L'avenir de la musique classique

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

roulroul2
Messages : 337
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Exemple : la 5eme de Beethoven, je la connais par cœur, mais je m'en lasse jamais. Les productions modernes, je veux surtout froisser personne, mais ça ne soutient pas la comparaison, ça fait un peu face B d'un 45 tour, et c'est pas faute d'avoir essayé, grâce aux quelques liens généreusement proposés ici, enfin, c'est un avis perso, n' émanant pas spécialement classiqueux a 100 %, donc a prendre avec des pincettes.
Alors pourquoi changer une recette qui marche ? Tout fout la camp, c'était mieux avant ? Oui et non....
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 2712
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : Clavinova CLP-675 + orgue Content D2430
Localisation : Annecy (Haute-Savoie)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Jacques Béziat »

roulroul2 a écrit : mar. 18 août, 2020 21:24 Exemple : la 5eme de Beethoven, je la connais par cœur, mais je m'en lasse jamais. Les productions modernes, je veux surtout froisser personne, mais ça ne soutient pas la comparaison, ça fait un peu face B d'un 45 tour, et c'est pas faute d'avoir essayé, grâce aux quelques liens généreusement proposés ici, enfin, c'est un avis perso, n' émanant pas spécialement classiqueux a 100 %, donc a prendre avec des pincettes.
Alors pourquoi changer une recette qui marche ? Tout fout la camp, c'était mieux avant ? Oui et non....
Il n'y a pas mort d'homme, chacun peut bien faire ce qu'il veut avec des notes, y compris ré-utiliser à sa sauce le matériel musical d'un autre compositeur. 8)
Le fait est que la copie vaut rarement l'original, à des degrés divers.
Je parlais de Rondo Veneziano, c'était très bien fait, et si certains préféraient cette version à l'original, qu'importe, cela n'a pas empêché Vivaldi d'être autant joué dans le monde après la sortie du disque.
On peut bien faire des copies de la Tout Eiffel ou de cathédrales gothiques, des pyramides d'Égypte, l'authentique reste l'authentique.
Dans l'Art, il y a le goût de l'authenticité, de l'exception, c'est aussi cela qui crée l'émotion, à mon avis.
Il n'y a qu'une Tour Eiffel, qu'une cathédrale de Reims, qu'une pyramide de Kheops, qu'une Joconde, etc..., et qu'un JS Bach, qu'un Mozart, etc...
« Être pianiste... n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Athos
Messages : 350
Enregistré le : mer. 06 avr., 2016 7:30
Mon piano : Yamaha CLP585
Localisation : Lyon

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Athos »

Enaudi, c'est gentil, mais je ne le mets pas dans la case musique classique.
Ça utilise les instruments habituels du classique, mais c'est plutôt de la variété.
leLama
Messages : 1758
Enregistré le : mar. 11 oct., 2011 18:50

Re: L'avenir de la musique classique

Message par leLama »

Cripure a écrit : mar. 18 août, 2020 12:34 Je suis sceptique sur cette tendance à vouloir aller chercher ailleurs ce qui nous fait défaut ici. Je ne suis pas convaincu que nos esprits et nos sensibilités occidentales soient très réceptives à des sonorités provenant d'extrême orient ou d'Afrique.[...] L'exotisme n'est intéressant que quand il sert un propos donné, c'est vrai en musique comme en peinture, en littérature, etc., pas quand il doit venir à la rescousse d'un genre qui s'essouffle.
Salut Cripure, je ne suis pas certain de bien comprendre ce que tu cherches. Tu regrettes que la musique soit figée, mais il me semble qu'en meme temps tu rejettes toute forme d'evolution, qu'elle soit rythmique comme le jazz, qu'elle soit populaire ou exotique. Y a il eu des activité humaines qui ont reussi à se developper avec de telles contraintes de cloisonnement ? Liszt était tres tourné vers l'orient, brahms jouait dans les cabarets, chopin n'etait pas occidental.

Je me demandais aussi s'il avait existé historiquement des formes artistiques elaborées sans un soutien populaire pour alimenter l'avant-garde en idées neuves ? Je ne connais quasiment rien en histoire de l'art mais je note, peut etre un peu naivement, que le cinema est un art populaire, que les pianos etaient vendus par milliers au dix neuvieme et les pianistes amateurs jouaient les romantiques (les profs de piano gagnaient tres bien leur vie). j'ai entendu de magnifiques textes de poesie dans des soirees de slam, il y a des danses de rue creatives, avec des fusions classiques, comme par exemple lil buck dans le lien ci dessous, qui m'émeut beaucoup.
Lil Buck : https://www.youtube.com/watch?v=JZumgHLSW10

Mon intuittion est qu'il "suffirait" que la musique classique redevienne populaire pour qu'elle redevienne vivante et évolutive. Si par hasard un courant de jeunes se detourne du rap et investit le classique, ils ne demanderont pas les autorisations aux autorités et seront créatifs, y'aurait forcément quelques merveilles au milieu du nombre. En revanche, je ne pense pas qu'il puisse y avoir vraiment du nouveau dans le contexte culturel actuel qui uniformise les parcours ( concours qui figent les interpretations et les oeuvres jouées, demande continuelle de respect du texte du compositeur...).
Modifié en dernier par leLama le mar. 18 août, 2020 23:43, modifié 1 fois.
Avatar du membre
quazart
Messages : 2956
Enregistré le : dim. 04 juin, 2017 0:06
Mon piano : Yamaha C1X, Kawai CA67
Localisation : Région parisienne et Côtes d'Armor

Re: L'avenir de la musique classique

Message par quazart »

Jacques Béziat a écrit : mar. 18 août, 2020 23:02 Il n'y a pas mort d'homme, chacun peut bien faire ce qu'il veut avec des notes, y compris ré-utiliser à sa sauce le matériel musical d'un autre compositeur. 8)
Ca peut d'ailleurs être drôle, une farce genre "Adagio d'Albinoni"... si c'est bien fait évidemment.
SInon, faire du neuf avec du vieux, c'est déjà ce qu'on reprochait à Rachmaninov et consorts il y a déjà un siècle...
Avatar du membre
Cripure
Messages : 40
Enregistré le : dim. 01 déc., 2019 14:38
Mon piano : Schimmel
Localisation : Belgique

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Cripure »

Salut Cripure, je ne suis pas certain de bien comprendre ce que tu cherches. Tu regrettes que la musique soit figée, mais il me semble qu'en meme temps tu rejettes toute forme d'evolution, qu'elle soit rythmique comme le jazz, qu'elle soit populaire ou exotique. Y a il eu des activité humaines qui ont reussi à se developper avec de telles contraintes de cloisonnement ? Liszt était tres tourné vers l'orient, brahms jouait dans les cabarets, chopin n'etait pas occidental.
Bonjour à toi,

Si j'ai exclu le jazz dans mon billet initial, ce n'est pas pour cause d'une aversion personnelle - je ne reproche rien au jazz, que je connais mal pour tout dire - mais parce qu'on le dissocie généralement du reste du répertoire classique. J'ai conscience que les termes de musique "sérieuse" ou "savante" laissent à désirer et qu'ils sont un peu snob, ce qui n'est pas mon cas, mais faute de mieux...

Là où tu te trompes à mon avis, c'est que les exemples que tu cites sont très liés aux affinités qu'avait le XIXe siècle avec l'Orient et la culture folklorique.

Les romantiques étaient fascinés par l'Orient et en avaient une vision plus qu'idyllique (Flaubert et Salammbô, Rimsky Korsakov et Sheherazade, Liszt a songé plusieurs fois à partir pour la Grèce, etc.) Aujourd'hui, l'Orient ne fait plus rêver comme il le faisait autrefois, quand il y avait encore des terres inexplorées et des rois de myrrhe et de pourpre à dos d'éléphants, et donc je vois mal comment on pourrait en tirer une plus-value pour la musique classique. Il est d'ailleurs intéressant de noter que de toutes les régions, le monde arabo-musulman est le moins réceptif au classique et produit peu d'interprètes, exception faite pour les Turcs, mais qui eux ne sont pas arabes. Quant aux tonalités et rythmes de l'Inde et ailleurs, comme je l'ai dit, je doute que nos sensibilités y soient adaptées pour dire de réellement y puiser un nouveau souffle. Ce ne sont pas nos imaginaires, nos mythes, nos tourments, ce n'est tout simplement pas notre culture. Toutefois cela n'exclut pas de savoureux emprunts à l'occasion. Cela ne veut en aucun cas dire qu'elle vaut moins que la culture classique européenne, ce n'est simplement pas la nôtre, et il est heureux que ces disparités subsistent alors que le monde devient malheureusement de plus en plus uniforme où qu'on aille. Le temps des grands voyages qui inspiraient Liszt et consorts est révolu.

La culture folklorique n'a presque pas survécu aux trente glorieuses dans nos pays européens. Quel village se réunit encore pour danser et jouer de la musique ? Les reliquats qui subsistent aujourd'hui le sont dans un but de préservation patrimoniale, c'est déjà signe que le souffle s'en est allé. Difficile d'aller y puiser quoi que soit pour la musique. Il n'y a qu'en Europe de l'Est que ces traditions ont plus ou moins survécu, mais ce n'est malheureusement qu'une question de temps avant qu'elles disparaissent à leur tour, à mon avis. L'identité culturelle européenne s'effrite d'année en année, et il n'est pas étonnant que la musique ait préludé cette baisse de régime.

Je n'ai pas la réponse à ma question "quelle sera la musique de l'avenir ?". Mais ayant nourri ma réflexion de toutes les interventions que ce post a récoltées, mon avis s'affinera encore car je continue de réfléchir longuement à la question. Mon constat est qu'il y a des choses à dire sur notre réalité et notre époque comme il y en avait à dire pour le romantisme et dans les années 30. Notre époque n'est-elle pas la plus paradoxale, la plus absurde et la plus dramatique que l'humanité ait connue ? comment expliquer que la musique ne parvienne pas à renouer avec l'expression qu'elle avait autrefois ? La littérature y parvient encore, la peinture n'a pas dit son dernier mot, le cinéma n'est pas mort non plus, alors pourquoi la musique ? Je pense qu'un peu de lyrisme ne ferait pas de mal à l'époque, quitte à s'appuyer sur une esthétique un peu dépassée pour mieux la re-dépasser, pour relancer la machine, comme on peut reculer pour mieux gravir une côte. Mais l'atonalisme a séparé les mélomanes des compositeurs contemporains, et sans le public, la musique mourra. Revenir sur ses pas pour mieux rebondir n'est jamais un aveu de faiblesse. Tournons-nous vers le passé, ce sera un progrès !
« Il faut travailler, rien que travailler. Et il faut avoir patience ! » Rainer Maria Rilke
roulroul2
Messages : 337
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Le fond du débat est qu'aucune musique n'est foncièrement mauvaise, aucune n'a été écrite ou composée pour ne pas donner du plaisir a ceux qui l'écoutent. Du moins en théorie, Il y a juste certaines qu'on a pas envie d'entendre, c'est tout.
La culture folklorique n'a presque pas survécu aux trente glorieuses dans nos pays européens.
Peut être, ça reste a prouver, tu peux en croiser encore au hasard d'une fête champêtre d'été, il y a des tas de gens bénévoles qui se démènent pour ça, chapeau pour eux. C'est une forme de résistance. La musique folklorique a aussi enfanté des genres et des sous genres dans la pop actuelle ( utilisation d’accordéon, de harpe...).Stivell en est un exemple parmi tant d'autres. Sans vouloir te blesser, bien sur, il me semble que tu as une vision excessivement sombre de l'avenir de la musique, qui n'a pas lieu d’être, selon moi. Jamais l'accès a la musique, et aux arts de toutes sortes n'a été aussi facile, et c'est plutôt une excellente nouvelle. Perso, je prends, surtout par les temps qui courent.
Nous sommes peut être trop pessimistes, a tort ou a raison. C'est sans doute l'époque et le contexte actuel qui veut ça.

Tout a fait autre chose : je pratique le modélisme ferroviaire : combien de fois j’entends : c'est plus comme avant, il n'y a pas relève, ça n’attire plus les jeunes, le matériel est trop cher et trop compliqué...Autant de raisons de se désoler. Pourtant, le nombre de pratiquants, en club, ou non n'a jamais été aussi important.
Avatar du membre
Cripure
Messages : 40
Enregistré le : dim. 01 déc., 2019 14:38
Mon piano : Schimmel
Localisation : Belgique

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Cripure »

roulroul2 a écrit : mer. 19 août, 2020 9:56 Sans vouloir te blesser, bien sur, il me semble que tu as une vision excessivement sombre de l'avenir de la musique, qui n'a pas lieu d’être, selon moi. Jamais l'accès a la musique, et aux arts de toutes sortes n'a été aussi facile, et c'est plutôt une excellente nouvelle. Perso, je prends, surtout par les temps qui courent.
Nous sommes peut être trop pessimistes, a tort ou a raison. C'est sans doute l'époque et le contexte actuel qui veut ça.
Peut-être bien, mais c'est surtout sur le présent de la musique que je suis pessimiste. Je donnerais cher pour que nous puissions revivre une période de dynamisme artistique comparable à ce qui fut le cas à peu-près à chaque époque de notre histoire. En revanche, pour l'avenir, disons dans quelques décennies, je suis convaincu que du nouveau arrivera, et pas qu'en musique. Je quitte le monde musical - ce n'est un secret pour personne que notre mode de vie va sensiblement évoluer dans les années à venir. Sera-ce pire, meilleur, ou simplement différent ? Qui sait quel élan pourra en tirer la production artistique. L'humanité ne pourra jamais se passer d'art, reste à voir si, côté musique, l'avenir sera dans la persistance dans un genre désavoué par le public ou qu'une esthétique tout à fait nouvelle verra le jour et qu'elle saura entraîner avec elle un enthousiasme populaire. Je le désire réellement.
« Il faut travailler, rien que travailler. Et il faut avoir patience ! » Rainer Maria Rilke
Solfège
Messages : 398
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

Il ne faut pas être pessimiste sur l'avenir de la musique qu'elle soit classique où autre. A toute les époques il y a eu des gens inventifs qui ont créé des chefs d'œuvre. Mais il ne faut pas s'attendre à des réincarnations de bach ou d'autre compositeurs classiques. Si on fait un parallèle avec la voiture dont je suis un passionné certains modèles mythiques n'ont jamais été reproduits. Les seuls qui l'ont été ne sont que de pâle copie qui ont perdus cet aspect mythique. Laissons faire le temps. Le plus important à mon avis c'est de préserver tout ce patrimoine artistique et culturel quelque soit le domaine car c'est peut être à cette condition que sera préservé la créativité future pour les générations à venir. Et justement sensibiliser les plus jeunes sur la richesse de ce patrimoine. C'est ce qui s'appelle faire de. la transmission. Salutations musicales.
Avatar du membre
lullablue
Messages : 126
Enregistré le : lun. 12 août, 2019 14:58
Mon piano : Samick js042

Re: L'avenir de la musique classique

Message par lullablue »

roulroul2 a écrit : mar. 18 août, 2020 19:31
la musique classique n'existe plus
Avec un catalogue immense ?
ce que je veux dire, c'est que tout les compositeurs classiques n'existent plus mais qu'il y a toujours de nouveaux qui composent et dont la musique est écoutée et jouée . (désolée je me suis mal exprimée)
je sais très bien que sur ce forum, c'est le classique qui prime,
et si vous regardez mon répertoire, je ne joue presque que du classique.
seulement je n'aime pas être enfermée dans un genre (mon côté rebelle sans doute), comme j'écoute toutes les musiques, je pense que tout le monde a sa place.

et tu as raison, il y a un répertoire immense à jouer!
j'ai un faible pour la musique romantique slave fin 19eme :wink:
Solfège
Messages : 398
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

On peut très bien aimer, écouter et ne jouer que de la musique classique mais on peut aussi écouter de temps en temps du jazz du rock du hard rock du blues où de la bonne variété où n'importe quel autre style de musique. Cela fait partie de la culture et de l'ouverture d'esprit. Et puis certains styles correspondent également à une période de notre vie.C'est un peu une manière d'entretenir ce patrimoine chacun à notre façon et c'est la même chose dans les autres domaines artistiques. Et c'est pour cela que la musique classique à un avenir car il y aura toujours des créateurs qu innoveront. Et si nous sommes inquiet c'est parce que nous ne maîtrisons pas l'avenir. Salutations musicales
roulroul2
Messages : 337
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Et puis certains styles correspondent également à une période de notre vie.
Bien sur !

Il y a très longtemps, dans mon jeune temps....Il y a plus de 40 ans bien tassés....
Bref, je raconte un peu ma vie. Je suis sorti avec une fille qui m'avait fait découvrir quelque d'improbable, d’inconnu pour moi, un ovni, dans son petit studio du 5eme tout mignon, sur sa chaine Bang & Olufsen (!) du haut de gamme à l'époque : La Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565, de Bach, je vous jure que c'est vrai. Et le mieux, c'est que je trouvait ça pas mal. Je m'en souviens comme si c'était hier, je souviens parfaitement de la pochette du vinyle : un magnifique orgue a tuyaux. Je me souvient aussi de la fille, mais c'est une autre histoire :shock: . Ça marchait aussi ( un peu moins bien, tout de même...) dans l'autre sens avec Deep Purple, comme quoi la musique mène a tout, même a la mémoire.

https://www.youtube.com/watch?v=Nnuq9PXbywA
Je redécouvre presque en même que vous. C'est magnifique.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 2712
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : Clavinova CLP-675 + orgue Content D2430
Localisation : Annecy (Haute-Savoie)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Jacques Béziat »

roulroul2 a écrit : jeu. 20 août, 2020 16:14
Il y a très longtemps, dans mon jeune temps....Il y a plus de 40 ans bien tassés....
Bref, je raconte un peu ma vie. Je suis sorti avec une fille qui m'avait fait découvrir quelque d'improbable, d’inconnu pour moi, un ovni, dans son petit studio du 5eme tout mignon, sur sa chaine Bang & Olufsen (!) du haut de gamme à l'époque : La Toccata et fugue en ré mineur, BWV 565, de Bach, je vous jure que c'est vrai. Et le mieux, c'est que je trouvait ça pas mal. Je m'en souviens comme si c'était hier, je souviens parfaitement de la pochette du vinyle : un magnifique orgue a tuyaux. Je me souvient aussi de la fille, mais c'est une autre histoire :shock: . Ça marchait aussi ( un peu moins bien, tout de même...) dans l'autre sens avec Deep Purple, comme quoi la musique mène a tout, même a la mémoire.
Et après, certains prétendent que Bach n'est pas glamour ! :lol:
« Être pianiste... n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Solfège
Messages : 398
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

Ton histoire est très jolie et très originale. Certaines se rappellent des slows qu'ils ont pu danser et toi c'est la toccata et fugue de bach qui t'a marquée. Comme quoi la musique est une sacrée boîte à souvenirs. C'est très touchant finalement. Merci de nous le faire partager. Ça met un peu de légèreté sur ce sujet qui oscillait entre pessimisme et optimisme et nous avons besoin de beaucoup d'optimisme en ce moment car la musique est synonyme de joie de vivre et elle est censé adoucir les mœurs. Et cessons de penser que la musique classique n'a pas d'avenir salutations musicales.
roulroul2
Messages : 337
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Je n'ai pas retrouvé vraiment avec certitude la pochette du vinyle de la fameuse Toccata de Bach, ce qui est sur, c'est la bande jaune en haut "Deutche Grammophon". Je n'ai pas pu m’empêcher de faire un parallèle a l'époque, et même encore maintenant du très long passage d'orgue du morceau "Saucerful of secret " de Pink Floyd, qui comme chacun sait est un groupe emblématique de la musique progressive. Ce genre est un petit peu en panne a l'heure actuelle, c'est un peu dommage. Preuve que la musique ça va, et ça vient, ça change,ça bouge, ça se renouvelle. Il n'y a pas de quoi s'en inquiéter. Pour moi, comme pour vous tous, je présume, la musique est plus que jamais INDISPENSABLE surtout à l'heure actuelle.

Que ce soit celle que je m’efforce de jouer tant bien que mal, ou celle que je j'écoute a travers des albums.
Avatar du membre
Cripure
Messages : 40
Enregistré le : dim. 01 déc., 2019 14:38
Mon piano : Schimmel
Localisation : Belgique

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Cripure »

Solfège a écrit : jeu. 20 août, 2020 23:49 Ton histoire est très jolie et très originale. Certaines se rappellent des slows qu'ils ont pu danser et toi c'est la toccata et fugue de bach qui t'a marquée. Comme quoi la musique est une sacrée boîte à souvenirs. C'est très touchant finalement. Merci de nous le faire partager. Ça met un peu de légèreté sur ce sujet qui oscillait entre pessimisme et optimisme et nous avons besoin de beaucoup d'optimisme en ce moment car la musique est synonyme de joie de vivre et elle est censé adoucir les mœurs. Et cessons de penser que la musique classique n'a pas d'avenir salutations musicales.
Oui cela fait du bien. La musique classique nous accompagne tout au long de notre vie, parfois lors d'expériences fortes. Pour embrayer, je me souviens d'un week-end romantique passé à Prague avec une fille que je côtoyais via un site de correspondance étrangère. C"était notre première rencontre, nous avions choisi cette ville comme terrain neutre, elle venant d'Italie et moi de Belgique. Nous y passâmes des jours heureux et passionnés comme deux jeunes qui savent qu'ils ne se reverront sans doute jamais. À cette époque, je venais de découvrir le Deuxième concerto de Rachmaninoff, qui nous accompagna à plusieurs moments du séjour, et quand je l'écoute aujourd'hui, cela me plonge dans un profond état de bonheur nostalgique comme peu de musiques le font, le bonheur douloureux des amours passées. Inutile de dire que cette œuvre tient pour moi lieu d'exception dans tout le répertoire classique, elle m'est très chère et a profondément accompagné mon développement de jeune homme.
« Il faut travailler, rien que travailler. Et il faut avoir patience ! » Rainer Maria Rilke
jazzy
Messages : 704
Enregistré le : jeu. 13 juil., 2017 11:11
Mon piano : yamaha cp 50 et piano Scholze
Localisation : AIN

Re: L'avenir de la musique classique

Message par jazzy »

A lire les différents témoignages, je me demande si la période de l'adolescence n'est pas la plus propice à la découverte musicale.
Juste 2 petits exemples dans des registres musicaux différents.

J'ai aimé Nougaro dès le début de sa carrière. Je me souviens parfaitement dans les années soixante, où j'étais ado, avoir entendu à la radio ,2 chansons qui m'ont tout de suite marqué: "y'avait une ville" et "une petite fille en pleurs". J'ai tout de suite accroché à ses rythmes jazzy et à ses paroles originales qui contrastaient avec la période yéyé.
Et bien j'aime toujours autant Nougaro, et finalement ,plus de 50 ans plus tard, ça reste mon chanteur français préféré. Dans le trio dont je fais partie ,notre répertoire fait d'ailleurs une large place à ses chansons (dont "une petite fille en pleurs" que nous travaillons actuellement!).

Dans le registre "plus classique", c'est un super prof de musique, au lycée, qui m'a fait découvrir quelques pièces et compositeurs.Pour ne parler que de Gershwin, je n'oublierai jamais l'effet produit par l'écoute de l'introduction jouée à la clarinette de la" rapsodie in blue" que j'entendais pour la 1ére fois. Le plus étonnant est que l'émotion ressentie alors est toujours présente. (je viens de réécouter)

Je ne parlerai pas des slows dansés sur "Aline" du chanteur Christophe!

Sans doute l'amour de la musique est-il tout proche de l' amour tout court?
Donc tant qu'il y aura des ados, l'avenir de la musique (classique ou autre) serait assuré???
Mon dernier morceau sur youtube
https://www.youtube.com/watch?v=GN9b1mBjlr4
cricri42
Messages : 36
Enregistré le : jeu. 30 juil., 2020 12:30
Localisation : Loire (département)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par cricri42 »

Cripure a écrit : sam. 08 août, 2020 18:28 Bonjour à tous,

J'aimerais vous faire part des réflexions qui parcourent mon esprit au sujet de l’avenir de notre chère musique classique. La question qui m’obsède ces temps-ci concerne surtout la nature de la création musicale dans le futur : quelle sera la musique sérieuse de l’avenir ? Par musique « sérieuse », j’entends la musique classique telle qu’on la pense habituellement de Monterverdi à nos jours, et j’exclus ainsi la musique populaire ou même le jazz.

La mort de la musique sérieuse a sans aucun doute été au cœur des préoccupations des mélomanes de tous âges. La Grèce antique a dû longuement jaser sur le remplacement du mode dorien par le mode ionien, et ce débat n’a cessé de traverser l’histoire de la musique. Berlioz, Liszt et Wagner sont connus pour avoir développé la « Musique de l’avenir », et, comme Beethoven avec ses symphonies, ils ont, en quelque sorte, tiré un trait sur la production musicale de leur temps et paralysé la production ultérieure, comme si tout avait été dit. C’est un peu caricatural, mais peut-on vraiment infirmer cette posture ? À bien y regarder, les continuations de Mahler, Rachmaninoff, Sibelius, etc. n’ont finalement fait que persister dans la voie de la musique romantique comme on la pratiquait du temps des grands maîtres. Déjà à leur époque, des compositeurs comme Rachmaninoff ou Sibelius, en dépit d'un succès populaire indéniable, étaient pourtant taxés de fantômes du passé, mimant ce qu’avaient fait leurs prédécesseurs. Il faut prendre ces commentaires avec des pincettes, et j’adore personnellement la musique de Rachmaninoff et Sibelius, mais la question se pose tout de même, qu’y a-t-il d’autre à écrire ?

J’ai bien conscience que cette question a, en partie, été solutionnée par le développement de la musique atonale, et tous les sous-genres qui en découlent (dodécaphonisme, sérialisme, spectralisme, etc.), mais il n’y a rien à faire, cette musique peine à fédérer une réelle communauté de mélomanes autour d’elle. Les programmations des salles philharmoniques et la désertion du public en témoignent, la musique contemporaine ne « parle » pas aux gens, et les compositeurs contemporains sont presque inconnus tant des incultes que des mélomanes eux-mêmes. Comment comparer l’aura qu’avaient de leur temps Beethoven, Chopin, Liszt, Tchaïkovski, et qui, à bien des égards, donnaient au compositeur un rôle éminemment public au sein de la société, avec des gens comme Arvo Pärt, Karol Beffa, etc. qui, même s’ils sont plus ou moins sortis du délire atonal, semblent coincés dans leur petit monde où personne ne s’intéresse vraiment à ce qu’ils produisent.

D’un autre côté, répéter inlassablement les poncifs du post-romantisme n’est pas une meilleure voie, et si quelqu’un composait demain une symphonie dans l’esprit de Mahler, Rachmaninoff ou Sibelius, elle serait sûrement bien accueillie par le public, mais reste qu’il ne s’agirait encore que d’une énième redite qui n’aura pas fait avancer le débat.

Personnellement, je ne sais pas ce qui m’attriste le plus : qu’il n’y ait presque plus rien à écrire qui n'ait déjà été dit et sûrement re-dit ou que ce qu’il reste à dire soit dans cette musique actuelle qu’une grande majorité du public classique (donc une majorité de minorité) ne parvient toujours pas à apprécier. Que la musique demande un effort, très bien, mais de là à pleurer sur Le Marteau sans maître de Pierre Boulez comme tant l’ont fait dans le Deuxième concerto de Rachmaninoff, il y a de la marge. J'entends bien les « la musique doit évoluer avec son temps », mais est-ce vraiment dans l’incorporation du numérique dans l’orchestre qu’elle pourrait « évoluer » ? J’en doute. C’est tout ce qui pousse les gens à aller aux concerts, l’humanité de la production musicale. Mais, là encore, l’argument mérite d’être entendu : composer aujourd’hui pour des instruments comme les cordes, les cuivres ou même le piano a-t-il encore un sens ? ou bien ne serait-ce qu’enfermer la musique dans un musée d’où elle ne pourrait jamais sortir ?

J'arrête là, je crois que tout été dit me concernant. Je vous le dis, cette question m'obsède réellement, et j'ai besoin d'avoir vos avis pour avancer, plutôt que de ruminer mon ressentiment d'être né à la mauvaise époque.
Je ne sais pas ce qui s'est passé, la fenètre de réponse a disparu d'un coup, et je n'ai pas pu finir mon texte mais j'avais dit l'essentiel.
Avatar du membre
quazart
Messages : 2956
Enregistré le : dim. 04 juin, 2017 0:06
Mon piano : Yamaha C1X, Kawai CA67
Localisation : Région parisienne et Côtes d'Armor

Re: L'avenir de la musique classique

Message par quazart »

roulroul2 a écrit : mer. 19 août, 2020 9:56 Le fond du débat est qu'aucune musique n'est foncièrement mauvaise,
Le fond du débat, c'est l'avenir de la musique classique.
Dire qu'aucune musique n'est foncièrement mauvaise... as-tu déjà subi une fête "techno" ???
Avatar du membre
quazart
Messages : 2956
Enregistré le : dim. 04 juin, 2017 0:06
Mon piano : Yamaha C1X, Kawai CA67
Localisation : Région parisienne et Côtes d'Armor

Re: L'avenir de la musique classique

Message par quazart »

lullablue a écrit : mer. 19 août, 2020 12:20 je sais très bien que sur ce forum, c'est le classique qui prime,
et si vous regardez mon répertoire, je ne joue presque que du classique.
seulement je n'aime pas être enfermée dans un genre (mon côté rebelle sans doute), comme j'écoute toutes les musiques, je pense que tout le monde a sa place.
Bien sûr ! Ce n'est pas un genre musical qui nous réunit mais un instrument ! Tous les amoureux du piano ont leur place ici !
Répondre