Comprendre la vie des écosystèmes

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Christof
Messages : 3185
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Comprendre la vie des écosystèmes

Message par Christof »

Comprenons-nous vraiment les écosystèmes ? Existe-t-il vraiment, concernant ces derniers, un seuil de perturbations au-delà duquel le milieu se détériore brutalement ? Cette idée, qui guide toutes les politiques environnementales (enfin le peu qu'on fait), est remise en question par un groupe d’écologues, qui viennent de publier leurs travaux mi-août dernier dans "Nature Ecology & Evolution", sous le titre "Thresholds for écological réponses to global change do not emerge from empirical data".

Penser autrement

Après avoir recensé et analysé plus de 4 600 études écosystémiques, cette équipe de chercheurs affirme que les points de basculement sont pratiquement inexistants : les écosystèmes se dégradent en réalité bien avant.

Or c'est sur ce genre de paradigme du seuil de perturbations que sont bâties la plupart des politiques environnementales, qu’il s’agisse de préserver la qualité des lacs et rivières, de surveiller la fragmentation des zones forestières ou l’acidification des milieux océaniques.
En résumé, l'idée qui prédomine est qu’il existe pour chaque type de perturbation un seuil à ne pas dépasser, au risque de voir se dégrader brutalement l’écosystème concerné, voire d’assister à sa disparition pure et simple.

Et pour la première fois, les scientifiques se sont posés cette question : si l’idée de seuils à ne pas dépasser facilite la gestion environnementale, est-ce qu’elle correspond pour autant à une réalité écologique ? Et s’il n’y avait pas de points de basculement, mais une dégradation beaucoup plus progressive des écosystèmes ? « C’est une intuition que beaucoup d’écologues ont depuis longtemps, mais qu’il était difficile de vérifier jusqu’à présent, faute d’une puissance de calcul suffisante pour mener une analyse de grande ampleur », a expliqué José Montoya, l'un des scientifiques de l'étude, qui travaille au CNRS.

Une vaste étude statistique

Pour répondre à cette questions, les chercheurs cherché (et trouvé) dans la littérature scientifique et passé au crible 4600 études d’écosystèmes dans lesquels des dégradations étaient observées du fait des changements globaux. « Nous sommes remontés 45 ans en arrière et avons choisi toutes les études qui mesuraient d’un côté la pression environnementale exercée et, de l’autre, la réponse des écosystèmes à travers leurs différentes fonctionnalités (fixation du CO2 atmosphérique, biomasse totale des plantes, pollinisation…). Pour chaque étude, on a calculé la dynamique de l’écosystème et de quelle manière l’ampleur de la réponse était liée, ou pas, à la force de la pression environnementale exercée. »

NB : pour pouvoir parler de point de basculement, il faut qu’à un moment donné, une perturbation de petite intensité provoque une réponse très importante de l’écosystème. Pour donner une image, c'est un peu comme la tasse que l’on pousse du doigt sur la table, sans qu’il ne se passe rien… jusqu’à ce qu’on arrive au bord de la table et que la dernière poussée provoque la chute de la tasse sur le sol"

Un nouveau regard sur la conservation

Finalement, après calculs, le point de basculement n’a pu être observé que dans 5% seulement des études passées au crible. Dans les autres études, aucun seuil n’a pu être calculé à partir duquel l’écosystème changeait brutalement d’état.
Image

Ainsi, dans la plupart des écosystèmes, ce qu’on observe est une détérioration progressive du milieu, avec son lot de conséquences dès l’apparition des premières perturbations.
"On ne dit pas que les effets de seuil n’existent pas. On peut par exemple en retrouver dans les récifs coralliens, où à partir d’une certaine augmentation de température et d’une disparition des poissons herbivores, le corail s’efface au profit des prairies d’algues, précise José Montoya. Mais dans la plupart des écosystèmes, ce qu’on observe, c’est une détérioration progressive du milieu, avec son lot de conséquences dès l’apparition des premières perturbations : disparition de certaines espèces, ou de certaines fonctionnalités de l’écosystème."

Pour ces scientifiques, il est important de prendre en compte ce changement graduel des écosystèmes pour mieux envisager leur conservation. Ne plus réfléchir en termes de basculement permettrait également de réintroduire l’idée de diversité des milieux : ainsi, par exemple, aucune rivière ne se ressemble, et ce qui n’a pas d’effet dans l’une sera potentiellement nocif dans l’autre.


Moralité (mais qui ne le sait pas déjà ?) : on a intérêt à faire très gaffe... Nous n'avons qu'une seule planète.
Modifié en dernier par Christof le mer. 16 sept., 2020 21:46, modifié 1 fois.
roulroul2
Messages : 317
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par roulroul2 »

C'est très technique, mais intéressant.
Je crois que dès que l'homme est apparu sur terre, il y a eu pollution : le simple fait de construire une cabane, de se chauffer....Alors d'autant plus maintenant que nous sommes des milliards.

Journaldunet.com :
Deux requêtes dans Google sont équivalentes à l'énergie nécessaire pour faire bouillir l'eau d'une bouilloire. 200 millions sont effectuées par jour.
Les changements climatiques sont plus que jamais visibles, nul besoin de graphiques : les arbres ont soif par déficit de pluie. Il fanent littéralement, je n'avais jamais vu ça auparavant. J'ai même fait des igloos l'hiver dans mon jeune temps, et c’était dans le 77. Maintenant 2 fois 3 cm l'hiver et on est content avec ça.
J''ai infiniment plus confiance dans un état d'esprit écolo, que nous possédons tous a des degrés divers, que dans un parti politique quelconque qui se prétends écolo, qui croit lutter contre le changement du climat en pondant des taxes. Un autre modèle économique est possible, il est encore temps de changer tout ça, mais il va falloir se dépêcher d'agir. Le problème des scientifiques, c'est que les chefs d’état se foutent royalement de ce qu'ils disent, même chiffres a l'appui. L'écologie est juste un argument électoral, vite mis au rencart une fois élu.
Avatar du membre
floyer
Modérateur
Messages : 2484
Enregistré le : mar. 29 oct., 2013 23:08
Mon piano : Yamaha CLP-150 et Ivory II
Localisation : Montigny-le-Bretonneux (région parisienne)
Contact :

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par floyer »

roulroul2 a écrit : mer. 16 sept., 2020 21:40 J''ai infiniment plus confiance dans un état d'esprit écolo
Je suis dubitatif, acheter le dernier smartphone alors que le précédent fonctionnait bien, choisir un véhicule lourd - hasard le SUV - choisir la voiture pour aller au travail au lieu des transports en commun (chez moi cela permet 15’ de trajet au lieu d’1h. Je plaide coupable ! )... sont autant d’actes plus ou moins courants qui illustrent que l’on n’est pas dans un état d’esprit écolo. À la limite on se donne bonne conscience en triant nos déchets.

Le principe des taxes ne me semble pas anormal. C’est le principe polueur-payeur. En terme économique « internaliser les externalités ». Que peut faire d’autre un gouvernement ? Lancer une campagne de publicité « attention, polluer c’est pas bien » ? Je doute de son efficacité.

De toute façon, pour réduire notre empreinte carbone, je ne vois pas d’alternatives à un changement important (voir radical) de notre consommation... et je n’en vois pas le début.

J’ai en tête une vidéo d’Aurélien Barrau... cela peut sembler radical, mais comment contester la futilité de certains actes de consommation comparée à l’impact global que cela génère collectivement ?
Avatar du membre
Christof
Messages : 3185
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par Christof »

Merci beaucoup Floyer d'avoir cité Aurélien Barrau

https://www.youtube.com/watch?v=ObcGvQuTf7k

https://www.youtube.com/watch?v=v2V2qeoOjqE

J'aime beaucoup cette personne. Et c'est un scientifique de très haut vol. Le lire m'a toujours fait rêver, notamment ses réflexions sur les multivers...
On trouve maintenant son essai sur les multivers ici.
comte de foix
Messages : 294
Enregistré le : dim. 14 déc., 2014 22:49
Mon piano : Schimmel K122
Localisation : Ariège (09)

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par comte de foix »

J'ai eu le projet d'habiter dans une grande yourte contemporaine il y a quelque temps sur un terrain dans un lotissement peu dense. J'ai contacté une entreprise spécialisée, leurs yourtes respectent la RT2012, toutes les normes de résistance au vent, etc etc.

Je suis allé voir le service concerné à la mairie, j'ai avancé les arguments d'économie de matériaux, pas de fondations qui détruisent un sol, économies d'énergie de chauffage, recyclabilité etc. On m'a ouvertement rit au nez et dit "Quand même vous comprenez si les gens du lotissement ouvrent la fenêtre et voient ça c'est inconvenant!" "CE genre de choses ça doit être caché et reculé et même dans ce cas on ne l'autorisera jamais." "Mais vous n'avez qu'à faire de l'investissement locatif plutôt sur ce terrain." "Ne comptez pas que le PLU évolue dans ce sens."

Donc quand on est prêt à prendre un risque et à proposer une idée voici comment c'est accepté. Quelque temps après il est passé une pétition contre l'enfouissement de gravats et les mêmes personnes se révoltaient que ce soit fait dans la commune (dans une ancienne gravière), je n'ai pas signé car j'ai voulu proposer quelque chose qui élimine 95% des gravats. Je me dis qu'on n'a qu'à en produire moins et il n'y aura pas à les enfouir! En plus la pétition portait plus sur le fait de les enfouir dans une autre commune...
roulroul2
Messages : 317
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par roulroul2 »

Le principe des taxes ne me semble pas anormal. C’est le principe polueur-payeur.
Je comprends bien ton argument, sauf que...Si tu taxes a mort, tu rognes sur pouvoir d'achat, c'est d’ailleurs ce qui se passe depuis un moment, du coup tu obliges en quelque sorte le consommateur a acheter des produits bas de gamme,peu ou pas réparables, ou a se déplacer dans des véhicules hors d'age, les automobilistes étant une cible facile pour nos chers ministres.
Ce n'est pas formidable de mon point de vue pour espérer sauver la planète.
On voit bien que les transporteurs routiers savent contourner intelligemment, et le plus légalement du monde ces taxes.
En prenant des raccourcis, on fabrique de l'autre coté de la terre ce qu'on pourrait tout a fait fabriquer chez nous. Je ne suis pas convaincu d'une différence de cout de revient si énorme que ça. Exemple récent: la pénurie des fameux masques, tout ça parce que nous n'avons plus ni les structures, ni les moyens de fabriquer quoi que ce soit de potable, étant totalement tributaire des autres, je n'ai pas calculé l'empreinte carbone du transport d'un conteneur par bateau, a mon avis les chiffres doivent donner le vertige. On espère tous un changement, tout au moins un virage, mais ça n'en prend pas le chemin. Le commerce et les échanges, oui, mais pas n'importe comment.
Peut être une sorte de haute 'autorité mondiale de l'écologie et de la sauvegarde de la planète ? Pour l'instant, rien de bien concret, a part des effets d'annonces, et de la cuisine chacun dans son coin.
Solfège
Messages : 387
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par Solfège »

Le problème dans tout çà c'est que l'écologie est un parti politique et lorsqu'ils auront des responsabilités à quelque niveau que ce soit on va tomber dans la technocratie et on a vu ce que cette fameuse technocratie a donné jusqu'à aujourd'hui. D'autant que l'enjeu électoral va de plus en plus s'accentuer et que comme d'habitude ça va devenir une vaste fumisterie et on ne peut pas dire que les ecolos ont fait preuve de cohésion entre eux jusqu'à maintenant. Par contre pour créer des taxes ce sont les champions du monde. Dans le domaine de l'automobile cela devient inquiétant car la voiture électrique est devenue le truc incontournable sauf qu'il n'y a pas d'infrastructures correctes et que les voitures même avec des primes sont hors de prix. En plus la dernière trouvaille c'est en plus de la taxe co2 il va y avoir la taxe sur le poids. Tout cela est complètement loufoque. Et pour la 5g certains ironisent sur amish qui vivent à l'ancienne. Certes on peut ne pas être d'accord avec leur religion mais il faut respecter leur mode de vie. Et quelque fois on ferait bien de faire un petit retour en arrière et peut être ça remettrait les pendules à l'heure. Heureusement qu'il y a des initiatives dans l'agriculture dans l'élevage dans la protection des eco systèmes et dans d'autres domaines qui font dire que tout n'est pas perdu car c'est là que sont les vrais écologistes. Et c'est ceux là peut être qui arriveront à prendre le dessus sur les bobos ecolo de Paris. J'ai la chance d'habiter en camargue au bord de la mer et il y a une chose qui est extraordinaire c'est qu'il y a de plus en plus de flamands roses. C'est tout simplement parce que depuis quelques années il y a eu des initiatives pour protéger cette espèce. C'était tout simplement pour dire que quand no veut on peut. Et puis quel bonheur de les voir passer le soir au dessus de nos têtes et en escadrille parfaite. Et merci à toi christof d'avoir lancé le sujet car les musiciens que nous sommes, nous sommes tous concernés par l'écologie et la protection des écosystèmes. Salutations musicales.
Avatar du membre
floyer
Modérateur
Messages : 2484
Enregistré le : mar. 29 oct., 2013 23:08
Mon piano : Yamaha CLP-150 et Ivory II
Localisation : Montigny-le-Bretonneux (région parisienne)
Contact :

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par floyer »

roulroul2 a écrit : jeu. 17 sept., 2020 11:15 Je comprends bien ton argument, sauf que...Si tu taxes a mort, tu rognes sur pouvoir d'achat,
Je crains qu’il n’existe pas de moyen indolore de réduire notre empreinte carbone : il faut se priver de consommer des choses polluantes.

Forcément, réduire notre empreinte carbone réduit notre pouvoir d’achat.

Et des pistes comme la subvention à l’isolation, aux voitures peu polluantes, etc. sont facturées tôt ou tard au contribuable et peuvent contribuer indirectement à la réduction du pouvoir d’achat. Il n’y a pas de miracle.

Par contre, si on est les seuls à faire des efforts, cela ne nous empêchera pas de subir les conséquences de l'empreinte carbone des autres... et là, je ne vois pas de solution.
Avatar du membre
Eds
Messages : 65
Enregistré le : ven. 25 mars, 2016 19:59
Mon piano : Pleyel modèle 3 1925

Re: Comprendre la vie des écosystèmes

Message par Eds »

Tiens, si vous aimez bien les articles longs en anglais sur l'écologie, il y a ce fil qui est plutôt sympa pour comprendre une petite polémique dans
le monde des écologues sur les indicateurs de biodiversité et leur utilisation à échelle locale/globale:

https://www.ecology.ugent.be/terec/word ... -straight/

Je crois qu'il y a encore eu une ou deux publications depuis...mais c'est intéressant tout de même!
Répondre