L'avenir de la musique classique

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Cripure
Messages : 40
Enregistré le : dim. 01 déc., 2019 14:38
Mon piano : Schimmel
Localisation : Belgique

L'avenir de la musique classique

Message par Cripure »

Bonjour à tous,

J'aimerais vous faire part des réflexions qui parcourent mon esprit au sujet de l’avenir de notre chère musique classique. La question qui m’obsède ces temps-ci concerne surtout la nature de la création musicale dans le futur : quelle sera la musique sérieuse de l’avenir ? Par musique « sérieuse », j’entends la musique classique telle qu’on la pense habituellement de Monterverdi à nos jours, et j’exclus ainsi la musique populaire ou même le jazz.

La mort de la musique sérieuse a sans aucun doute été au cœur des préoccupations des mélomanes de tous âges. La Grèce antique a dû longuement jaser sur le remplacement du mode dorien par le mode ionien, et ce débat n’a cessé de traverser l’histoire de la musique. Berlioz, Liszt et Wagner sont connus pour avoir développé la « Musique de l’avenir », et, comme Beethoven avec ses symphonies, ils ont, en quelque sorte, tiré un trait sur la production musicale de leur temps et paralysé la production ultérieure, comme si tout avait été dit. C’est un peu caricatural, mais peut-on vraiment infirmer cette posture ? À bien y regarder, les continuations de Mahler, Rachmaninoff, Sibelius, etc. n’ont finalement fait que persister dans la voie de la musique romantique comme on la pratiquait du temps des grands maîtres. Déjà à leur époque, des compositeurs comme Rachmaninoff ou Sibelius, en dépit d'un succès populaire indéniable, étaient pourtant taxés de fantômes du passé, mimant ce qu’avaient fait leurs prédécesseurs. Il faut prendre ces commentaires avec des pincettes, et j’adore personnellement la musique de Rachmaninoff et Sibelius, mais la question se pose tout de même, qu’y a-t-il d’autre à écrire ?

J’ai bien conscience que cette question a, en partie, été solutionnée par le développement de la musique atonale, et tous les sous-genres qui en découlent (dodécaphonisme, sérialisme, spectralisme, etc.), mais il n’y a rien à faire, cette musique peine à fédérer une réelle communauté de mélomanes autour d’elle. Les programmations des salles philharmoniques et la désertion du public en témoignent, la musique contemporaine ne « parle » pas aux gens, et les compositeurs contemporains sont presque inconnus tant des incultes que des mélomanes eux-mêmes. Comment comparer l’aura qu’avaient de leur temps Beethoven, Chopin, Liszt, Tchaïkovski, et qui, à bien des égards, donnaient au compositeur un rôle éminemment public au sein de la société, avec des gens comme Arvo Pärt, Karol Beffa, etc. qui, même s’ils sont plus ou moins sortis du délire atonal, semblent coincés dans leur petit monde où personne ne s’intéresse vraiment à ce qu’ils produisent.

D’un autre côté, répéter inlassablement les poncifs du post-romantisme n’est pas une meilleure voie, et si quelqu’un composait demain une symphonie dans l’esprit de Mahler, Rachmaninoff ou Sibelius, elle serait sûrement bien accueillie par le public, mais reste qu’il ne s’agirait encore que d’une énième redite qui n’aura pas fait avancer le débat.

Personnellement, je ne sais pas ce qui m’attriste le plus : qu’il n’y ait presque plus rien à écrire qui n'ait déjà été dit et sûrement re-dit ou que ce qu’il reste à dire soit dans cette musique actuelle qu’une grande majorité du public classique (donc une majorité de minorité) ne parvient toujours pas à apprécier. Que la musique demande un effort, très bien, mais de là à pleurer sur Le Marteau sans maître de Pierre Boulez comme tant l’ont fait dans le Deuxième concerto de Rachmaninoff, il y a de la marge. J'entends bien les « la musique doit évoluer avec son temps », mais est-ce vraiment dans l’incorporation du numérique dans l’orchestre qu’elle pourrait « évoluer » ? J’en doute. C’est tout ce qui pousse les gens à aller aux concerts, l’humanité de la production musicale. Mais, là encore, l’argument mérite d’être entendu : composer aujourd’hui pour des instruments comme les cordes, les cuivres ou même le piano a-t-il encore un sens ? ou bien ne serait-ce qu’enfermer la musique dans un musée d’où elle ne pourrait jamais sortir ?

J'arrête là, je crois que tout été dit me concernant. Je vous le dis, cette question m'obsède réellement, et j'ai besoin d'avoir vos avis pour avancer, plutôt que de ruminer mon ressentiment d'être né à la mauvaise époque.
Modifié en dernier par Cripure le sam. 08 août, 2020 19:31, modifié 1 fois.
« Il faut travailler, rien que travailler. Et il faut avoir patience ! » Rainer Maria Rilke
Avatar du membre
floyer
Modérateur
Messages : 2486
Enregistré le : mar. 29 oct., 2013 23:08
Mon piano : Yamaha CLP-150 et Ivory II
Localisation : Montigny-le-Bretonneux (région parisienne)
Contact :

Re: L'avenir de la musique classique

Message par floyer »

Dans les concerts populaires où le son est amplifié donc venant d’enceintes, il peut y avoir une qualité de restitution comparable à ce que l’on peut avoir chez soit pour peu que l’on soit bien équipé. Du coup, c’est peut-être plus l’aspect spectacle, le principe de sortir etc. que l’on retrouve aussi avec des concerts acoustiques.

Pour un concert avec un orchestre, c’est différent : ce sont de vrais instruments, du coup c’est moins comparable.

Un concept intermédiaire est l’opéra projeté sur grand écran au cinéma...

Quant au numérique, si c’est pour singer un instrument acoustique, quel est l’intérêt ? En revanche, il a toute sa place dans des concert des Jean-Michel Jarre qui construit ses concert à la fois sur des mélodie mais aussi sur la construction de sons nouveaux.
pianoforte
Messages : 86
Enregistré le : mar. 31 janv., 2017 10:24

Re: L'avenir de la musique classique

Message par pianoforte »

Je ne suis absolument pas spécialiste de musique contemporaine, mais je trouve que certains compositeurs actuels ont su - savent - utiliser les instruments dans leurs oeuvres , en gardant leurs caractéristiques " classiques " et en jouant sur leurs qualités propres également ; le résultat est vraiment convaincant et impressionnant . Si vous ne le connaissez pas, ça vaut la peine d'écouter !
Sinon , quelqu'un comme Arvo Pärt, ou Peteris Vasks ont également su écrire de manière classique , mais avec leur langage très particulier, leur sensibilité qui insuffle un souffle inédit et renouvelle notre perception en élargissant la perception de notre univers familier pour le transformer et nous le rendre inattendu .
roulroul2
Messages : 327
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Je trouve assez bizarre ce terme de "musique sérieuse", un brin pompeux, que je ne connaissait pas. A la limite, celui de 'grande musique" serait plus approprié.

Je suis un peu d'accord avec toi : Tu peux difficilement recréer du Beethoven a l'heure actuelle, a mon avis tout comme tu ne peux pas recréer aujourd’hui du son pop des 70s, par exemple sinon tu referais la même chose, a quelques variantes près. Et avec un risque certain de tourner en rond.
bernard
Messages : 3144
Enregistré le : mer. 27 oct., 2004 20:09
Mon piano : Kawai VPC1 Pianoteq 6
Localisation : Var est

Re: L'avenir de la musique classique

Message par bernard »

Berlioz, Liszt et Wagner sont connus pour avoir développé la « Musique de l’avenir », et, comme Beethoven avec ses symphonies, ils ont, en quelque sorte, tiré un trait sur la production musicale de leur temps et paralysé la production ultérieure, comme si tout avait été dit. C’est un peu caricatural, mais peut-on vraiment infirmer cette posture ?
il me semble que oui , avec Ravel, Stravinsky et Debussy par exemple
Solfège
Messages : 392
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

Les compositeurs de musique classiques ont créé des œuvres pour l'éternité et ce n'est sûrement pas évident d'aller au delà. Je ne les citerais pas tous car vous savez ceux à qui je fais allusion. Ils sont tous allés très loin dans leur recherche musicale. Il y a eu une tentative de continuité avec la musique contemporaine atonale mais qui n'a pas convaincu. Notre oreille n'est pas éduqué pour cela. Je suis organiste et dans ce domaine là on s'aperçoit que toutes les compositions actuelles sont atonale et parfois imbuvable. Seul des organistes comme Messiaen ou jehann Alain ou Naji Hakim et quelques autres sont arrivés à faire des œuvres contemporaines et classiques à la fois. Messiaen a composé par exemple une œuvre qui s'appelle la nativité ou l'on a des accords dissonants mais dont la résolution est un accord soit mineur soit majeur. Mais finalement on s'aperçoit que l'on retrouve des accords de 6ème de 9ème diminuée ou augmentee mais qui ne sont pas forcément désagréable à entendre mais qui sont diablement difficiles à jouer. Mais ce sont des œuvres qui méritent de solides explications autant pour celui qui les jouent que pour celui qui les écoutent. Tout ça pour dire que les compositeurs ont peut être encore des marges de manœuvre pour composer du classique mais ce n'est pas gagné car c'est très difficile de faire mieux que les bach mozart beethoven Schubert Listz chopin et j'en oublie. Donc votre réflexion sur le sujet est très pertinente et à mon avis le plus important est de préserver tout ce patrimoine musical d'essayer de l'interpréter avec des instruments d'époque et de favoriser la recherche de tout ce qui a été composé et d'arriver à exhumer des œuvres inconnues. C'est un sacré travail déjà et s'il est mené à bien cela arrivera à compenser peut-être le manque de compositeurs actuels. Et je pense qu'il faut que toutes ces œuvres classiques soient conservées dans leur état d'origine et absolument pas arrangées à la sauce numérique. Salutations musicales.
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 2712
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : Clavinova CLP-675 + orgue Content D2430
Localisation : Annecy (Haute-Savoie)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Jacques Béziat »

Solfège a écrit : sam. 08 août, 2020 22:58 (...) Et je pense qu'il faut que toutes ces œuvres classiques soient conservées dans leur état d'origine et absolument pas arrangées à la sauce numérique. Salutations musicales.
Bonjour Solfège ! :)
Et pourtant, Dieu sait combien de tentatives ont été produites dans ce sens depuis les années 60, depuis l'électronique en fait !
Avec à chaque fois l'annonce d'une révolution qui allait tout raser ! :lol:
Mais, finalement, tout cela n'a en rien entamé le succès des orchestres traditionnels, des instruments solistes.
Il n'y a qu'à voir le succès des festivals classiques, très nombreux !
Voilà qui devrait nous rassurer ! Et TE rassurer, Solfège ! :)

Et la musique ancienne et baroque, que le XIXème siècle croyait avoir enterré, connaît un succès incroyable depuis les années 80 !

Le nombre pléthorique de virtuoses de tous les instruments se produisant ne laisse en rien présager d'une désaffection du public, fût-il populaire, pour la musique classique.
Peut-être suis-je trop optimiste, mais pour moi la musique classique est comme les œuvres d'art architecturales, châteaux et cathédrales, comme les peintures du Louvre et d'ailleurs : c'est le patrimoine de l'humanité, et le public en est finalement passionné !!
Certes, il s'agit d'une musique « savante », mais tout le monde connaît au moins quelques thèmes classiques, c'est le fondement d'une culture, et même d'une civilisation !
« Être pianiste... n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Solfège
Messages : 392
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

Bonsoir Jacques. C'est vrai qu'il y a énormément de festivals et de concerts. Merci de l'avoir cité et effectivement cela me rassure. Je suis tout à fait d'accord avec toi sur le fait que la musique classique fait partie de notre patrimoine et c'est rassurant de voir que finalement il y a énormément d'interprète dans tous les instruments qui sont jeunes et c'est par eux que passent la préservation de ce patrimoine. Il y a également quelques initiatives pour amener la musique classique dans certains milieux défavorisés et permettre à des enfants d'apprendre à jouer d'un instrument et d'interpréter des œuvres du répertoire classique. Personnellement çà me fascine de voir ces enfants jouer d'un instrument et ça me rassure car finalement quand on veut on peut. Et je pense notamment à une chef d'orchestre qui fait un travail fabuleux mais j' ai oublié son nom. Et en temps qu'organiste je m'efforce aussi de trouver des morceaux qui ne sont pas connus et j'essaie d'avoir une palette de morceaux assez large pour ne pas toujours jouer la même chose et essayer de faire connaître le répertoire classique car c'est aussi un moyen de préserver ce patrimoine auquel nous sommes tous très attaché finalement. Salutations musicales.
pianoforte
Messages : 86
Enregistré le : mar. 31 janv., 2017 10:24

Re: L'avenir de la musique classique

Message par pianoforte »

A la relecture de mon message -envoyé trop vite ! - je réalise que je voulais suggérer l'écoute des oeuvres de Philippe Hersant ( qui utilise l'instrumentarium classique ) avec son langage qui transforme et renouvelle la perception que l'on peut avoir de tous ces instruments très connus , et ,nhésite pas non plus à utiliser les instruments anciens comme la viole de gambe , l'orgue ....A découvrir si ce n'est déjà fait !

https://www.youtube.com/watch?v=8Y7Z_UTUWPQ

ou les variations sur la Sonnerie de Ste Geneviève du Mont de Marin Marais :

https://www.youtube.com/watch?v=2zYCwmkv4b4&t=427s
roulroul2
Messages : 327
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Intrigué, je cherche "Arvo Pärt" cité plus haut, au passage, merci tout de même pour la découverte.
Je ne sais pas si cette vidéo est représentative de l’œuvre entière de cet artiste :
https://www.youtube.com/watch?v=GMF2C2-zcWM
C'est assez bizarre cette musique hybride, assise entre deux chaises et de mêler compo dite moderne et instrument anciens. Ça ressemble assez au mouvement de musique électronique des 70's, seuls les instruments diffèrent. Ça se laisse écouter, franchement, je m' attendais a pire, avec mes certitudes et mes préjugés. Mais ça manque cruellement de ligne mélodique. Pour initiés seulement.
pianoforte
Messages : 86
Enregistré le : mar. 31 janv., 2017 10:24

Re: L'avenir de la musique classique

Message par pianoforte »

Eh bien ....disons qu'on peut toujours trouver à redire à propos de tout et qu'on ne fait peut-être pas d'omelette sans casser des oeufs .... :o
J'essayais de vous apporter une amorce de réponse à vos remarques désabusées sur le fait que tout fout le camp et que c'était mieux avant .
Bref, pour la ligne mélodique elle est juste très longue et certes diluée dans un tempo extrêmement lent , ce qui donne aussi ce caractère contemplatif et détaché . Mais il n'y a pas que Pärt , qui est particulier et peut ne pas plaire . Et puis il faut aussi entrer dans ces univers particuliers , n'oublions pas qu'au début du XXè siècle Debussy et Ravel n'ont pas fait l'unanimité ....

Essayez d'écouter les 24 Préludes pour piano de Philippe Hersant " Ephémères " :

https://www.youtube.com/watch?v=NA5vZTrkdwA

Voilà , ce sera ma dernière tentative pour vous réconcilier avec les compositeurs d'aujourd'hui !
Avatar du membre
elenajalan
Messages : 140
Enregistré le : sam. 21 mars, 2020 17:03
Mon piano : Rameau
Localisation : Morvan (Bourgogne)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par elenajalan »

J'apporte de l'eau au moulin de l'éternelle question sur la création avec un extrait d'une composition de l'ancien professeur d'orgue de ma soeur, Jean-Pierre Leguay :
https://youtu.be/z30ePprChe4
L'instant présent, le seul moment qui glisse entre nos doigts et que l'on savoure pourtant...
roulroul2
Messages : 327
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Internet c'est bien, on y trouve tout...C'est bien la le problème : on y trouve TROP de tout. Comment s'y retrouver dans tout ce fatras d'infos...IL faudrait presque ouvrir ( j'en appelle aux connaisseurs....) un fil dédié a la musique contemporaine, pour aller a l'essentiel. J'ai comme l'impression d' avoir seulement survolé le sujet, en passant a coté de choses intéressantes, par ignorance, et par méconnaissance. IL faut sans doute ensuite être motivé, et accrocher a ce genre musical, c'est a dire connaitre l' ensemble de l' œuvre d'un artiste, pour juger, ce que je n'ai pas su (pu) faire.
Si on prends l' exemple de l' œuvre du groupe Pink Floyd, que je connais très bien, qu'on ne peux pas considérer bien entendu comme du classique, mais tout de même comme du contemporain, le pire ( des morceaux carrément chiants ) côtoie souvent le meilleur, le commercial côtoie l'exception et la rareté, il faut donc nécessairement apprécier l’œuvre dans son ensemble.
Mais comme la musique dite contemporaine est très confidentielle, on n'en sort pas.

Je trouve ça un peu dommage, beaucoup de gens ( dont moi...) en sont restés la pour la musique contemporaine. C'est caricatural ( n'oublions pas que c'est un film comique...Mais au final c'est l'image qui reste.
Je parle de la fameuse scène du film des "Tontons Flingueurs".
Dans le film, la musique concrète est également présente grâce au personnage d’Antoine Delafoy, jeune compositeur. A la sortie du film, ce genre musical vient de faire son apparition en France, et il est ici un peu moqué à l’écran : « Ce qui sert dans cette scène à faire de la musique, ce sont des magnétophones et des robinets qui laissent couler de l’eau pour faire du bruit. Le seul instrument classique que l’on trouve c’est une cymbale, mais qui est jouée par des balles de ping-pong qui tombent de manière un peu aléatoire dessus ».
Solfège
Messages : 392
Enregistré le : dim. 09 févr., 2020 14:00
Mon piano : Yamaha nu1 yamaha p255 orgue à tuyaux
Localisation : Languedoc

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Solfège »

Par musique contemporaine personnellement c'est plutôt la musique à tonale.Le rock le blues le jazz le tango etc et même la variété peuvent être assimilé à la musique contemporaine et beaucoup de ces musiques là sont devenues des classiques car certaines orchestrations sont d'excellentes compositions avec beaucoup de recherches même dans la variété. De la à les inclure dans le patrimoine culturel pourquoi pas. Après chacun fera ses propres classements en fonction de ces goûts. C'est comme l'architecture, certaines réalisations. contemporaines sont sublimes. Je pense au Pont de millau où à la grande motte qui est une ville entièrement nouvelle et dont l'architecte de l'époque balladur a voulu que chaque bâtiment ait un sens. Du coup c'est une ville qui est classée. Ce qui veut dire que la créativité n'a pas de limites et qu'il faut la favoriser et la protéger. Après tout est question de goût. Mais l'avenir de la musique classique est lié à l'avenir de l''art en général et la façon dont on considère et on protège les créateurs quelqu' il soit. Salutations musicales
bernard
Messages : 3144
Enregistré le : mer. 27 oct., 2004 20:09
Mon piano : Kawai VPC1 Pianoteq 6
Localisation : Var est

Re: L'avenir de la musique classique

Message par bernard »

Le rock le blues le jazz le tango etc et même la variété peuvent être assimilé à la musique contemporaine
je dirais plutôt qu'ils sont contemporains à la musique contemporaine mais construits sur une structure harmonique totalement classique
essentiellement sur la progression d'accords I IV V
pour le jazz , c'est à mon avis bien plus compliqué
Par musique contemporaine personnellement c'est plutôt la musique à tonale
musique atonale, sans tonalité définie.
roulroul2
Messages : 327
Enregistré le : sam. 02 mai, 2020 23:25

Re: L'avenir de la musique classique

Message par roulroul2 »

Wikipédia :
La musique atonale résulte de l'emploi de l'atonalité comme élément de composition. L'atonalité (ou atonalisme) est un terme qui décrit à la fois une technique de composition et l'état harmonique qui en résulte. C'est une technique d'écriture qui remet en cause en profondeur les habitudes de composition traditionnelles et la théorie de la musique occidentale. Ce système eut un impact important dans l'évolution musicale au cours du XXe siècle et engendra le large courant de musique dite "savante" avant-gardiste qu'on appelle « musique contemporaine ». Cette technique se caractérise par l'émancipation des dissonances et le rejet de toute hiérarchie tonale — hiérarchie qui est, à la base, le fondement de la grammaire musicale sur laquelle repose la musique classique et la quasi-totalité des musiques occidentales : le système tonal. L'atonalité constitue donc une remise en cause importante de la conception de l'écriture musicale envisagée jusqu'alors. L'atonalité a été associée tout particulièrement à la phase expressionniste de la Seconde école de Vienne. Au niveau expressif elle est souvent associée à des atmosphères angoissées et torturées qui siéent à l'esthétique expressionniste. Ce type d'écriture fut introduit par Arnold Schönberg et ses élèves Anton Webern et Alban Berg.
Je n'ai pas saisi grand'chose.
Pour faire court, une musique qui casse un peu les codes, et qui jouit d'une plus grande liberté d'écriture, voire d' interprétation ?

Je connais et apprécie depuis longtemps le groupe Français Magma, dans sa recherche de sons, on est pas loin de la musique contemporaine,
a mon avis. Navré, je n'ai que des références pop. Mais si vous en avez d'autres de votre coté avec des liens....

https://www.youtube.com/watch?v=lcM3-21ZfBY

Pour revenir au thème de départ, et ne pas trop dévier (!), je ne suis pas inquiet plus que ça pour la musique classique : il y a de quoi faire, le répertoire est immense et quasi infini, rien qu' avec l'existant. Chez moi, elle cohabite sans problème avec du jazz, dé la variété, du rock, tout dépends des circonstances, et de mon humeur, c'est aussi simple que ça.
bernard
Messages : 3144
Enregistré le : mer. 27 oct., 2004 20:09
Mon piano : Kawai VPC1 Pianoteq 6
Localisation : Var est

Re: L'avenir de la musique classique

Message par bernard »

Avatar du membre
Cripure
Messages : 40
Enregistré le : dim. 01 déc., 2019 14:38
Mon piano : Schimmel
Localisation : Belgique

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Cripure »

roulroul2 a écrit : dim. 09 août, 2020 17:49 Pour revenir au thème de départ, et ne pas trop dévier (!), je ne suis pas inquiet plus que ça pour la musique classique : il y a de quoi faire, le répertoire est immense et quasi infini, rien qu' avec l'existant. Chez moi, elle cohabite sans problème avec du jazz, dé la variété, du rock, tout dépends des circonstances, et de mon humeur, c'est aussi simple que ça.
En fait, ce n'est pas tellement la survie du répertoire actuel le sujet. La question c'est de savoir si la musique classique saura proposer autre chose (comme elle l'a toujours fait) au fil des années à venir. S'il est assez certain que le répertoire déjà produit sera sans doute joué encore très très longtemps, je trouve qu’il y a bien un risque qu'il se fige pour toujours et que l'on ait plus jamais de nouvelles productions qui enthousiasment réellement le public comme ce fut le cas avant l’aventure atonale.
« Il faut travailler, rien que travailler. Et il faut avoir patience ! » Rainer Maria Rilke
Avatar du membre
Jacques Béziat
Messages : 2712
Enregistré le : mer. 27 janv., 2016 6:23
Mon piano : Clavinova CLP-675 + orgue Content D2430
Localisation : Annecy (Haute-Savoie)

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Jacques Béziat »

La musique atonale ne séduira jamais les foules, tout comme la musique sérielle.
La tonalité correspond à un code culturel ancien et référencé dès le plus jeune âge dans la mémoire collective, si cette référence disparaît, la population en général ne peut suivre.
On peut comparer cela avec le free jazz.
Ces musiques ne sont comprises (?) que par une frange de la population (dont je ne fais d'ailleurs pas partie).

Pour moi, ce n'est pas la disparition ou l'oubli de la musique classique qui m'inquiète, mais bien davantage le jazz.
Après les années 60, qui étaient le prolongement de l'influence américaine avec le jazz qui était une expression de modernité, ont suivi d'autres courants (le rock, la soul, la pop) qui ont conquis les foules du monde entier.
Même aux USA, le jazz est très discret, en France et en Europe il n'attire plus les foules, même les grands festivals sont contraints d'ajouter à l'affiche des festivals de jazz des représentants d'autres styles de musique (Vienne, Nice, Antibes), c'est triste...
« Être pianiste... n'est pas une profession. C'est une philosophie, un style de vie. »
Michelangeli
Avatar du membre
Arabesque44
Messages : 3297
Enregistré le : lun. 07 oct., 2013 18:11
Mon piano : Bechstein 175 Yamaha 155P
Localisation : Nantes

Re: L'avenir de la musique classique

Message par Arabesque44 »

on a déjà beaucoup parlé et relayé cette conférence de Jérôme Ducros qui aborde le sujet de façon un peu caricaturale mais qui appuie là où ça fait mal.
Pour ceux qui ne l'aurait pas encore vue:
https://www.college-de-france.fr/site/k ... -15h00.htm
Répondre