même si une pensée est peut être très pertinente, trop mal exprimée, elle perd toute sa force. D'ailleurs ce que je viens de dire sur le rapport forme/fond n'est pas totalement sans lien avec la suite de mon post, maintenant que j'y pense : il faut parfois mettre les formes pour ne pas risquer de compromettre le fond.
Je m'explique : pour ceux qui n'avaient pas suivi les épisodes précédents, un petit résumé : ma fille de 13 ans est odieuse avec nous en ce moment. Plus particulièrement avec moi, je dois dire. Mais en fait, un peu avec tout le monde. Au mieux, elle est désinvolte; la plupart du temps irrespectueuse, parfois méprisante, voire agressive. Normal allez-vous me dire, elle est ado; mais tout de même, j'ai été ado moi-même, mon mari aussi, et nous n'en revenons pas, tant nous ne nous serions jamais permis le quart de ce qu'elle dit/ce qu'elle fait.

Or, elle est sans doute particulièrement gratinée, mais je pense qu'elle n'est pas unique, et que pas mal d'ados sont comme ça maintenant. Il me semble que, peut-être, le problème vient (en partie) d'une valorisation excessive de l'individu, qui conduit notamment l'ado à se regarder le nombril toute la journée (c'est déjà une tendance normale des ados mais là en plus c'est une tendance générale de la société), et il est encouragé par l'environnement (je pense par ex à la psychologue de ma fille, qui la pousse à fond dans l'expression d'elle même en opposition par rapport à nous, pour tout de dire je regrette amèrement cette démarche de l'avoir conduite chez la psy mais c'est trop tard maintenant, si j'arrête les séances elle va encore plus me haïr).
En fait j'en veux à cette psy (et au contexte de la société plus généralement) car l'enfant/l'ado est tellement encouragé à être "lui même", à s'épanouir personnellement que cela le conduit à s'asseoir sans scrupules sur les autres (dont les parents mais pas que). Et in fine, cela nuit à son propre intérêt je pense, car du coup, la famille est en guerre, l'ambiance est horrible à la maison, et on n'a aucune envie de lui faire plaisir (au sale gosse, pourtant fruit de notre amour, et tout ça.)
On dit que l'amour pour les enfants est inconditionnel; certes, au fond de soi on sent bien qu'on aime encore son enfant, mais à force d'être poussé à bout, il y a plutôt de la détestation à la surface! On ne sait plus comment cohabiter avec cet ennemi sous son toit...
Ne devrait-on pas remettre au goût du jour les valeurs désuètes de l'évitement du conflit, de la politesse, de la retenue, voire, de l'hypocrisie si besoin, en tout cas en famille...? car se comporter à tout instant exactement comme on en a envie, faire la gueule au repas parce qu'on n'est pas content, dire aux gens tout le bien qu'on pense d'eux (en l'occurence à sa mère surtout), envoyer ch... ses vieux cons de parents, eh bien, peut-être que ça fait plaisir à ma fille sur le moment, et c'est plus facile pour elle, et peut être se sent elle plus libre, mais à long terme, elle est perdante, et tout le monde est perdant.

Qu'en pensez-vous...??

Jerome.A
Messages : 272
Enregistré le : mer. 17 janv., 2018 15:23
Mon piano : Roland FP-30

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Jerome.A » jeu. 07 févr., 2019 10:40

Si ta fille voit une psy as tu pense a aborder cette question avec la psy
Psy + toi et psy + ta fille + toi.

Car meme si elle veut etre qui elle veut il ne faut pas oublier non plus le respect des regles de vie en societe.

Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » jeu. 07 févr., 2019 10:58

... certes, j'y ai bien pensé et ça va se faire; mais ma réflexion était plus générale : pensez-vous que l'individualisation très poussée dans nos sociétés ait pour résultante des comportements problématiques notamment chez les enfants et les ados? l'incitation à se réaliser à tout prix, à exister pour soi, à s'exprimer pleinement et sans retenue, qu'on constate vraiment très fortement chez les ados et qui est encouragée par le contexte, ne risque-t-elle à terme pas de détruire la famille...? en effet une certaine harmonie (fruit de compromis, d'acceptation des règles) me semble nécessaire, et très délicate à obtenir dès lors que plus personne ne supporte la moindre frustration (qui suppose d'accepter de ne pas faire tout le temps ce dont on a envie et de faire preuve d'un minimum d'empathie. c'est peut être trop demander à un ado, mais à défaut de réelle empathie, au moins de la retenue...)

Avatar du membre
JPS1827
Messages : 3389
Enregistré le : lun. 25 avr., 2011 11:27
Mon piano : Steinway A, Seiler 122
Localisation : Bourg la Reine

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par JPS1827 » jeu. 07 févr., 2019 11:21

Apparemment elle ne se sent pas très bien. Le problème dans ces cas-là c'est que ceux qui sont dans la meilleure position pour essayer de comprendre ce qui se passe, faire preuve d'empathie, et qui sont quand même a priori les plus expérimentés, ce sont les parents. Je n'ai pas l'impression que lui demander de la retenue ou un peu plus de gentillesse puisse être très utile. La meilleure nouvelle, c'est que ça va se tasser, mais quand ? S'il y a un des deux parents qui s'entend un peu moins mal avec elle, prendre un peu de temps pour essayer de comprendre ce qui se passe sans s'énerver peut être utile (mais ce n'est pas toujours possible, je n'ai moi-même pas été si doué que ça quand mes filles et mon fils avaient cet âge). Les ados sont très sensibles à l'incohérence et à l'injustice, et de ce côté ils sont quand même servis… Je ne suis pas sûr de la société dans le sens où tu l'entends. Quant au rôle de la psy, ce n'est pas facile de s'en faire une idée pour les parents

Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » jeu. 07 févr., 2019 11:33

@JPS : je veux parler d'une société dans laquelle les règles se sont beaucoup diluées, la notion de hiérarchie/autorité beaucoup affaiblie, alors que l'individu triomphant est au contraire plus fort que jamais; pour moi ce cocktail est explosif, surtout avec les ados qui se sentent tous les droits - alors qu'en tant que parent on se sent à peine celui de leur faire une remontrance.

Quand j'étais ado, je n'étais pas toujours contente, je ne me sentais pas heureuse, je n'étais pas d'accord avec mes parents, mais je les respectais; je n'entrais pas en conflit ouvert avec eux. Et il me semble que tout le monde s'en portait plutôt mieux que si j'avais manifesté une rébellion ouverte. De ce fait, certes, mon comportement n'était pas toujours en accord avec mon ressenti profond; mais n'était ce pas un moindre mal? Au moins la famille pouvait fonctionner.

roulroul
Messages : 1538
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par roulroul » jeu. 07 févr., 2019 12:02

Apprendre au ados ( mais pas que... ) a dire bonjour, en se regardant dans les yeux, et a serrer une bonne pogne franche,
laisser tomber facedebouc, ou du moins en user avec retenue, me semble un bon début, pour espérer s' intégrer, et s' ouvrir vraiment aux autres.
Un peu d' autorité parentale a poigne n' a jamais tué personne.

D' un autre coté, le coté rebelle des jeunes a toujours existé, moi inclus, sous diverses formes et bien traversé les époques.
Ado, on croit tout connaitre de la vie, mais c'est archi-faux. Y a une expression Picarde qui dit "Il est plus vieux que son grand-père".
c'est tellement vrai.

Doodie L'alpaga
Messages : 179
Enregistré le : lun. 16 juil., 2018 17:43
Mon piano : Chavanne Trianon 120 Silencieux

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Doodie L'alpaga » jeu. 07 févr., 2019 12:53

Je n'ai pas d'enfants mais je te rejoins sur ce point : je pense qu'aujourd'hui, dans la société, on nous oblige à faire passer sa propre personne et personnalité avant tout, à grand coup de "chacun est unique !", "trouvez votre voix !" "ne rentrez pas dans le moule !", "ne soyez pas un mouton !", absolument partout, depuis la plus stupide des télés réalités, jusqu'à dans les plus sérieuses conférences du style TED. Et je pense que ça a une réelle influence néfaste sur l'ensemble de la société !
je n'irai pas jusqu'à dire que c'est à cause de ça que les crises d'ado sont de pire en pire. Il y a peut-être une composante due à ça. Mais, ayant vécu mon adolescence dans les années 2000 - 2010, pour moi ce qui m'a le plus impacté c'est quand j'ai commencé à comprendre comment le monde fonctionne.
Je m'explique : à l'adolescence, on commence à être attentif au monde qui nous entoure, on sort du petit cocon familial, et on trouve quoi ? Un système politique corrompu et qui ne fonctionne plus, une justice qui ne fonctionne plus, le climat qui est foutu, la pollution qui ne fait qu'augmenter, ... bref : un monde de merde qui fonce droit dans le mur. Si on rajoute à ça le collège/lycée qui n'est pas très intéressant, les premiers amours, le corps et l'esprit qui se transforment, ... on a l'impression de perdre tout contrôle et de n'avoir aucune liberté dans notre vie. Dit autrement : on a l'impression de subir absolument tous les aspects de la vie. D'où les conflits avec ce qui fait le plus office d'autorité : les parents et les profs. D'où aussi le réflexe de se renfermer sur soi et de ne penser qu'à sa petite personne.

Je ne pense pas que ça ait quoi que ce soit à voir avec la politesse ou les bonnes manières. Je n'ai pas l'impression que mes frères/sœurs et moi même sommes moins polis ou moins bien élevés que nos parents. Je pense que ça a surtout à voir avec un monde qui est de plus en plus compliqué et de plus en plus pourri dans absolument tous les aspects et à toutes les échelles (locale, nationale, mondiale).

Bien évidemment, ça c'est le point de vue de l'ado. Le point de vue des parents est certainement très différent, je n'en sais rien :mrgreen: Je ne cherche surtout pas à défendre les ados ni à faire de la psychologie, c'est simplement ce que moi j'ai ressenti pendant cette période. Je n'ai pas non plus de solution à proposer.

Si ça peut t'aider :wink:

Yths
Messages : 46
Enregistré le : ven. 30 nov., 2018 22:51

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Yths » jeu. 07 févr., 2019 13:33

Je ne pense pas que la société soit en cause, cela fait des millénaires qu'on se questionne sur la nouvelle génération. Le constat reste toujours le même, car l'Homme est ce qu'il est, un simple Homme.
Certes on tend à une génération plus narcissique que les autres (qui se reflète assez bien par le mode de vie généralisé à base d'autocontemplation à longueur de journée, la sécrétion d'endorphine par le like..), mais à l'heure de la mondialisation j'ai du mal à penser que le culte de l'individualisme va triompher. La façon de communiquer change, certes, mais on n'en retient que les mauvais côtés ! C'est une chance inouï de disposer de tout ces outils, même si je suis d'accord pour dire qu'il y a une vraie éducation à mener là-dessus derrière.
De toute façon on est pris dans un engrenage infernal et sauf intervention du Big One il faudra faire avec. :mrgreen:

roulroul
Messages : 1538
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par roulroul » jeu. 07 févr., 2019 14:01

La société n'est pas parfaite, je suis le premier a m' insurger ( parfois y compris ici, faut me supporter ! ) parce qu' on oblige les jeunes a fréquenter les bancs de l' école jusqu' a 25 piges, et a être bardés de diplômes, et parce que que ça ne suffit pas pour trouver du taf, une fois la scolarité finie : il faut encore envoyer 40 CVs,souvent sans réponse, ou une réponse bateau "ben on est désolé, tout ça..."
et passer autant d' entretiens, un peu humiliant tout ça, il faut absolument le soutien moral et logistique de la part des parents.
Les emplois non qualifiés sont souvent occupés par des jeunes trop qualifiés, justement, et ça les jeunes s' en rendent bien compte,
ils sont tout sauf des c...

La société est pourrie, comme dit plus haut, je suis d' accord a 200 %.
Cependant, il faut tempérer tout ça, je suis génération "mobylette" oui, la bleue qui servait a faire le con, et surtout a se rendre au taf, aujourd'hui, c'est plutôt la génération " Twingo", de ce point de vue c'est un net progrès, et c'est tant mieux.
Les jeunes vont arriver dans un monde ou on va tout, ou presque, soigner, même la plus dégueulasse des maladies, pour la génération précédente, moi, et beaucoup de ceux qui interviennent ici, on se contentait de nous filer une poignée de médocs pour espérer prolonger un peu de vie. Donc du mieux, sous certains cotés...

Yths
Messages : 46
Enregistré le : ven. 30 nov., 2018 22:51

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Yths » jeu. 07 févr., 2019 14:12

roulroul a écrit :
jeu. 07 févr., 2019 14:01
La société n'est pas parfaite, je suis le premier a m' insurger ( parfois y compris ici, faut me supporter ! ) parce qu' on oblige les jeunes a fréquenter les bancs de l' école jusqu' a 25 piges, et a être bardés de diplômes, et parce que que ça ne suffit pas pour trouver du taf, une fois la scolarité finie : il faut encore envoyer 40 CVs,souvent sans réponse, ou une réponse bateau "ben on est désolé, tout ça..."
et passer autant d' entretiens, un peu humiliant tout ça, il faut absolument le soutien moral et logistique de la part des parents.
Les emplois non qualifiés sont souvent occupés par des jeunes trop qualifiés, justement, et ça les jeunes s' en rendent bien compte,
ils sont tout sauf des c...

La société est pourrie, comme dit plus haut, je suis d' accord a 200 %.
Cependant, il faut tempérer tout ça, je suis génération "mobylette" oui, la bleue qui servait a faire le con, et surtout a se rendre au taf, aujourd'hui, c'est plutôt la génération " Twingo", de ce point de vue c'est un net progrès, et c'est tant mieux.
Les jeunes vont arriver dans un monde ou on va tout, ou presque, soigner, même la plus dégueulasse des maladies, pour la génération précédente, moi, et beaucoup de ceux qui interviennent ici, on se contentait de nous filer une poignée de médocs pour espérer prolonger un peu de vie. Donc du mieux, sous certains cotés...
T'as une bonne génération de retard roulroul maintenant on va bosser en trottinette électrique (et sans casque) https://www.sciencesetavenir.fr/sante/l ... ers_131147 :mrgreen:

roulroul
Messages : 1538
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par roulroul » jeu. 07 févr., 2019 14:31

T'as une bonne génération de retard roulroul maintenant on va bosser en trottinette électrique (et sans casque)
Oui, mon fils réserve ces engins la sur son téléphone, je suis épaté....

Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » jeu. 07 févr., 2019 14:39

Doodie L'alpaga a écrit :
jeu. 07 févr., 2019 12:53
Je n'ai pas d'enfants mais je te rejoins sur ce point : je pense qu'aujourd'hui, dans la société, on nous oblige à faire passer sa propre personne et personnalité avant tout, à grand coup de "chacun est unique !", "trouvez votre voix !" "ne rentrez pas dans le moule !", "ne soyez pas un mouton !", absolument partout, depuis la plus stupide des télés réalités, jusqu'à dans les plus sérieuses conférences du style TED. Et je pense que ça a une réelle influence néfaste sur l'ensemble de la société !
je n'irai pas jusqu'à dire que c'est à cause de ça que les crises d'ado sont de pire en pire. Il y a peut-être une composante due à ça. Mais, ayant vécu mon adolescence dans les années 2000 - 2010, pour moi ce qui m'a le plus impacté c'est quand j'ai commencé à comprendre comment le monde fonctionne.
Je m'explique : à l'adolescence, on commence à être attentif au monde qui nous entoure, on sort du petit cocon familial, et on trouve quoi ? Un système politique corrompu et qui ne fonctionne plus, une justice qui ne fonctionne plus, le climat qui est foutu, la pollution qui ne fait qu'augmenter, ... bref : un monde de merde qui fonce droit dans le mur. Si on rajoute à ça le collège/lycée qui n'est pas très intéressant, les premiers amours, le corps et l'esprit qui se transforment, ... on a l'impression de perdre tout contrôle et de n'avoir aucune liberté dans notre vie. Dit autrement : on a l'impression de subir absolument tous les aspects de la vie. D'où les conflits avec ce qui fait le plus office d'autorité : les parents et les profs. D'où aussi le réflexe de se renfermer sur soi et de ne penser qu'à sa petite personne.
Oui peut-être... mais je ne suis pas sûre que ma fille se rende bien compte de tout ça : on ne regarde jamais les infos le soir avec elle, je ne pense pas qu'elle se soit abonnée au Monde en cachette. Reste les discussions entre copines mais ça m'étonnerait beaucoup que ça parle politique ou justice corrompue. Ce dont elle doit davantage avoir conscience, car nous le lui avons assez répété il faut l'avouer, c'est que la vie n'est pas "donnée" : il faut la "gagner" justement... et pour cela faire des études correctes si possible... donc oui, nous lui avons fait passer ce message d'une certaine dureté du monde, c'est vrai que c'est sans doute anxiogène quand on est ado... mes parents avaient fait de même avec nous. Je ne sais pas si c'était bien ou pas; mais au contraire de ma fille visiblement, ça nous a plutôt poussées à travailler à l'école (ma soeur et moi.)

Serge
Messages : 1465
Enregistré le : ven. 07 mars, 2008 18:50

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Serge » jeu. 07 févr., 2019 14:51

Bonjour, aime t elle les animaux, chiens chats, poneys ....?

Il y a aussi la piste assistantes sociales. Elles sont souvent confrontées à ce genre de situation.

Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » jeu. 07 févr., 2019 15:08

euh... l'assistante sociale?? ça me semble bizarre dans ce contexte. Je me trompe peut-être mais pour moi les assistantes sociales c'est plutôt pour des familles confrontées à des problèmes graves, dysfonctionnelles dans leur ensemble? Or nous n'en sommes pas là; à part les soucis avec ma fille aînée ça se passe bien :-)
Oui elle aime bien les animaux, mais là non plus je ne vois pas très bien le rapport avec la choucroute si je puis dire? nous avons pris deux chats pour faire plaisir aux enfants justement et je l'inscris à des colonies d'équitation, donc j'ai un peu le sentiment de faire le maximum; ça ne doit pas être ça le souci car ça ne la rend pas plus aimable... !
de toute façon je ne cherchais pas vraiment de conseil individuel ici, mon idée était plutôt d'avoir un retour des PMistes sur l'évolution de la société et des rapports entre les parents et les enfants, et les liens éventuels de cette évolution avec le triomphe de l'individualisme et du narcissisme que tout un chacun peut constater; j'en veux pour preuve l'usage continu du téléphone pour se filmer et la poursuite obsessionnelle des "like"...
Modifié en dernier par Galadrielle le jeu. 07 févr., 2019 16:22, modifié 1 fois.

6gale13
Messages : 145
Enregistré le : dim. 03 juin, 2018 17:46
Mon piano : yamaha UX-1 et yamaha SU 118c (la 441,8)

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par 6gale13 » jeu. 07 févr., 2019 16:01

Dans le concert d'avis fatalistes "les ados sont ainsi" et "soyez-vous même" on peut trouver quelques idées divergentes. Suivant les travaux d'Hofstede, les sociétés sont plus ou moins individualistes ou collectivistes. Pour conduire moi-même des recherches académiques sur ces deux types de société, il apparaît que les régularités psychosociales établies dans les société individualistes ne se retrouvent pas nécessairement dans les sociétés collectivistes. Dans ces dernières les arbitrages sont moins centrés sur les intérêts directs de l'individu mais font largement intervenir le regard du groupe social. En contrepartie, les pressions sociales sont plus fortes. Donc, oui, si ta fille était plongée dans une norme sociale qui lui affirme clairement que le respect pour les parents et les personnes plus âgées qu'elle est un devoir, que c'est au prix de cette conformité à l'avis du groupe qu'elle sera acceptée et reconnue, alors oui, très certainement elle se comporterait différemment.

Il y a quelques années j'avais trouvé un essai très intéressant dont j'ai hélas perdu la trace. Il affirmait que la crise d'adolescence était largement un produit de la réunion en ce même lieu qui est l'école ou le pensionnat de nombreux jeunes gens. Par le passé, lorsque l'adolescent était tout seul de sa catégorie dans un atelier de chaudronnerie entourés d'homme plus âgés que lui, les manifestations de ce que nous nommons la crise de l'adolescence n'avaient pas lieu.

D'une manière générale, cela pose la question de savoir si les choses qui nous semblent naturelles dans notre temps et notre lieu (ici déterminisme individuel et sentiment d'appartenance à un groupe identifié"ado") sont des lois universelles ou si elles sont le produit d'une contingence contextuelle.

Tout cela ne t'aidera probablement pas à éduquer ta fille (et moi mes ados dans quelques années) mais ça répond peut être de manière non consensuelle à tes questions.

Terpsichore
Messages : 307
Enregistré le : mer. 02 mai, 2018 8:39

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Terpsichore » jeu. 07 févr., 2019 17:40

Hum....je suis partagée. Je n'ai pas d'enfant mais je me souviens hélas très bien de mon adolescence (la période 10/15 ans en particulier) qui s'est déroulée fin des années 80 début des années 90.

Les temps ont changé oui, les parents eux-mêmes ont changés mais la " crise d'adolescence s'est toujours produite. Plus ou moins visible ( comme l'apprenti chaudronnier vs le collège ).
Et c'était déjà le cas dans l'Antiquité.

S'il y a divergence d'opinion avec la psy, commencer par lui en parler puis en parler avec la psy et ta fille.

En parler à l'école ?
Ses amis? Elle en a?

Parce que clairement, ta fille est malheureuse.
Ça ne veut pas dire que c'est de ta faute hein, j'imagine qu'en plus de l'exaspération compréhensible et il a de la douleur pour des parents qui se sentent impuissants.

leLama
Messages : 1376
Enregistré le : mar. 11 oct., 2011 18:50

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par leLama » jeu. 07 févr., 2019 22:55

L'evolution individualiste/narcissique d'une partie de la société ne me semble pas specialement lié aux problemes d'adolescence.

Dans mon souvenir, ce qui était difficile quand j'étais ado, c'est que mes parents voulaient me dire ce que je devais faire, et que je ne leur reconnaissais plus cette légitimité. J'avais un avis, envie de faire comme je le sentais, et ça ne correspondait pas forcément à la vision de mes parents. Il me semble que c'est un ressort fréquent des conflits parents/ado.

J'aurais voulu qu'on me parle comme un oncle ou un ami qui vient à la maison, avec des rapports symériques qui interdisent le jugement. Je ne comprenais pas pourquoi ils pouvaient s'autoriser a me dire que ma chambre etait mal rangee si de mon côté je n'avais pas le droit de juger la façon dont ils rangeaient leurs affaires.

C'est un age ou j'avais envie d'experimenter, de tester les regles qu'on m'avait transmises, y compris en faisant le contraire, juste pour voir, Les conseils et jugements ( parfois lisibles seulement dans la nuance d'une formulation ) étaient particulierement mal venus parce qu'ils étaient un frein a l'experimentation, qui était mon projet principal de ces ages la.

Galadrielle
Messages : 307
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Galadrielle » ven. 08 févr., 2019 9:20

... expérimenter c'est normal et sain je suppose à ces âges là, encore faut-il que ça n'aie pas trop de conséquences sur l'avenir. Je suppose que les parents doivent jouer ce rôle de garde-fou et dans ce sens là on ne peut pas se comporter comme un ami ou un oncle bienveillant; on est hélas responsables (je m'en passerais bien).
Quant aux choses un peu annexes du type "range ta chambre", je suis d'accord que ce n'est pas forcément l'affaire des parents de contrôler ce genre de choses; mais il est un peu déstabilisant qu'une enfant extrêmement ordonnée (voire un peu trop) se change en souillon (concernant sa chambre, car pour ce qui est de sa personne, elle est au contraire très tatillonne...!). Ce qui est déstabilisant, en fait, est le sentiment que tout ce qu'elle fait est non pas tant pour découvrir, ou se découvrir, que pour être contre (en l' occurrence, contre nous, ses parents.)
Alors peut être rentre-t-il dans nos attributions de le supporter. Cependant là encore je crains qu'elle ne gâche complètement son avenir. Car j'ai aussi le sentiment que les résultats scolaires en baisse, c'est quelque part contre nous... ce qui me semble dangereux pour elle.
Quant au fait qu'elle soit "malheureuse", le terme me semble excessif, mais qu'elle ne soit pas très heureuse c'est sûrement vrai. Mais peu d'ados le sont. Je ne l'étais pas moi-même. Est-ce une raison pour tout foutre en l'air? Et ce n'est pas comme si je n'avais pas essayé de l'aider... A un moment, il faut le dire, on en a juste assez; on n'est pas un roc. Le parent aussi est une personne!! J'aimerais que ma fille parfois le comprenne.
Bon je crois que je vais arrêter là sur ce sujet, parce qu'on s'éloigne vraiment énormément de l'esprit du forum, même pour la rubrique "divers" :-)
Merci en tout cas aux personnes qui ont pris la peine de me répondre.

roulroul
Messages : 1538
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par roulroul » ven. 08 févr., 2019 12:23

Sans compter qu'un 4 sur 20 en math pour notre ado chéri peut d'une certaine manière se comparer a 3 points en moins sur le permis,
en tant qu' adulte, parce que j'ai roulé a 97 au lieu de 80. Je me voyais mal engueuler mon fils style "range ta chambre" étant donné que de mon coté mon atelier est rangé en bordel.

Terpsichore
Messages : 307
Enregistré le : mer. 02 mai, 2018 8:39

Re: L'individualisation poussée à l'extrême dans notre société : conséquences dans les relations familiales

Message par Terpsichore » ven. 08 févr., 2019 14:26

Aaah le "range ta chambre!" Qui faisait tant rager mon père ! (grand bordelique devant l'Eternel) une fois, il l'a "nettoyée " en mon absence , autant dire que je ne lui ai toujours pas pardonné.
La chambre d'un ado, c'est son refuge, son seul endroit perso, on se construit beaucoup dans sa chambre alors ça se traduit souvent par du flou artistique...ou du bordel selon les parents. Les limites, ce serait de penser à sortir le linge sale (mais pas avant qu'il n'ait plus rien de propre) et c'est à l'ado de le faire. Idem pour les reliefs de nourriture qui y traînent souvent. Le reste....c'est son domaine alors lâcher du lest là-dessus-dessus.
Pour l'école...je comprends ton angoisse mais est-ce vraiment problématique ? A-t-elle déjà trouvé ce qu'elle aimerait comme métier ? Comme études ? Arrives tu à avoir de vraies conversations avec elles sans que cela tourne à l'engueulade ou au "oui ,oui maman" blasé ?
Modifié en dernier par Terpsichore le ven. 08 févr., 2019 17:45, modifié 1 fois.

Répondre