Jeu des pianistes

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Avatar du membre
quazart
Messages : 4169
Enregistré le : dim. 04 juin, 2017 0:06
Mon piano : Yamaha C1X, Kawai CA67
Localisation : ND du Guildo (22) et Rueil Malmaison (92)

Re: Jeu des pianistes

Message par quazart »

fritz a écrit : sam. 15 mai, 2021 9:32 J'ai écouté le Sokolov, on est dans un espèce d'entre deux entre le legato et le staccato, c'est certainement compliqué à produire mais je ne trouve pas ça musical du tout, en tout cas pas sur ce morceau
C'est un peu trop staccato pour être du jeu perlé, le jeu perlé c'est un "non legato" très articulé.
Je n'ai pas dit que j'étais fan de ce style qui se veut un héritage du style classique, ça ne convient en tout cas à tout le répertoire !
Je fais une exception pour l'interprétation des valses de Chopin par Samson François, disque qui m'a fait revenir au piano étant encore adolescent. Je trouve cette version sublime d'élégance.
https://www.youtube.com/watch?v=QskscFEVNyw
fritz
Messages : 460
Enregistré le : ven. 13 nov., 2020 23:37
Mon piano : Yamaha U3

Re: Jeu des pianistes

Message par fritz »

J'ai écouté la 25 2 par Samson François et c'est pareil je n'aime pas du tout, je trouve que c'est à l'opposé d'un discours musical, très percusif, scandé, ...

Pour internet là où je te rejoins c'est qu'on a vite fait d'avoir une attitude passive, d'enchaîner les tutos ou autres masterclass là où le travail sur papier oblige à être actif. Il faut bien sûr de méfier de tous les vendeurs de méthode miracle ou autre appli brevetée qui pullulent sur internet mais ce n'est pas un phénomène nouveau, c'est juste que ce genre d'arnaque est plus facile à diffuser massivement aujourd'hui.

Ce qui me dérange c'est que souvent les détracteurs ont pour argument majeur que c'est facile de l'utiliser, un peu comme si quelqu'un collait son gamin à la mine de charbon à 12 ans sous prétexte que lui l'a fait et qu'il n'en est pas mort.
Oukee
Messages : 1035
Enregistré le : mar. 16 juil., 2019 18:47
Mon piano : Sauter 118 R2
Localisation : Yvelines

Re: Jeu des pianistes

Message par Oukee »

fritz a écrit : sam. 15 mai, 2021 7:54 ce qui me semble certain c'est que travailler une gamme uniquement quand un morceau l'exige me paraît moins rébarbatif. Et je connais aussi peu d'oeuvres demandant de monter/descendre un(e) gamme/arpège sur 4 octaves donc est-ce vraiment logique d'y consacrer une part importante de sa pratique ?
Vieux débat ...
Monter une gamme sur plusieurs octaves oblige à travailler le son, l’égalité, sur plusieurs registres, et également dans une attitude différente (position du buste). En fait, c’est une appropriation physique du clavier que j’associe à ce type d’exercice. D’où l’intérêt des 4 octaves.

Et puis, une gamme à un caractère “élémentaire” (comme dirait Cortot) qui en fait l’équivalent des étirements pour un athlète ou un danseur.
La maîtrise des gammes (et des arpèges) te permet ensuite de gagner du temps au déchiffrage et dans le travail grâce aux automatismes acquis. Du moins, c’est comme cela que je le ressens.
Holydrag
Messages : 229
Enregistré le : dim. 18 avr., 2021 2:47
Mon piano : Steinberg IQ16 (Joker), Roland FP30X

Re: Jeu des pianistes

Message par Holydrag »

fritz a écrit : sam. 15 mai, 2021 13:13 J'ai écouté la 25 2 par Samson François et c'est pareil je n'aime pas du tout, je trouve que c'est à l'opposé d'un discours musical, très percusif, scandé, ...

Pour internet là où je te rejoins c'est qu'on a vite fait d'avoir une attitude passive, d'enchaîner les tutos ou autres masterclass là où le travail sur papier oblige à être actif. Il faut bien sûr de méfier de tous les vendeurs de méthode miracle ou autre appli brevetée qui pullulent sur internet mais ce n'est pas un phénomène nouveau, c'est juste que ce genre d'arnaque est plus facile à diffuser massivement aujourd'hui.

Ce qui me dérange c'est que souvent les détracteurs ont pour argument majeur que c'est facile de l'utiliser, un peu comme si quelqu'un collait son gamin à la mine de charbon à 12 ans sous prétexte que lui l'a fait et qu'il n'en est pas mort.
Samson François c'est étrange, je tolère tout à fait certains de ses enregistrements (dont les nocturnes que j'ai écouté un paquet de fois) mais quand le tempo s'accélère le côté délié commence à bien plus me déranger et on perd le côté chantant qui est pourtant la pierre angulaire des compositions de Chopin.

Concernant internet et les applications, je trouve que beaucoup de critiques viennent d'une méconnaissance de ce qui se fait et de ce que l'on peut utiliser. On peut trouver des mauvais livres pédagogiques comme on trouve des mauvaises applications, ou tout du moins des applications pas adaptées à une pratique sérieuse de l'instrument (aucun problème si son objectif ultime c'est de jouer la 1ère moitié du thème d'Amélie Poulain).

J'ai fais pas mal de recherches à ce sujet, ai travaillé 1 mois sur Piano Marvel avant d'avoir mon prof et il a des choses intéressantes à en retirer, des exercices progressifs aux tests de déchiffrage avec des morceaux aléatoires (en ayant une correction instantanée par l'ordinateur relié au piano) en passant par la grosse base de données de morceaux qui permet d'isoler des segments main droite/main gauche pour pouvoir les travailler au métronome. Il faut juste les utiliser pour ce que c'est : une aide qui fait ce qu'elle sait faire. Ca ne remplacera jamais un prof attentif mais ça peut rendre de bon services et le côté ludique permet de continuer à travailler même quand on a une baisse de motivation.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 3772
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : CLP-675 + orgue Hoffrichter/Hauptwertk

Re: Jeu des pianistes

Message par Jacques Béziat »

Comme certains d'entre vous, je trouve que les « anciens » interprètes, du moins ceux dont il nous reste des enregistrements, ne me semblent pas meilleurs que les plus jeunes, le fameux jeu perlé peut avoir son intérêt pour certaines œuvres mais pas forcément pour toutes, loin de là.
Je pense que le virtuose en herbe a justement tout intérêt de pouvoir disposer d'une large palette de techniques et de phrasés, qui sera acquise par le contact de différents professeurs et donc de visions/compréhensions différentes.
L'interprète doit absolument s'adapter aux œuvres, et non l'inverse : triturer les œuvres pour les faire entrer dans SON univers et SA vision du piano me paraît être une démarche réductrice, et on l'observe trop souvent chez des pianistes à l'esthétique très marquée personnellement, qu'ils soient anciens ou modernes, d'ailleurs !
Faut-il chercher une authenticité, réelle ou hypothétique, ou transcender les œuvres et les intentions du compositeur ? Vaste débat ! #-o

Exemple avec le jeu de Sokolov cité : cela peut plaire, mais au bout d'un moment il me lasse également, ce staccato perpétuel, bon...

Je me demande si Schiff n'utilise pas un jeu perlé pour le CBT, finalement ? Il articule, je trouve.

Entre sécheresse et guimauve, je pense que le juste milieu (qui n'est jamais juste, OK :mrgreen: ) est justement tout un art ! 8)

Il ne faut pas, à mon avis, être tyrannique dans un sens ou dans l'autre avec les morceaux, il faut les laisser s'exprimer : si on est trop sec, trop guimauve, trop lent, trop rapide, on les étouffe. L'interprète doit être derrière l'œuvre, et non devant. Ma vision est que c'est l'œuvre qui doit s'exprimer, et non l'interprète, l'orgueil doit être banni de la musique.

_________________________________________

Mais ceci étant dit, ça n'explique en rien les méthodes pour progresser techniquement, ce qui est carrément un autre sujet ! :roll:
Puisque le sujet a été abordé :

Hanon, Czerny, Brahms, Liszt, gammes, arpèges, articulation, etc..., plus méthodes modernes puisées ci ou là, si vous parvenez à démêler ce qui est bon ou superfétatoire, ou illusoire, ou même contre-productif, alors je dis chapeau !

Je pense, à nouveau très modestement 8) , que tout PEUT être utile selon les besoins et la personnalité de l'élève.

J'ai eu des élèves que le Hanon a « débloqués », ravis eux-même du résultat, pour d'autres j'y ai vite renoncé, faute, justement, de résultats. :mrgreen:

Les gammes, quant à elles, me paraissent très utiles pour le débutant 1ère et 2ème année, en ce qui concerne les positions des doigts et des mains, et simplement pour la connaissance et la mémorisation des tonalités quand on sort du do majeur, et aussi pour la régularité entre les touches blanches et noires, la confiance en soi, etc...
Au début je n'attachais pas trop d'importance aux gammes, mais rapidement je suis revenu en arrière, constatant les lacunes !
Mais là aussi, pas d'acharnement à les faire jouer des heures !! L'essentiel du temps de répétition doit être consacré aux morceaux ! 8)

La régularité est aussi un domaine essentiel à mon avis : régularité microscopique : à l'échelles des notes, des mesures, et macroscopique, à l'échelle des passages et du morceau dans son ensemble, tout comme la précision dans les rythmes.
Le métronome, utile ? Oui, assurément, mais non pas n'importe quand, ni tout le temps ! :roll:

Le souci du professeur, à mon avis, n'est pas de choisir LA bonne méthode universelle, mais la méthode idoine au coup par coup, selon les élèves, selon le niveau, quelques fois l'âge, et les ambitions : il tient un cap général, certes, mais il s'agit aussi de personnaliser les cours ! :)

Le souci est différent pour l'autodidacte : si certains s'accommodent de leur propre méthode, souvent empirique, ou se servent de leurs souvenirs de premières années d'apprentissage dans leur jeunesse, d'autres se fourvoient ou bien perdent du temps à chercher et comprendre pourquoi ils n'avancent pas comme ils imaginent pouvoir avancer, là aussi les cas sont très différents d'une personne à l'autre...
« Être musicien n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Répondre