Inégalité femmes/hommes

Hors-sujet, questions sur l'utilisation du forum...

Modérateur : Modérateurs

Répondre
roulroul
Messages : 1592
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par roulroul »

Trouvé sur un site militant féministe, je n' ai pas eu a chercher bien loin, c'est le premier sur la liste de la recherche :
Aujourd’hui il existe de vraies inégalités entre femmes et hommes : rien que dans notre pays, ceux-ci gagnent 27% de plus, ne font que 20% des tâches ménagères et représentent 73% des députés à l’Assemblée Nationale pendant que les femmes sont 83 000 à être violées par an, qu’une femme décède tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint, etc. Comment expliquer ces différences qui persistent malgré l’égalité en droits ?
Commentaire : c'est évident, je cautionne totalement, 90 % des gens seront d' accord, les 10 % restants sont les gros machos, ou ceux qui ont un petit pois a la place du cerveau. Approuver c'est bien, mais changer les choses c'est mieux, je trouve délirant qu'a salaire égal, on ne ramène pas la même paie a la maison. Pour ce qui est de la politique, je serais bien sur prêt a voter pour une femme, quoique du point de vue strictement affaires publiques, je ne suis franchement pas sur du gain en honnêteté, et en efficacité. Quand au partage des taches, oui, mais il faut a cela rajouter la répartition des taches, tout aussi importante. Sur la question de la violence dans un couple, bien que pas concerné(!), je condamne, je pense que du point de vue Police / Justice / Lois des progrès ont été faits, dans le traitement de ces tristes affaires.

Ainsi, les personnes nées avec un sexe féminin sont par exemple supposées être douces, aimer le rose, être peu intéressées par les choses de la cité, avoir un instinct maternel qui les renvoie vers leur rôle de procréatrices et aimer faire plaisir aux garçons.
Ca se gâte un peu, ensuite : on combat les clichés, mais en les mettant en avant de manière excessive, curieux...
Les personnes nées avec un sexe masculin sont par exemple supposées aimer le bleu, le foot, être fortes, ambitieuses, avoir du leadership et de fortes pulsions sexuelles qu’elles doivent assouvir nécessairement. Genre masculin et féminin ne sont pas égaux, l’un domine l’autre. Chaque individu-e est éduqué-e depuis tout-e petit-e avec cette idée, l’intègre et la reproduit.
Et la, ça fait carrément flipper, la mis a part les pulsions sexuelles, c'est tout moi, mais restons serieux, ça laisse gravement sous entendre que la grande majorité des mecs seraient des pourris.
Je n'aime vraiment pas cette idée réductrice, un comble quand on prétends justement les combattre : action de jeu et éducation reçue tout petit(e) = futur dominant(e) ou soumis(e), c'est en substance ce que ça veut dire, a mon avis ça ne marche pas du tout comme ça.
Lazur84
Messages : 557
Enregistré le : ven. 17 févr., 2017 15:02

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lazur84 »

roulroul a écrit : mer. 02 janv., 2019 12:53 Je n'aime vraiment pas cette idée réductrice, un comble quand on prétends justement les combattre : action de jeu et éducation reçue tout petit(e) = futur dominant(e) ou soumis(e), c'est en substance ce que ça veut dire, a mon avis ça ne marche pas du tout comme ça.
Mais alors, comment expliques-tu les chiffres que tu cites autrement que par des constructions sociales (jeux et éducation en font partie ) puisque à ton avis, "ça ne marche pas du tout comme ça" ?

Pour rappel :
Aujourd’hui il existe de vraies inégalités entre femmes et hommes : rien que dans notre pays, ceux-ci gagnent 27% de plus, ne font que 20% des tâches ménagères et représentent 73% des députés à l’Assemblée Nationale pendant que les femmes sont 83 000 à être violées par an, qu’une femme décède tous les 2 jours et demi sous les coups de son conjoint ou ex-conjoint, etc.
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Je reste toujours prudent sur ce genre de chiffres.

Pour l'inégalité salariale par exemple, l'INSEE nous dit qu'une grande partie de cet écart s'explique assez facilement (temps partiel, postes différents etc...)
Il reste donc, à caractéristiques observées identiques, un écart de 6,8 % que d’autres facteurs comme l’expérience professionnelle, l’ancienneté dans l’entreprise ou encore le niveau de diplôme acquis peuvent contribuer à expliquer. Il peut aussi être le reflet de pratiques discriminatoires en termes d’avancement ou de primes.
Vous me direz peu importe, un écart est un écart, et s'il ne résulte pas de discrimination il reste néanmoins concret. Il faut alors chercher et essayer de résoudre d'éventuels problèmes ailleurs (meilleure répartition du temps partiel, pousser pour avoir la parité dans certains diplômes supérieurs etc...).......pour autant qu'il y ait un problème avéré, et ça peut nous emmener très loin.
Par exemple le temps partiel, pour celles que je connais qui sont dans cette situation, elles ne souhaiteraient certainement pas passer à temps plein et que leur conjoint passe à temps partiel. Elles sont heureuses de se partager entre vie familiale et vie professionnelle. Alors leur volonté est-elle guidée par une société phallocrate ? Pfiou....peut être bien...mais on arrive quand même dans un domaine qui relève beaucoup de la supposition et de l'opinion, et il devient à mon sens très difficile de démontrer quoique ce soit.

En d'autres termes, peu importe la cause, construction sociale ou non, la question est : doit-on déplorer cette situation d'une manière générale ? C'est là que je ne suis plus d'accord et que je n'aime pas le combat féministe tel qu'il est mené (ou en tout cas tel qu'il est souvent restitué dans les médias, ce qui a tendance à le décrédibiliser). Il faut lutter contre les injustices avérées, racistes, sexistes etc...mais travailler sur des chiffres et des généralités, c'est un non-sens.

Vouloir que les femmes gagnent autant que les hommes, c'est à mon sens stupide et inutile. Faire en sorte qu'une femme gagne autant qu'un homme (un noir autant qu'un blanc etc...), à poste égale, expérience égale etc... c'est une nécessité tellement évidente que je trouve triste et effarant que l'on doive encore se battre pour ça au XXIème siècle.

Quant aux viols et aux meurtres, si malheureux soient-ils, j'ai du mal à faire le lien et à me dire que ça résulte d'une quelconque inégalité. Les hommes sont certainement plus enclins à la violence physique (mais certaines femmes se posent là en matière de violence psychologique....plus difficile à tracer/quantifier par contre), mais quel rapport avec le sexisme ?
N'est-ce pas

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par N'est-ce pas »

nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38Par exemple le temps partiel, pour celles que je connais qui sont dans cette situation, elles ne souhaiteraient certainement pas passer à temps plein et que leur conjoint passe à temps partiel. Elles sont heureuses de se partager entre vie familiale et vie professionnelle. Alors leur volonté est-elle guidée par une société phallocrate ? Pfiou....peut être bien...mais on arrive quand même dans un domaine qui relève beaucoup de la supposition et de l'opinion, et il devient à mon sens très difficile de démontrer quoique ce soit.
Le concept de préférences adaptatives pourrait t'intéresser :
Amartya Sen a démontré le fait que les femmes et groupes opprimés échouent souvent à reconnaître leur manque de bien-être, car ils adaptent leurs préférences à ce manque (Sen, 1995; Sen, 1990). Ces préférences portent le nom de «préférences adaptatives». On parle ainsi de préférences adaptatives lorsque des personnes adaptent leurs préférences à ce qui est accessible ou suggéré socialement dans leur situation.
( https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/ ... =y#page=15 )


nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38 Il faut lutter contre les injustices avérées, racistes, sexistes etc...mais travailler sur des chiffres et des généralités, c'est un non-sens.
Vouloir que les femmes gagnent autant que les hommes, c'est à mon sens stupide et inutile. Faire en sorte qu'une femme gagne autant qu'un homme (un noir autant qu'un blanc etc...), à poste égale, expérience égale etc... c'est une nécessité tellement évidente que je trouve triste et effarant que l'on doive encore se battre pour ça au XXIème siècle.
J'ai du mal à te suivre : pourquoi les injustices se dissiperaient-elles lorsqu'on les additionne pour les considérer à large échelle et identifier leur caractère systématique ?

Enfin, tu écris
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38peu importe la cause
mais dans la mesure où ça urge d'interrompre ces injustices, ça importe d'en connaître les mécanismes de production...
Lazur84
Messages : 557
Enregistré le : ven. 17 févr., 2017 15:02

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lazur84 »

Je ne connaissais pas le concept de "préférences adaptatives" (et pour être honnête, N'est-ce pas, je n'ai lu pour l'instant que l'introduction du document que tu mets en lien) mais je le trouve a priori très performant car il est évident que les femmes ont une part au moins égale à celle des hommes dans la perpétuation des clichés, pour la seule raison que les intégrer leur permet de trouver plus aisément leur rôle et leur place dans la société. Quand j'enseignais dans un collège de banlieue autrefois, j'ai eu une discussion avec deux filles de ma classe qui avaient pris la décision de "s'habiller en bonhomme", comme elles disaient, c'est-à-dire avec une panoplie jogging, baskets, cheveux sévèrement attachés. La première m'avait dit : "Comme ça je ne me fais pas traiter de pute quand je sors de chez moi" (et là, on peut penser qu'elle n'était pas dupe, elle voulait juste avoir la paix) ; la deuxième avait ajouté : "de toute façon, les filles qui mettent des trucs moulants, c'est des putes." (donc là on peut dire qu'elle avait parfaitement intégré le discours dominant de son environnement, et même que s'en faire le relais en y adhérant devenait à ses yeux la meilleure façon de restaurer l'image qu'elle avait d'elle-même).
@ Nox : il y a certainement beaucoup de femmes et très peu d'hommes qui souhaitent travailler à temps partiel pour être plus disponibles auprès de leur famille. C'est assurément parce que les femmes sont habituées à ce rôle et culpabilisent très souvent quand elles sont affairées ailleurs (et qu'on continue de leur renvoyer une image positive quand elles mènent de front travail, famille, ménage, etc.). C'est souvent plus facile et plus confortant pour l'image qu'on a de soi en tant que femme d'adhérer que de se révolter.
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38 Quant aux viols et aux meurtres, si malheureux soient-ils, j'ai du mal à faire le lien et à me dire que ça résulte d'une quelconque inégalité. Les hommes sont certainement plus enclins à la violence physique (mais certaines femmes se posent là en matière de violence psychologique....plus difficile à tracer/quantifier par contre), mais quel rapport avec le sexisme ?
Je ne comprends pas ta logique. La violence psychologique n'est pas l'apanage des femmes ; même si elles y sont très fortes, les hommes le sont tout autant qu'elles, non ?
Subsiste la violence physique : il me semble quand même que les femmes qui violent sont rarissimes.
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

N'est-ce pas a écrit : mer. 02 janv., 2019 15:05
Amartya Sen a démontré le fait que les femmes et groupes opprimés échouent souvent à reconnaître leur manque de bien-être, car ils adaptent leurs préférences à ce manque (Sen, 1995; Sen, 1990). Ces préférences portent le nom de «préférences adaptatives». On parle ainsi de préférences adaptatives lorsque des personnes adaptent leurs préférences à ce qui est accessible ou suggéré socialement dans leur situation.
( https://papyrus.bib.umontreal.ca/xmlui/ ... =y#page=15 )
Merci, c'est très intéressant effectivement. On peut en avoir l'intuition mais je ne savais pas que ça avait été démontré.
Par contre toute la question est là : comment reconnaître une véritable oppression, si elle n'est plus caractérisée par le malheur de ceux qui la subisse ? Pour le cas dont on discute ici, ce n'est (il me semble) pas évident à établir.
N'est-ce pas a écrit : mer. 02 janv., 2019 15:05 J'ai du mal à te suivre : pourquoi les injustices se dissiperaient-elles lorsqu'on les additionne pour les considérer à large échelle et identifier leur caractère systématique ?

Enfin, tu écris
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38peu importe la cause
mais dans la mesure où ça urge d'interrompre ces injustices, ça importe d'en connaître les mécanismes de production...
En fait ce qui me gêne, c'est l'ordre dans lequel on procède (ou dans lequel les médias donnent l'impression que l'on procède), à savoir partir d'une étude générale pour essayer de pointer du doigt des problèmes, ce qui peut conduire à voir des problèmes là où il n'y en a pas.
Je pense qu'on ne peut (et c'est regrettable) rechercher une globalité qu'à partir d'un certain nombre de cas concrets. X femmes se sont plaintes de discrimination salariale, l'étude montre que c'est une réalité avec l'écart de 6% listé plus haut. A partir de là on peut travailler et prendre les bonnes mesures.
Il me semble donc en l'occurrence préférable de chercher à guérir plutôt que prévenir, même si ça peut sembler contre-intuitif.
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Lazur84 a écrit : mer. 02 janv., 2019 15:56 @ Nox : il y a certainement beaucoup de femmes et très peu d'hommes qui souhaitent travailler à temps partiel pour être plus disponibles auprès de leur famille. C'est assurément parce que les femmes sont habituées à ce rôle et culpabilisent très souvent quand elles sont affairées ailleurs (et qu'on continue de leur renvoyer une image positive quand elles mènent de front travail, famille, ménage, etc.). C'est souvent plus facile et plus confortant pour l'image qu'on a de soi en tant que femme d'adhérer que de se révolter.
C'est ton opinion, mais c'est là qu'il devient très difficile d'être formel.
Lazur84 a écrit : mer. 02 janv., 2019 15:56Je ne comprends pas ta logique. La violence psychologique n'est pas l'apanage des femmes ; même si elles y sont très fortes, les hommes le sont tout autant qu'elles, non ?
Subsiste la violence physique : il me semble quand même que les femmes qui violent sont rarissimes.
En fait c'est surtout que je ne suis pas convaincu qu'il s'agisse forcément de sexisme. On parle ici d'individus violents/déviants, de délinquants. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème de société, mais d'une somme de problèmes individuels.
Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lee »

Haha, les exercices techniques et le féminisme pour le nouvel an, ça t'a bien réveillé Nox ! :twisted:
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:05 Il me semble donc en l'occurrence préférable de chercher à guérir plutôt que prévenir, même si ça peut sembler contre-intuitif.
Tu parlais des exercices et des oeuvres ? :mrgreen:
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 14:38 Par exemple le temps partiel, pour celles que je connais qui sont dans cette situation, elles ne souhaiteraient certainement pas passer à temps plein et que leur conjoint passe à temps partiel. Elles sont heureuses de se partager entre vie familiale et vie professionnelle. Alors leur volonté est-elle guidée par une société phallocrate ? Pfiou....peut être bien...mais on arrive quand même dans un domaine qui relève beaucoup de la supposition et de l'opinion, et il devient à mon sens très difficile de démontrer quoique ce soit.
C'est un très beau conte de fée. :roll: Souvent c'est le résultat de plusieurs facteurs : le salaire ou le poste de la femme est moins important, l'homme ne sent pas à l'aise à rester plus à la maison (pression sociale), sans parler du fait que la femme, étant fille, a beaucoup joué avec les poupées bébés, alors que son mari étant un garçon, jamais. Ou on a enlevé de lui, ou on s'est moqué de lui jouant avec les poupées. Jusqu'à aujourd'hui, j'entends des parents mal à l'aise avec leurs garçons jouant avec les poupées...
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Oui mais là on peut confronter ton vécu avec un autre, ta perception avec une autre...et personne n'aura raison...
Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lee »

Mais dans la mesure qu'on n'élève pas les filles et les garçons de même façon, on peut facilement et intelligemment tirer des conclusions globales.

Je salue JPS, N'est-ce pas et Lazur, je n'ai quasiment rien à ajouter !
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Lee a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:22 Mais dans la mesure qu'on n'élève pas les filles et les garçons de même façon, on peut facilement et intelligemment tirer des conclusions globales.
C'est tout le danger, vouloir tirer ses propres conclusions à partir de ses perceptions et/ou d'études globales.
Est-ce parce que les filles jouent à la poupée qu'elles ont cette relation maternelle particulière qui les pousse à vouloir consacrer plus de temps à leur enfant ? Evidemment oui diront certains, évidemment non diront d'autres...Et je ne pense pas qu'il soit question d'intelligence.
roulroul
Messages : 1592
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par roulroul »

Je parles de ce je connais, question salaire : dans la fonction publique, l' égalité parfaite des salaires existe : elle est déterminée par votre point d' indice, après que votre chef de service vous ait dans le pif, ou que vous n' exécutez pas les ordres, c'est une autre histoire,
qui n' a rien a voir avec le sexisme.
J' ai également noté que les femmes, d' une manière générale, préfèrent travailler dans un environnement masculin,
je ne saurais dire si c'est partout pareil.

Je pense que l' inégalité homme femmes vient de l' héritage de la société passée, "ou c’était comme ça" l' homme travaillait et ramenait le fric a la maison et la femme élevait les enfants. Pour moi aucune tache n’était plus noble qu'une autre. Elle venait de la méconnaissance, de l' inculture générale, et de la misère, quoique ce schéma existait dans la bourgeoisie également , je ne cherche pas d' excuses a cela, c’était un fait.
Ce n'est bien sur pas une raison pour que les choses ne changent pas, dans la société d' aujourd'hui.

Mais une fois de plus je me demande ou est le problème, des lois précises ont déjà été votées pour égaliser les salaires hommes / femmes, mais hélas pas appliquées, donc j'en déduis que : soit les politiques s' en foutent et manquent de poigne, soit les employeurs sont hors la loi, ou soit les employés ne revendiquent pas assez...
Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lee »

nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:27 Evidemment oui diront certains, évidemment non diront d'autres...Et je ne pense pas qu'il soit question d'intelligence.
C'est surtout une question d'un système que certains (surtout ceux qui en profitent) veulent garder bien en place, donc une question de politique et de la progression dans la société ou non, c'est pourquoi il y a autant de polémiques crées par des traditionalistes quand on veut analyser ou parler du genre. Mais j'ai toujours maintenu, et je maintiens toujours, que les femmes intelligentes finissent, tôt ou tard, être féministes. Bien entendu, ça ne veut pas dire que tout.e féministe est intelligent !
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Lee a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:38 Mais j'ai toujours maintenu, et je maintiens toujours, que les femmes intelligentes finissent, tôt ou tard, être féministes.
Plusieurs ici pourraient mal le prendre...

Pour ma part je constate qu'il existe des personnes (hommes comme femmes) qui sont très heureux dans ce "système". Ce qui montre simplement que c'est possible d'y être heureux, donc.
Après tout est une question de personnalité, de vécu, et de perception du monde qui nous entoure.
Modifié en dernier par nox le mer. 02 janv., 2019 17:16, modifié 1 fois.
Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lee »

:) Plusieurs ici sont convertis, d'autres lisent avec attention, c'est pourquoi je ne laisse pas les contes de fées passer sans remarquer.
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:47 Pour ma part je constate qu'il existe des personnes (hommes comme femmes) qui sont très heureux dans ce "système". Ce qui montre simplement que c'est possible d'y être heureux, donc. Donc changer ce système pour le bonheur de certains mais pour le malheur d'autres, c'est un choix qui est tout sauf évident.
On a dit la même chose pendant l'esclavage, surtout les esclaves qui faisaient partie de la famille, qui étaient proches et s'occupaient des enfants.
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington
nox
Messages : 7513
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par nox »

Argument abusif bien connu, qui te vaut presque un point Godwin ! :mrgreen:
"On a dit ça pour l'esclavage, l'esclavage c'est mauvais => toute chose pour laquelle on dit ça est mauvaise"

Après je suis d'accord avec toi, ce que je dis n'est pas un argument, et le fait qu'il y ait des gens heureux ne permet pas de valider le système (mais qu'est ce qui permet de le faire en fait ?). Comme je le disais, on ne peut que confronter des opinions et des visions du monde, ça me semble hautement subjectif...

Bref, je radote, j'en déduis que j'ai dit tout ce que j'avais à dire, et je retourne à mon silence :)
Lazur84
Messages : 557
Enregistré le : ven. 17 févr., 2017 15:02

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lazur84 »

nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:05
Merci, c'est très intéressant effectivement. On peut en avoir l'intuition mais je ne savais pas que ça avait été démontré.
Par contre toute la question est là : comment reconnaître une véritable oppression, si elle n'est plus caractérisée par le malheur de ceux qui la subisse ? Pour le cas dont on discute ici, ce n'est (il me semble) pas évident à établir.
La question est vraiment intéressante sur le plan philosophique mais je pense qu'on peut l'évacuer dans le cadre de ce débat.
Si l'on prend l'exemple d'une femme battue par son conjoint, on pourra s'étonner qu'elle accepte cette situation durant parfois des années sans que jamais il ne lui vienne à la conscience qu'elle est une femme battue. Conclura-t-on pour autant qu'elle est heureuse ?
Ce qui est décrit là, ce sont les mécanismes courants des réactions humaines à la soumission, que l'on retrouve dans tous les systèmes oppresseurs : ce n'est pas parce qu'on se sent libre qu'on l'est (l'anesthésie mentale des victimes est souvent un réflexe de survie, paradoxalement).
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:13
Lazur84 a écrit : mer. 02 janv., 2019 15:56Je ne comprends pas ta logique. La violence psychologique n'est pas l'apanage des femmes ; même si elles y sont très fortes, les hommes le sont tout autant qu'elles, non ?
Subsiste la violence physique : il me semble quand même que les femmes qui violent sont rarissimes.
En fait c'est surtout que je ne suis pas convaincu qu'il s'agisse forcément de sexisme. On parle ici d'individus violents/déviants, de délinquants. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème de société, mais d'une somme de problèmes individuels.
Ca ne doit pas être très facile, quand on examine le cas d'un individu au comportement déviant, de trier ce qui est imputable à sa trajectoire individuelle de ce qui ressort de problèmes de société ; les deux me semblent solidement intriqués. On n'en remarque pas moins que le viol ou le harcèlement sexuel est massivement le fait des hommes, donc que quand un homme déviant cherche à exercer sa violence, une possibilité fréquemment choisie est de l'exercer sur des femmes (mais pas seulement les femmes, d'ailleurs...) Il y a là un fait social qu'on ne peut nier et qui ne ressort pas exclusivement de trajectoires individuelles.
Avatar du membre
JPS1827
Messages : 3426
Enregistré le : lun. 25 avr., 2011 11:27
Mon piano : Steinway A, Seiler 122
Localisation : Bourg la Reine

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par JPS1827 »

Lazur84 a écrit : mer. 02 janv., 2019 17:33
nox a écrit : mer. 02 janv., 2019 16:13
En fait c'est surtout que je ne suis pas convaincu qu'il s'agisse forcément de sexisme. On parle ici d'individus violents/déviants, de délinquants. Je ne pense pas qu'il s'agisse d'un problème de société, mais d'une somme de problèmes individuels.
Ca ne doit pas être très facile, quand on examine le cas d'un individu au comportement déviant, de trier ce qui est imputable à sa trajectoire individuelle de ce qui ressort de problèmes de société ; les deux me semblent solidement intriqués. On n'en remarque pas moins que le viol ou le harcèlement sexuel est massivement le fait des hommes, donc que quand un homme déviant cherche à exercer sa violence, une possibilité fréquemment choisie est de l'exercer sur des femmes (mais pas seulement les femmes, d'ailleurs...) Il y a là un fait social qu'on ne peut nier et qui ne ressort pas exclusivement de trajectoires individuelles.

@Nox : il y a un élément que tu négliges, c'est que la violence est le plus souvent un privilège que s'accordent les personnes en situation de domination, et particulièrement lié à la hiérarchie et à la valeur que qu'elles s'attribuent : que ce soit des violences physiques, psychologiques ou économiques, elles paraissent d'ailleurs beaucoup plus acceptables socialement quand elles s'exercent dans ce sens, alors que quand une personne habituellement dominée devient violente cela paraît socialement beaucoup plus insupportable. Comme le dit Lazur84, quand un homme cherche à exercer sa violence il l'exerce sur des femmes, ou des enfants, et quand une femme choisit d'exercer la violences, elle l'exerce bien plus souvent sur des enfants que sur un homme. La violence ne survient pas "comme ça", elle survient dans un contexte inégalitaire..
Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Lee »

Et qu'est-ce que ça fait mal de parler de ce qui se passe avec les autres...
Cynthoia Brown, qui était acheté aux Etats-Unis comme esclave sexuel étant mineur, qui a tué l'homme qui l'a acheté, a déjà fait des années en prison, était récemment condamné à 51 ans de prison pour ce meurtre.
Alors que le viol et la trafique des esclaves sexuels, on sait tous que dans plusieurs pays comment les hommes sont trop souvent épargnés de prison de tout, les cas sont souvent évoqués, c'est bon pour perdre tout espoir pour la justice...
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington
Terpsichore
Messages : 376
Enregistré le : mer. 02 mai, 2018 8:39

Re: Inégalité femmes/hommes

Message par Terpsichore »

Et le nombre de pays ou le viol d'une femme est considéré officiellement comme étant uniquement de sa faute :evil:
Et ce, même si la femme a 8 ans...
Répondre