film: Nannerl, la soeur de Mozart

Concerts, interprètes, émissions, sortie CD

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
sanne
Messages : 2059
Enregistré le : mer. 06 sept., 2006 23:02
Mon piano : SK2
Localisation : Haute Vienne 87

film: Nannerl, la soeur de Mozart

Message par sanne » mer. 09 juin, 2010 13:51

sorti aujourd'hui:

http://www.nannerllasoeurdemozart.com/

Mozart avait une sœur aînée surnommée Nannerl. Enfant prodige, elle est
présentée avec son frère à toutes les cours européennes. À l’issue d’un voyage familial
de trois années, elle rencontre à Versailles le fils de Louis XV qui l’incite à écrire de la
musique.Mais Nannerl est une fille et une fille n'a pas le droit de composer.



Une critique presse:

"Un bon sujet...
Avec Nannerl, sœur de Mozart, René Féret tient un sujet d'une grande force. A la manière d'une Camillle Claudel ou d'une Adèle Hugo, Nannerl est un personnage sacrifié que sa condition de femme entrave et finit par scléroser. Le cinéaste montre une jeune fille à la fois douce et respectueuse des règles, qui cherche avant tout à être acceptée par son père, mais qui est aussi consciente de ses dons et souhaite s'affranchir de sa condition. Nannerl est en cela un film presque féministe, ou en tout cas féminin. Et en cinéaste de la cellule familiale ( La Communion solennelle, Il a suffi que maman s'en aille...), René Féret réussit à évoquer les liens et les écueils invisibles existant entre ses personnages, incarnés avec sensibilité par les comédiens, Marie Féret en tête. Les scènes nocturnes où la famille Mozart est regroupée dans une chambre autour de quelques bougies, jamais bien loin du clavecin, sont réussies et évocatrices. Les rires, les silences, la complicité enfantine sont bien présents.



Un manque de passion
En revanche, ce sujet fort aurait peut-être mérité davantage d'intensité. La retenue du ton, qui peut s'expliquer par les conventions sociales de l'époque, finit par désincarner un peu les protagonistes. Tout cela manque de sang et de chair, de souffle poétique. On devine en Nannerl des contradictions et des tiraillements, mais on ne fait que les deviner... Et les scènes musicales, dan la plupart des cas, peinent à nous emporter, comme si elles souffraient elles aussi des conventions... Elles sont comme posées, figées... Résultat : quelques longueurs s'installent, l'esprit du spectateur sort de la salle du cinéma, on s'ennuie un peu. Et c'est un sentiment étrange, tant le sujet était riche et passionnant..."

lecrouneur
Messages : 327
Enregistré le : dim. 21 oct., 2007 12:22
Mon piano : samick...Mais une bête plus tard!
Localisation : bruxelles

Re: film: Nannerl, la soeur de Mozart

Message par lecrouneur » jeu. 10 juin, 2010 18:51

La bande annonce ne me donne pas envie d'aller le voir #-o
Ca a l'air tout plat comme film...

Avatar du membre
sanne
Messages : 2059
Enregistré le : mer. 06 sept., 2006 23:02
Mon piano : SK2
Localisation : Haute Vienne 87

Re: film: Nannerl, la soeur de Mozart

Message par sanne » jeu. 10 juin, 2010 20:19

lecrouneur a écrit :La bande annonce ne me donne pas envie d'aller le voir #-o
Ca a l'air tout plat comme film...
Tout à fait d'accord avec toi. J'ai juste mis "l'annonce" pour informer.
Mais si j'ai le temps je vais peut-être le voir quand-même, juste par curiosité.
De toute façon je trouve que la plupart de films français sont mal joués, plats, etc. donc au moins ça ne me surprendra pas. :lol:

Répondre