L'orgue

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

Pour apporter mon témoignage à l'édifice, je vais parler de mon cas: j'ai commencé l'orgue il y a un peu plus d'un an et demi. J'avais joué toutes sortes d'oeuvres de Bach auparavant, et jouer certaines de ses pièces d'orgue (en particulier les sonates en trio) me paraissait devoir rester du domaine du rêve, que je ne pensais pas concrétiser un jour. Mais lorsque j'ai eu la place de mettre un orgue numérique chez moi, je n'ai pas eu à réfléchir longtemps, Bach et mes rêves de jeunesse avaient réfléchi pour moi.

Je confirme que le pédalier est beaucoup moins facile qu'il n'en a l'air. Avant que je ne m'y mette, un organiste m'avait dit, après m'avoir vu jouer des préludes et fugues, que je n'aurais pas de mal. A posteriori, j'ai la même impression que lorsqu'on m'emmenait chez le dentiste quand j'étais gosse: "mais non, ça ne va pas te faire mal"... Tu parles! Heureusement que c'est quand même plus plaisant que le dentiste. :lol:

Pour commencer, au tout début, on a les cuisses et les abdominaux tellement "destroyés" au bout de 5 mn de jeu au pédalier qu'on se dit que c'est impossible. Ensuite, après avoir vu sur "Toitube" des vidéos de croulants octogénaires s'agitant sur leur pédalier comme sur un taureau de rodéo tout en faisant de la très bonne musique, on se dit qu'il n'y a pas de raison, ça doit être possible. Et en effet, au bout de quelques semaines de travail régulier, la fatigue disparaît peu à peu, au moins pour des pièces pas trop "physiques". :|

Ensuite, il y a le problème des chaussures. Ayant la mauvaise idée de vivre sur un grand pied (46 fillette, voire plus selon les marques), je me suis encore dit que je n'y arriverais jamais: impossible de croiser les pieds (espace trop restreint), et mes "péniches" accrochaient les touches adjacentes, comme le souligne Jacques. J'ai fini par réaliser que primo, il fallait éliminer toutes les chaussures à "bordures" pour les frictions entre elles et pour les touches, secundo il me fallait impérativement me chausser 3 ou 4 tailles en dessous si je voulais avoir une chance de croiser les pieds sans reculer mon siège tellement loin qu'il me faudrait jouer les bras tendus et penché en avant (très fatigant). Résultat: avec mes "escarpins d'orgue", lorsque je me lève de mon orgue, j'amuse beaucoup mes amis, je suis comme Augustin-Bourvil qui se fait refiler des chaussures trop petites par Stanislas Lefort-de Funès dans "La grande Vadrouille". :mrgreen:

Mais ce n'est pas fini: mes grands panards terminent fort logiquement de longues jambes. Or, les sièges d'orgue (non réglables en hauteur à l'origine) sont calibrés pour les tailles très inférieures des siècles passés. Mon tibia étant bien trop long, je suis obligé de lever les jambes au point où le fémur ne repose plus du tout sur le banc. Donc le jeu détaché au pédalier signifie être en équilibre instable sur la pointe des fesses. Peut-être que si je grossissais un peu de ces dernières, ça irait mieux pour la stabilité, mais pour des raisons esthétiques compréhensibles, j'ai préféré expérimenter des systèmes de cales en bois (tasseaux) sous le banc. :mrgreen: :mrgreen:

Pour finir et comme tout le monde le signale: la lecture des 3 portées et la synchronisation des 4 membres est source de nœuds gordiens au cerveau. De ce point de vue, avec de la patience, ça s'améliore petit à petit (la pratique des fugues aide aussi, je pense) mais comme tout le monde, j'inverse souvent la main gauche et le pédalier. D'ailleurs, je suis curieux de savoir si les gauchers inversent également leur main gauche avec le pédalier, ou si c'est la main droite.

Il me reste maintenant la difficulté suprême: être capable d'être propre et précis au pédalier dans une pièce rapide et acrobatique et ça, je ne sais pas encore combien de temps ça va me prendre ni si j'y arriverai un jour. #-o
piano bien tempéré
Messages : 4686
Enregistré le : mar. 06 févr., 2007 22:52

Re: L'orgue

Message par piano bien tempéré »

Comme au piano : faire ses gammes :wink:
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Eh oui, la méthode Dupré est bien, progressive.
Bon, comme au piano, il ne faut pas non plus passer trop de temps sur les exercices, les soucis surviennent aussi quand les mains jouent en même temps...
En effet, j'ai également eu la surprise de voir ma main gauche exécuter des notes prévues pour la pédale, et inversement.
Voilà qui pourrait intéresser un chercheur du cerveau ! :mrgreen:
Pour débuter, les petits préludes et fugues de Bach, comme le Petit Livre d'orgue (les 45 chorals) prévus à cet effet par le Cantor, constituent une base idéale.
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Solfège
Messages : 729
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'orgue

Message par Solfège »

Effectivement mon professeur d'orgue m'a fait commencé par les petits préludes et fugues. Il trouvait que c'était aussi profitable que de faire des exercices qui pourraient devenir rébarbatif par la suite. Et quelque temps après il m'a donné les préludes et fugues car ils étaient plus long et donc que c'était bien pour l'endurance. Par contre il me disait que je pouvais travailler les 2 mains au piano sans chercher à rajouter le pédalier. Car comme Jacques et Midas je me suis retrouvé à jouer avec la main gauche le pédalier ou inversement et je suis droitier.
Par contre côté pointure c'est du 41 donc tout va bien mais pour la taille je mesure 1m68 au garrot et pour jouer les notes extrêmes cela n'est pas évident. Il faut que le réglage de l'avancement du banc soit réglé au millimètre sinon la manœuvre risque d'être acrobatique. Heureusement qu'avec la pratique tout rentre dans l'ordre mais il faut avouer que les débuts sont plus ou moins cocasses. Mais bon ça fait partie des bons souvenirs de débutant.
Finalement je m'aperçois que les problèmes de synchronisation sont les plus difficiles à résoudre et demandent un travail spécifique si on ne veut pas se retrouver dans une situation périlleuse au cours d'une célébration. D'ailleurs la validation d'un morceau ne se fait que si cette synchronisation est parfaite..
Salutations musicales.
Avatar du membre
jean-séb
Messages : 10839
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: L'orgue

Message par jean-séb »

Solfège a écrit : jeu. 05 août, 2021 22:19 Car comme Jacques et Midas je me suis retrouvé à jouer avec la main gauche le pédalier ou inversement et je suis droitier.
J'avais exactement le même problème. Ça doit être un grand classique.
roulroul2
Messages : 749
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'orgue

Message par roulroul2 »

"Ayez pitié de moi, ô Seigneur Dieu" En Français. Effectivement, s'il y a un Bon Dieu, j’espère qu'il aura pitié de nous, nous autres terriens.. :mrgreen:
Je préfère la deuxième version ou le son "claque" mieux. Affaire de gout. Cela dit, les deux versions sont bien jouées. Super.
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

jean-séb a écrit : ven. 06 août, 2021 8:07
Solfège a écrit : jeu. 05 août, 2021 22:19 Car comme Jacques et Midas je me suis retrouvé à jouer avec la main gauche le pédalier ou inversement et je suis droitier.
J'avais exactement le même problème. Ça doit être un grand classique.
C'est pour ça que j'attends avec impatience le témoignage d'un gaucher: est-ce aussi la main gauche qu'il inverse ou la droite?

En ce qui concerne les gammes, ce n'est pas vraiment la chose la plus difficile au pédalier, on s'en sort à peu près sans regarder ses pieds. A partir des arpèges, ça se corse, puis les octaves, enfin, les intervalles aléatoires, surtout à une extrémité du pédalier pendant que les mains se superposent au côté opposé. De ce point de vue, c'est vrai que je suis avantagé par rapport à Solfège, puisque je n'ai pas de problème à atteindre les extrémités, y compris avec les deux pieds. La difficulté consiste à se rétablir, parce que même avec ma taille, je glisse vers l'avant, et il faut trouver un moyen de se remettre en arrière, et aussi dans l'axe. Et là, je cherche encore les techniques: pousser avec un pied sur le pédalier, s'agripper au banc d'une main libre (quand c'est possible), s'appuyer sur le clavier avec les mains (si c'était un piano, ça ferait des fortissimos indésirés) etc., ça n'a l'air de rien, mais dans la vitesse, ça perturbe, et si on reste de travers à un moment imprévu, c'est là qu'on perd toute précision et qu'on met à côté. Ma comparaison avec le rodéo n'est pas si exagérée que ça.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Chose promise, chose due, voici une nouvelle version de BWV 533, plus dynamique, au phrasé résolument baroque, cette fois sur l'orgue de Friesach (Allemagne).

C'EST ICI

C'est bien la première fois que je joue une pièce avec un tel phrasé, même à l'époque je ne l'avais jamais fait, comme quoi il y a un début à tout ! :wink:
Finalement c'est plaisant à exécuter, ça m'a pris du temps parce que cela a bouleversé tout le jeu, mais c'est enrichissant ! :)

Registration du Prélude : Fonds 16/8/4/2, Anches 16/8/4, Mixtures.
Registration de la Fugue : Fonds 8/4, Anches 8/4, + Cornet.
Pédale Anches et fonds 16/8/4.
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Solfège
Messages : 729
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'orgue

Message par Solfège »

J'aime bien cette version également. Elle est dynamique et le phrasé baroque convient bien aussi. Que ce soit pour le prélude ou pour la fugue toutes les notes sont intelligibles même pour le pédalier et le fait d'avoir utilisé le phrasé baroque contribue à cette netteté et à ce dynamisme. Le choix des jeux notamment les jeux de anche et notamment le cornet pour la fugue contribuent aussi au côté baroque.
Finalement les différentes versions sont chacune intéressantes car elles peuvent être utilisées selon les jeux choisis pour un morceau d'entrée d'offertoire où morceaux de sortie.
C'est d'ailleurs ce que je trouve intéressant chez Bach. Le fait de ne pas donner d'indications de tempo ou d'utilisation des jeux permet d'adapter plus facilement les morceaux.
Encore merci Jacques pour ce récital. C'est un régal.
Salutations musicales
Solfège
Messages : 729
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'orgue

Message par Solfège »

Midas a écrit : ven. 06 août, 2021 10:06
jean-séb a écrit : ven. 06 août, 2021 8:07
J'avais exactement le même problème. Ça doit être un grand classique.
C'est pour ça que j'attends avec impatience le témoignage d'un gaucher: est-ce aussi la main gauche qu'il inverse ou la droite?

En ce qui concerne les gammes, ce n'est pas vraiment la chose la plus difficile au pédalier, on s'en sort à peu près sans regarder ses pieds. A partir des arpèges, ça se corse, puis les octaves, enfin, les intervalles aléatoires, surtout à une extrémité du pédalier pendant que les mains se superposent au côté opposé. De ce point de vue, c'est vrai que je suis avantagé par rapport à Solfège, puisque je n'ai pas de problème à atteindre les extrémités, y compris avec les deux pieds. La difficulté consiste à se rétablir, parce que même avec ma taille, je glisse vers l'avant, et il faut trouver un moyen de se remettre en arrière, et aussi dans l'axe. Et là, je cherche encore les techniques: pousser avec un pied sur le pédalier, s'agripper au banc d'une main libre (quand c'est possible), s'appuyer sur le clavier avec les mains (si c'était un piano, ça ferait des fortissimos indésirés) etc., ça n'a l'air de rien, mais dans la vitesse, ça perturbe, et si on reste de travers à un moment imprévu, c'est là qu'on perd toute précision et qu'on met à côté. Ma comparaison avec le rodéo n'est pas si exagérée que ça.
Je partage tout à fait ta conclusion sur la comparaison avec le rodéo
Et encore j'ai oublié de préciser qu'au pied gauche j'ai eu une fracture luxation suite à une chute en VTT. Cela fait maintenant presque 20 ans mais j'ai une gêne au niveau de l'articulation car j'ai une plaque avec des vis. Donc j'ai un peu de mal pour faire talon pointe où attraper le do1 du pédalier si c'est rapide. Il faut donc que j'ai des chaussures très souples. Mais bon on arrive à s'adapter car il y a toujours la passion et la volonté.
Salutations musicales.
piano bien tempéré
Messages : 4686
Enregistré le : mar. 06 févr., 2007 22:52

Re: L'orgue

Message par piano bien tempéré »

Pout être bien assis à une console d'orgue il faut avoir l'avant du banc à mi-cuisse . Pour la bonne hauteur du banc il faut que , assis dans cette configuration , les talons effleurent les touche "blanches" . Pour la position avant-arrière du banc il faut que le bout des chaussures effleurent l'avant des dièzes du pédalier lorsqu'on laisse pendre librement les jambes . Le banc réglable en hauteur est évidemment hautement souhaitable .... Sinon cales adaptables au piétement du banc .

Je transige parfois lorsque la pédale d'expression est haute par rapport au pédalier ce qui fait que les genoux cognent contre le dessous du premier clavier lorsque je m'assois dans la configuration décrite au dessus . Ce qui n'arrive pas à la console de l'orgue dont je suis titulaire la pédale d'expression étant placé à droite comme à la cathédrale de Nancy (voir photo article WIKI sur cet orgue) de plus le pédalier est en retrait de 27 cm par rapport à la verticale passant par l'avant des touches du premier clavier .

Le banc à mi-cuisse est souhaitable pour les muscles du dos qui morflent lorsqu'on est assis trop au bord #-o
Modifié en dernier par piano bien tempéré le dim. 12 sept., 2021 15:13, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Il faut en effet être suffisamment à l'aise, le buste droit, pour pouvoir pivoter sur le séant afin que les jambes s'orientent vers les marches à atteindre.

Question hauteur des pieds par rapport au pédalier, peut-être est-ce une illusion, mais je crois remarquer que les organistes qui ne jouent qu'avec les pointes ont tendance à incliner beaucoup les pieds vers ces pointes, tandis que l'école permettant l'usage des talons fera que la plante des pieds sera plus parallèle aux marches et donc plus proche de ces dernières.

Pour les solos de Pédale, j'ai gardé le réflexe de me tenir au banc.

Je me rappelle aussi que mon professeur à mes débuts m'incitait à ne pas écarter les jambes, et au contraire à les joindre au maximum.

La hauteur du banc, la place sous les claviers, sont fort variables selon les instruments ! :roll:
La norme allemande voulait aussi que le deuxième ré du pédalier corresponde à la verticale du 3ème ré du clavier le plus bas, je n'ai pas eu l'impression qu'elle fût largement respectée...

Il est amusant de constater à quel point on se souvient des premiers conseils malgré les années !
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Solfège a écrit : ven. 06 août, 2021 20:49 J'aime bien cette version également. Elle est dynamique et le phrasé baroque convient bien aussi. Que ce soit pour le prélude ou pour la fugue toutes les notes sont intelligibles même pour le pédalier et le fait d'avoir utilisé le phrasé baroque contribue à cette netteté et à ce dynamisme. Le choix des jeux notamment les jeux de anche et notamment le cornet pour la fugue contribuent aussi au côté baroque.
Finalement les différentes versions sont chacune intéressantes car elles peuvent être utilisées selon les jeux choisis pour un morceau d'entrée d'offertoire où morceaux de sortie.
Merci Denis, et de toutes les façons cela m'a obligé à bosser pas mal heures depuis deux jours, mais il est toujours bénéfique de travailler ! :)
C'est d'ailleurs ce que je trouve intéressant chez Bach. Le fait de ne pas donner d'indications de tempo ou d'utilisation des jeux permet d'adapter plus facilement les morceaux.
C'est certain !
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

piano bien tempéré a écrit : ven. 06 août, 2021 21:34 Pout être bien assis à une console d'orgue il faut avoir l'avant du banc à mi-cuisse . Pour la bonne hauteur du banc il faut que , assis dans cette configuration , les talons effleure les touche "blanches" . Pour la position avant-arrière du banc il faut que le bout des chaussures effleurent l'avant des dièzes du pédalier lorsqu'on laisse pendre librement les jambes . Le banc réglable en hauteur est évidemment hautement souhaitable .... Sinon cales adaptables au piétement du banc .
Merci pour ces indications, que personne ne m'avait données jusqu'à présent, même si je m'en étais douté en regardant les vidéos. On voit bien que généralement, le joueur est décontracté et bien "à plat" sur son banc, et se contente de jouer des pointes en abaissant légèrement le pied, lorsque moi, je suis obligé de soulever et abaisser la jambe. On voit aussi que l'usage des talons n'est pas fréquent, finalement. Je sais que dans le baroque, on s'en passe généralement, mais pour ma part, j'en ai mis partout parce que je ne voulais pas me priver de cette technique d'entrée de jeu. Au final, je m'aperçois tout de même qu'il est plus difficile de bien doser un coup de talon, et j'évite à présent de l'utiliser quand je ne veux pas lier.

Il reste que je suis encore loin de la décontraction souhaitée pour un jeu régulier et sans fatigue, mais c'est lié à la hauteur du banc, qui n'est pas optimale encore. Je suis encore légèrement en dessous de ce qu'il faudrait, en même temps, dans l'orgue de ma cathédrale, c'est déjà trop haut par rapport au premier clavier, que je touche avec les genoux. Par chance, son banc est réglable, ce que n'est pas le mien. Quand tu parles de cales adaptables, tu veux dire "adaptées", ou réellement "adaptables"? Si oui, sous quelle forme? Je n'ai pas trouvé plus pratique que les tasseaux, qui ont une hauteur définie.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Midas a écrit : sam. 07 août, 2021 10:35 On voit bien que généralement, le joueur est décontracté et bien "à plat" sur son banc, et se contente de jouer des pointes en abaissant légèrement le pied, lorsque moi, je suis obligé de soulever et abaisser la jambe.
Oui, cette méthode est bien universelle : c'est le pied qu'on doit abaisser, et non la jambe.
On voit aussi que l'usage des talons n'est pas fréquent, finalement. Je sais que dans le baroque, on s'en passe généralement, mais pour ma part, j'en ai mis partout parce que je ne voulais pas me priver de cette technique d'entrée de jeu. Au final, je m'aperçois tout de même qu'il est plus difficile de bien doser un coup de talon, et j'évite à présent de l'utiliser quand je ne veux pas lier.
En effet, le talon est toujours moins précis que la pointe, c'est pourquoi la pointe est à préférer si possible et selon le jeu/phrasé.
Il reste que je suis encore loin de la décontraction souhaitée pour un jeu régulier et sans fatigue, mais c'est lié à la hauteur du banc, qui n'est pas optimale encore. Je suis encore légèrement en dessous de ce qu'il faudrait, en même temps, dans l'orgue de ma cathédrale, c'est déjà trop haut par rapport au premier clavier, que je touche avec les genoux. Par chance, son banc est réglable, ce que n'est pas le mien. Quand tu parles de cales adaptables, tu veux dire "adaptées", ou réellement "adaptables"? Si oui, sous quelle forme? Je n'ai pas trouvé plus pratique que les tasseaux, qui ont une hauteur définie
J'ai également collé des tasseaux sous mon banc, il était trop bas par rapport au pédalier et aux claviers, je fais près d'1,80m, et j'ai de longues gambettes.
Peut-être que dans ton cas, chez toi tu pourrais aussi rehausser un peu ta console ?

De toutes les façons, on est bien obligé de s'adapter quand on change d'orgue, de mon temps les bancs réglables n'existaient tout simplement pas, on faisait avec sa propre taille et le matériel à disposition, pour le meilleur comme pour le pire.
Diapazzon fait un banc réglable, mais c'est pas donné !
Hoffrichter également (marque toujours disponible en France ?), et Mixtuur me semble-t-il.
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

Jacques Béziat a écrit : sam. 07 août, 2021 11:07 J'ai également collé des tasseaux sous mon banc, il était trop bas par rapport au pédalier et aux claviers, je fais près d'1,80m, et j'ai de longues gambettes.
Peut-être que dans ton cas, chez toi tu pourrais aussi rehausser un peu ta console ?
Eh non, mon orgue est mal fichu de ce point de vue: le pédalier doit être parfaitement en contact à plat avec le bas de la console. S'il est légèrement décalé, les touches ne répondent pas. On se demande pourquoi tous ces constructeurs s'ingénient à inventer chacun son système et son format de pédalier, au lieu que ce soit standardisé comme le sont (ou plutôt, sont censés l'être) les claviers.
De toutes les façons, on est bien obligé de s'adapter quand on change d'orgue, de mon temps les bancs réglables n'existaient tout simplement pas, on faisait avec sa propre taille et le matériel à disposition, pour le meilleur comme pour le pire.
Justement, quand je vois les claviers concaves, en éventail, avec des touches de longueur et de hauteur variables, je me dis que c'est mission impossible de jouer "au pied levé" sur un orgue qu'on ne connaît pas. La première fois que j'ai exécuté mon prélude en do sur celui de la cathédrale, ça a été une catastrophe: le pédalier était plus étroit, plus "creusé", et même les claviers étaient plus petits: je perdais en moyenne 5 mm sur deux octaves par rapport à un clavier normal (pas idéal pour mes doigts déjà tordus). Et donc, en plus, les genoux coincés par le premier clavier (je mesure 1,87 m, je ne suis pas non plus un géant pour les standards actuels).
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3776
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: L'orgue

Message par Jacques Béziat »

Midas a écrit : sam. 07 août, 2021 13:04
On se demande pourquoi tous ces constructeurs s'ingénient à inventer chacun son système et son format de pédalier, au lieu que ce soit standardisé comme le sont (ou plutôt, sont censés l'être) les claviers.
C'est standardisé, par les Allemands, et depuis 100 ans : normes AGO, longueurs et largeurs des touches claviers et pédalier, aplomb du ré dont je parlais.
Mais on ne peut pas mettre un pistolet sur la tempe des constructeurs, tous artisans, de pays très différents, pour les obliger à suivre des normes, beaucoup utilisant leurs propres normes selon leurs propres plans.
Et en en effet, rien de réglable n'existe concernant les bancs (sauf depuis peu), et la hauteur de console par rapport au pédalier ne me semble pas normée.
Les pianos répondent davantage aux normes parce que beaucoup plus nombreux, pour le coup ils se sont standardisés.
Difficile d'imaginer une console réglable en hauteur...
Tout au plus, une personne de grande taille aurait la possibilité de donner des instructions spécifiques à un artisan de console pour un instrument personnel... 8)
Ou une modification : souvent la console proprement dite est juste posée/vissée sur le meuble : à ce niveau il doit être possible, sur son instrument personnel, de sur-élever la console à ce niveau. :wink:
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

Jacques Béziat a écrit : ven. 06 août, 2021 22:01 Je me rappelle aussi que mon professeur à mes débuts m'incitait à ne pas écarter les jambes, et au contraire à les joindre au maximum.
J'oubliais de réagir à ce point: on m'a donné aussi ce conseil de serrer les genoux à mes débuts. Je l'ai suivi 5 mn à tout casser, avant de laisser tomber. Outre le fait que cette position évoque furieusement celle d'une dame sautant sur une table après avoir vu trotter une souris sous elle, elle est pour le moins malcommode, il faut forcer pour y arriver et se malaxer la bijouterie quand on est un peu musclé. Et au premier écart important, il faut les décoller de toute façon. D'après ce que j'ai compris, ça sert à calibrer les écarts entre les deux pieds, mais précisément, ça ne marche que pour des intervalles courts, qui ne sont pas les plus difficiles à se représenter sans regarder. Dès que ça se corse vraiment (à partir de la quinte, à mon avis), c'est inapplicable. Évidemment, mes problèmes de réglage en hauteur sont certainement pour beaucoup dans le fait que je n'y suis pas arrivé, malgré tout, je cherche encore l'utilité de cette technique.
Avatar du membre
Arabesque44
Messages : 3484
Enregistré le : lun. 07 oct., 2013 18:11
Mon piano : Bechstein 175 Yamaha 155P
Localisation : Nantes

Re: L'orgue

Message par Arabesque44 »

Intéressant témoignage, Midas. Je ne me serais pas doutée que la pratique de l'orgue était aussi sportive! Déjà que gérer 2 mains, deux pieds, et plusieurs claviers ça doit faire des noeuds dan s le cerveau, mais si en plus c'est du nrenforcement musculaire! :lol:
En tous cas, ce doit être passionnant!
Avatar du membre
Midas
Messages : 1226
Enregistré le : ven. 21 mai, 2010 19:01

Re: L'orgue

Message par Midas »

Arabesque44 a écrit : sam. 07 août, 2021 23:15 Intéressant témoignage, Midas. Je ne me serais pas doutée que la pratique de l'orgue était aussi sportive! Déjà que gérer 2 mains, deux pieds, et plusieurs claviers ça doit faire des noeuds dan s le cerveau, mais si en plus c'est du nrenforcement musculaire! :lol:
En tous cas, ce doit être passionnant!
Renforcement musculaire... seulement à certains endroits bien précis.Ce n'est pas au point du renforcement musculaire "pléstécheune", qui te fait des pouces en béton, mais quand même, mieux vaut ne pas trop compter là-dessus pour avoir une belle silhouette. Il est possible que ça me fasse de belles "tablettes de chocolat", mais comme elles sont de plus en plus cachées sous le saindoux... :roll:
Répondre