Vos derniers concerts...

Concerts, interprètes, émissions, sortie CD

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9404
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Vos derniers concerts...

Message par jean-séb » ven. 12 avr., 2019 20:18

Tu ne seras probablement pas déçu. J'étais très content de le découvrir, qui plus est dans l'acoustique si parfaite de la salle Cortot, et pour un concert gratuit. Que demande le peuple ? D'ailleurs, c'était plein, même une demi-heure avant le début du concert, et pour une fois, il n'y avait pas que des vieux dans la salle !

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9404
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Vos derniers concerts...

Message par jean-séb » ven. 12 avr., 2019 20:24

Le concert annuel gratuit organisé à la Salle Cortot par l’association des professeurs de l’Ecole Normale de Musique de Paris attire légitimement beaucoup de monde. C’est l’occasion de voir les professeurs dans des programmes souvent originaux. Voici le programme de mercredi dernier.
Image
Image
L’idée de base de la composition de Merlet est amusante. L’élève joue les morceaux de la Méthode Rose et « la Maître » joue sur le second piano un accompagnement composé par Michel Merlet. J’ai trouvé que la réalisation péchait par une certaine monotonie dans l’accompagnement des morceaux.
La composition d’Edith Lejet pour saxophone était assez austère mais intéressante. Pas de surprise notable avec les délicieux Mozart et Mendelssohn dont seulement des extraits ont été donnés. Le 4e Klavierstück de Stéphane Delpace, joué par l’auteur, confirme la bonne impression que j’avais eue de sa musique (dans le fil Lucas Debargue), une musique solidement ancrée dans la tonalité et la mélodie.
La révélation pour moi vint avec le morceau pour deux flûtes et piano de la compositrice japonaise Yuko Uebayashi, La lumière tournante dans le rêve, admirablement jouée par trois musiciennes. Musique virevoltante, où les deux flûtes semblent parfois se courir après dans une course effrénée, le tout écrit dans un esprit très français, dans la lignée des grandes sonates pour flûte comme celle de Pierné ou de Poulenc. Pas étonnant que la compositrice vive à Paris ; elle synthétise à merveilles les mondes musicaux japonais et français. Très bon moment longuement applaudi.
J’ai été également très intéressé par la pièce de John Williams pour saxo et piano. Si le saxo me rappelait beaucoup le jazz, la richesse de l’accompagnement au piano montrait le métier très savant et classique de Williams.
Marie-Catherine Girod a interprété les doigts dans le nez, si j’ose dire, la Ronde de Roussel, une œuvre qu’on entend bien rarement en concert, et qui m’a fait penser aux belles rondes françaises que des compositeurs français ont écrit pour notre instrument, celles de Chabrier et de Boëllmann par exemple.
L’excellent Philippe Bianconi a très bien interprété la 3e ballade de Chopin, avec beaucoup de sensibilité, mais il a véritablement enthousiasmé la salle par les Feux d’artifice de Debussy, donnés en supplément de programme.
La séquence chant/piano qui suivait avait un côté un peu désuet par le répertoire comique choisi et le style de l’interprétation, mais tout à fait réjouissant.
La partie la plus inattendue venait de la fin du programme. Erik Berchot, qui avait plus tôt co-joué la sonate de Mozart pour deux pianos, interprétait une sorte de medley des chansons d’Aznavour dont il a été l’accompagnateur à de nombreuses reprises et l’ami. J’ignorais en fait presque tout de la carrière impressionnante d’Erik Berchot :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_Berchot
Quelle science de la transcription mi-populaire mi-savante. L’ensemble était un régal et le public en a redemandé, Berchot ne s’est pas fait prier pour en donner encore un long supplément.

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9404
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Vos derniers concerts...

Message par jean-séb » ven. 12 avr., 2019 20:54

Jeudi dernier, dans le cadre des concerts de mi-journée à l’INJA, le programme réunissait deux jeunes artistes dont on parle beaucoup, Julien Hanck au piano et Elise Bertrand au violon. Ici même, nous avions évoqué le premier :
viewtopic.php?p=349026#p349026
et tout récemment la seconde.
viewtopic.php?p=363105#p363105
Image
Les voir réunis était fort prometteur. Je ne dirais pas que j’ai été déçu mais je n’ai pas non plus été enthousiasmé. Peut-être est-ce dû à la salle qui est merveilleuse quand le public est ponctuel et sage, mais qui est moins agréable quand les gens arrivent en retard et font entendre leurs pas sur le plancher ou cognent les chaises. Mais c’est surtout le programme qui était peut-être trop sage. Les trois romances de Clara Schumann étaient plaisantes mais restaient d’honnêtes petites romances. L’adagio de Mozart était prodigieusement ennuyeux. La sonate de Beethoven restait assez scolaire. Seul le Poème de Chausson a permis que je m'évade un peu.
Bon, peut-être aussi n’étais-je pas dans de bonnes dispositions.
Élise Bertrand, drapée dans une robe à l’antique de couleur pêche, peau d’albâtre, taille et attaches très fines, dégage une sorte de beauté parfaite mais un peu froide. Quand elle joue, son visage ne m’a pas paru très expressif, presque fermé. Ou était-ce seulement la concentration ? Bref, je n’ai pas senti autant de flamme que j’espérais.
Julien compense la relative froideur de sa partenaire par un jeu plus mouvementé, plutôt agréable sur le plan sonore, mais assez curieux sur le plan visuel. Il avance et recule constamment la tête par rapport à la partition, me faisant penser à un cobra qui danse au son de la flûte ! Et puis, il a aussi une manie dénoncée pour une autre pianiste : il se laisse aller dans les moments puissants (par exemples l’allegro final de Beethoven) à appuyer comme un sourd sur la pédale forte ; au lieu de pivoter le pied sur le talon, il lève le pied à trente centimètres du sol et l’abat violemment sur la pédale, ce qui fait un bruit de tambour, transformant un peu le piano en instrument à percussions ajoutées du genre piano à clochettes et tambourin qu’on utilisait pour les turqueries ! On me dira, avec raison, que ce sont des détails, et peut-être qu’on les entend assez peu si l’on est placé plus loin du piano que je ne l’étais.

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9404
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Vos derniers concerts...

Message par jean-séb » sam. 13 avr., 2019 12:49

J'aimerais corriger l'impression mitigée que j'ai eue du concert d'avant hier en donnant le lien vers l'excellente vidéo mise en ligne par les artistes eux-mêmes des trois romances Op.22 de Schumann :

À la réécoute, je trouve ces romances meilleures que sur place ! Qualité excellente de l’enregistrement, le son est presque plus beau qu'en vrai ! En fait, il l'est, car il privilégie les deux instruments et on n'entend guère les perturbations extérieures (gens arrivant ou se déplaçant) qu'on entend bien dans la salle. Expérience intéressante.

Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » jeu. 18 avr., 2019 19:13

David Linx et Michel Hatzigeorgiou
18 avril au Studio de l'Ermitage

Image

Est-ce un hors sujet ? Pas vraiment car ce fil est dédié à nos derniers concerts vus.
Sauf qu'ici, nul piano, juste deux voix, celle de David Linx au chant et celle de Michel Hatzigeogiou à la basse électrique, les deux artistes fêtant avec ce concert la sortie de leur disque "The Wordsmith".

Alors pourquoi vous en parler ?
Déjà, pour vous faire connaître à mon avis deux immenses artistes (même si je sais que sur le forum, les goûts sont plutôt classique pur et dur :D ). Aussi parce que pour moi, si tout ne tourne pas toujours autour du piano, j'estime qu'assister à de tels concerts fortifie toujours plus ma volonté d'aller chercher ensuite encore plus loin la musique au fond de mes fibres lorsque je joue. Car je ne sais pas comment c'est pour vous, mais chaque concert important me permet de puiser aussi une énergie plus forte à travailler vraiment, vraiment profondément le piano, d'agir vraiment en musicien.

ImageImage

Récemment, L'incruste lançait le fil "émotions au piano" : "Bonjour à tous, j'aimerais bien savoir comment faire pour jouer et transmettre de l'émotion au piano (...) j'essaie de mettre de l'émotion donc et pour Ballade, j'y arrive pas vraiment et puis même en général, comment on fait?".
Alors bien sûr, on peut essayer d'expliquer, de donner des recettes, des conseils. D'ailleurs, plutôt qu'"émotions au piano", faudrait-il plus justement parler de "transmission de l'émotion lorsque l'on joue". Parce que si on n'éprouve pas une émotion lorsqu'on joue, comment le public pourrait-il alors être touché par la musique qu'on produit ? Et d'ailleurs, que recèle finalement ce terme... Quelle est la juste émotion ?

De mon côté, je pense que c'est aussi en allant écouter des artistes (qu'il s'agisse d'ailleurs de musique, mais aussi d'autres arts) qu'on peut tenter de mieux approcher ce mystère, tout du moins y réfléchir lors des concerts magiques, ceux dont vous pourrez dire qu'ils vous ont modifié. Et même si on ne comprend pas complètement d'où vient la magie à laquelle on vient d'assister, je suis sûr qu'un peu de cette élégance et vibration transmise par les artistes viennent alors nourrir, modifier chacune de nos fibres. Même si il ne s'agit pas de piano. Nous modifier, parce qu'on a ressenti ici une émotion puissante.
Oui, on voit tout de suite que ces deux artistes ont travaillé comme des malades pour arriver à la perfection de leur instrument. Mais finalement ce n'est pas suffisant. L'important réside dans le fait d'avoir des choses à dire (petit clin d’œil ici à une personne très chère avec qui on en parlait hier), pouvoir aussi les dire dans la complicité lorsqu'on joue à plusieurs, en trouvant le juste placement de chacun, la constante écoute et cette juste sensibilité conjuguée, cette osmose qui produit ces moments de grâce d'une légèreté infinie.
Ce qui m'interroge aussi toujours sur ce qu'est le processus de création. Finalement aussi synonyme de liberté. Savoir cultiver une véritable originalité, y rester constamment fidèle.

En effet, il faut être gonflé de proposer une telle association voix-guitare basse : cette configuration peut-elle réussir à tenir un public en haleine pendant tout un concert ? [et quel concert... d'une durée d'1h22 en une seule partie !]. Mélanger en duo des mots finement choisis à des mélodies sophistiquées, les deux musiciens l'avaient déjà en tête il y plus de 25 ans (ils se sont d'ailleurs déjà connus bien avant en jouant dans le même groupe, où David Linx officiait comme batteur). Mais chacun était parti vers des routes différentes.
Pour mieux se retrouver aujourd'hui avec la sortie de ce disque et ce concert.

La plupart des chansons qui composent le CD racontent de vraies histoires, des sentiments vécus par les deux artistes, moments chargés de réflexions et de poésies. Comme à son habitude, David Linx jongle avec les mots et l’on comprend que le titre de ce CD, The Wordsmith (Le fabricant de mots), n’a pas été choisi au hasard. Il jongle aussi avec les sons, avec les mélodies, avec les harmonies, tout comme le fait le chant de basse de Michel Hatzigeorgiou : ce sont de véritables échanges qui se produisent sur scène. Aucune démonstration de l’un ou de l’autre, chacun est là pour servir la musique et enrichir le propos, le tout menant à une profondeur et une telle vérité dans le chant et dans le jeu que j'en suis littéralement scotché.

Image

Mais d'où leur vient cette idée d'associer ces accords qui sortent d'on ne sait d'où, cette façon de moduler avec autant de précision la voix, de magnifier le mariage de la respiration et les mots avec une telle justesse, en nous montrant une autre facette du jazz ?

Je n'avais encore jamais entendu un bassiste électrique jouer de cette façon (peut-être si, Jaco Pastorius, mais c'était juste sur un morceau), donner une musique aussi chantante, harmonique, avec un tel talent et une telle simplicité. Tout devient évident. Immense musicien qui dessine à lui seul les mélodies, les lignes rythmiques qui viennent servir ce chanteur si singulier.
Il faut savoir que depuis trente ans, David Linx est l’une des plus grandes voix du jazz européen. A 50 ans passés, le chanteur belge semble avoir déjà vécu mille vies, des rencontres magiques de sa jeunesse (avec James Baldwin, Miles Davis ou Kenny Clarke) à sa collaboration au long cours avec le pianiste Diederik Wissels.
Michel Hatzigeorgiou est né lui aussi en Belgique (en 1961) de parents grecs ; il enseigne au conservatoire de Bruxelles depuis 1998.
Il a commencé à jouer du bouzouki à l'âge de 9 ans, puis de la guitare électrique à 11 et enfin de la basse électrique à 14 ans. Il a rejoint son premier groupe, les Blackbirds, en tant que guitariste principal, alors qu'il était étudiant à l'Université technique de Charleroi.
Il a joué avec Jaco Pastorius (sa principale influence), Mike Stern et les jazzmen belges Toots Thielemans, Ivan Paduart, Steve Houben, Philip Catherine et Pierre Van Dormael. Il s'est ensuite impliqué dans le projet De Kaai et dans la Nasa Na Band, précurseur du génial groupe Aka Moon, le groupe qu'il a formé avec Fabrizio Cassol et Stéphane Galland.

Durant ce concert, ils ont joué des compositions personnelles (On A Lonely Crowded Street, I Walk Alone, On Either Side , Downriver Bound, Jessica Smokes, No More Unfinished Business, The Wordsmith...) mais aussi des reprises, et quelles reprises ! : Round Midgnight (Monk), The Wind Cries Mary (Jimmy Hendrix), Rosa (du compositeur brésilien Pixinguinha), chanté en Portugais.

Une osmose et alchimie fascinante.

A noter que pour certains des morceaux, Michel Hatzigeogiou utilise une "pédale de loop" qui permet de répéter en boucle une séquence musicale créée dans l'instant et de continuer à jouer autre chose sur cette boucle, ou même de rajouter une nouvelle boucle à la précédente, et ainsi de suite (dommage que cela ne puisse exister sur les pianos acoustiques).

Image
Écouter le concert


J'adore ce lieu : ici on peut rester ensuite avec les musiciens à discuter..., longtemps
Et avant la fermeture, regarder avec attention les techniciens réinstaller le piano sur la scène.

Image

denis_h
Messages : 172
Enregistré le : jeu. 07 mars, 2019 15:36
Mon piano : yamaha droit silent
Localisation : paris 20
Contact :

Re: Vos derniers concerts...

Message par denis_h » ven. 19 avr., 2019 12:50

sans vouloir être indiscret christof, puis-je vous demander votre âge ?

moi , à 46 ans , je n'ai plus l'enthousiasme nécessaire pour aller voir des concerts. j'ai vu quelques grands artistes par le passé... mais maintenant ...

denis_h
Messages : 172
Enregistré le : jeu. 07 mars, 2019 15:36
Mon piano : yamaha droit silent
Localisation : paris 20
Contact :

Re: Vos derniers concerts...

Message par denis_h » ven. 19 avr., 2019 13:48

>>>>Michel Hatzigeogiou utilise une "pédale de loop" qui permet de répéter en boucle une séquence musicale créée dans l'instant et de continuer à jouer autre chose sur cette boucle, ou même de rajouter une nouvelle boucle à la précédente, et ainsi de suite (dommage que cela ne puisse exister sur les pianos acoustiques).>>>>

ça se fait de + en + en concert ou au disque. le modèle du genre :


Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » ven. 19 avr., 2019 16:28

denis_h a écrit :
ven. 19 avr., 2019 13:48
>
ça se fait de + en + en concert ou au disque.
Ahh, Robert Fripp, immense guitariste. Toute ma jeunesse ! (j'essayai de l'imiter à la guitare...)
Oui, mais je parlais là d'un piano acoustique (mais peut-être existe-il des systèmes qui peuvent capter immédiatement le son analogique et le restituer en une fraction de seconde (via ampli et haut parleur), et pouvoir actionner tout cela grâce à une pédale ?
denis_h a écrit :
ven. 19 avr., 2019 13:48
sans vouloir être indiscret christof, puis-je vous demander votre âge ?
moi , à 46 ans , je n'ai plus l'enthousiasme nécessaire pour aller voir des concerts. j'ai vu quelques grands artistes par le passé... mais maintenant ...
Pas de problème : je vais bientôt, très bientôt avoir 62 ans... Et suis d'ailleurs de plus en plus enthousiaste mais c'est sûr qu'ayant déjà tellement vu de grands artistes (période pop dans les années 70, puis plus tard jazz, mais aussi maintenant pas mal classique - grâce d'ailleurs au forum...), je choisis maintenant très soigneusement ce que je vais voir. Mais cependant toujours ouvert aux surprises. Et il y en a toujours de si belles !

C'est dommage, que vous n'ayez plus l'enthousiasme ? Sauriez-vous l'expliquer ? (mais vous pouvez me répondre en message privé).
C'est drôle, je viens de voir qu'on habitait dans le même quartier...

denis_h
Messages : 172
Enregistré le : jeu. 07 mars, 2019 15:36
Mon piano : yamaha droit silent
Localisation : paris 20
Contact :

Re: Vos derniers concerts...

Message par denis_h » ven. 19 avr., 2019 17:01

c'est drôle, je vous voyais plus jeune.

pour les concerts, ce sont principalement les déplacements qui m'ennuient, et la fatigue qui en résulte.

résultat, je n'ai rien vu en concert depuis plusieurs années, hélas.

Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » ven. 19 avr., 2019 17:04

denis_h a écrit :
ven. 19 avr., 2019 17:01
c'est drôle, je vous voyais plus jeune.

Oui, c'est ça qui peut sembler bizarre... On avance en âge, mais on reste finalement toujours aussi jeune à l'intérieur :D

Dans le quartier, il y a le studio de l'ermitage, il y a souvent des artistes jazz qui y passent... C'est pas loin.
Le Triton aussi (entre la porte et mairie des Lilas), et là, si on veut, on peut y manger avant... Deux lieux très chaleureux.

denis_h
Messages : 172
Enregistré le : jeu. 07 mars, 2019 15:36
Mon piano : yamaha droit silent
Localisation : paris 20
Contact :

Re: Vos derniers concerts...

Message par denis_h » ven. 19 avr., 2019 17:25

merci, ces 2 salles ne sont pas très loin de chez moi, en effet, qui suis près de la place gambetta.

il faudra que j'y aille un jour.

Avatar du membre
amalfi
Messages : 270
Enregistré le : jeu. 17 sept., 2015 0:07
Mon piano : Korg LP380
Localisation : Strasbourg

Re: Vos derniers concerts...

Message par amalfi » ven. 19 avr., 2019 23:02

Puisqu'il est question de Robert Fripp, et que le sujet est "vos derniers concerts", je vais vous dire le mien.
La semaine dernière je suis allé voir une "recréation" de l'album In the Court ... de King Crimson, à l'occasion de son 50ème anniversaire. Je ne m'étais jamais laissé tenter par ces groupes qui tournent en faisant revire untel ou untel. J'ai vu la plupart des untel. Mais là, dans une nouvelle salle en banlieue, présenté par les étudiants de musicologie et (/ou ?) des étudiants du conservatoire, j'y suis allé.
Le concert (gratuit pour les étudiants) m'a beaucoup plu, les 16 musiciens qui se relaient sur la scène sont excellents, et la partition jouée est conforme à l'original. Très beau travail, qui a été copieusement applaudi par un public de 25 ans de moyenne d'age !
A l'heure ou tout est enregistré, comment la musique actuelle va-t-elle traverser le temps ? Sera-t-elle recrée comme le sont les symphonies de Beethoven ? Ou juste rediffusée ? Ou oubliée car perdue dans une masse envahissante de documents ?

Quelques mots, vu que la technologie vient d'être évoquée, sur le concert où j'ai découvert les possibilités de ces boucles numérisées. C'était en 76 ou 77 dans les arènes de Nîmes sous un orage d'été impressionnant, nous venions pour un concert de Wheather Report. Il fut semble-t-il annulé, la scène était détrempée malgré les efforts pour la rendre jouable. Tout le monde était dépité. Arrive Jaco Pastorius, qui branche sa basse. Et c'est parti ... Après quelques minutes à jouer comme un dieu, il brancha cette fameuse pédale à effets. Et là, sur ces boucles qu'il mettait en place, il improvisait. C'était impressionnant (je crois que personne dans le public n'avait jamais entendu ça, 76 ou 77...) d'avoir cette polyphonie qui remplissait les arènes, sous un ciel redevenu clément, avec juste un gus sur scène. Mais quel musicien le Jaco ! Ce fut l'un des meilleurs concerts de la décennie, worldwide. Je me demande si cet épisode a été enregistré ?

pianojar
Messages : 6033
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Vos derniers concerts...

Message par pianojar » ven. 19 avr., 2019 23:12

Christof a écrit :
ven. 19 avr., 2019 17:04
denis_h a écrit :
ven. 19 avr., 2019 17:01
c'est drôle, je vous voyais plus jeune.

Oui, c'est ça qui peut sembler bizarre... On avance en âge, mais on reste finalement toujours aussi jeune à l'intérieur :D

Dans le quartier, il y a le studio de l'ermitage, il y a souvent des artistes jazz qui y passent... C'est pas loin.
Le Triton aussi (entre la porte et mairie des Lilas), et là, si on veut, on peut y manger avant... Deux lieux très chaleureux.
Et puis la philharmonie qui offre pléthore de concerts les plus intéressants les uns que les autres à des prix defiant toute concurrence

Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » dim. 21 avr., 2019 13:39

Petit hors-sujet ici (quoique j'ai vu un de ces concerts, justement au Triton)... Pour les fans de King Crimson, il faut signaler cet artiste merveilleux qu'est Médéric Collignon, et son disque "A la recherche du roi frippé" (2012).

Image
"Je me vois écouter toutes les version de chaque morceau, chaque disque en studio ou live. Je me ressasse les moments devant mon clavier à repiquer, arranger les morceaux choisis. Je m'imagine encore avec cette satanée hernie discale pour cause de surcharge de boulot. Je me représente en train de jouer avec des douleurs insurmontables. Je me remémore cette période de lit frustrante où chaque arrangement devenait soudain plus dense. Je me repasse en tête le plaisir de la création vécue enfin six mois après, chez Jean-Pierre Vivante (Le Triton). Je me doute que je dois aimer King Crimson depuis mon adoslescence. Je ne pensais pas que cela me rentrerait dans le ventre à ce point-là.
Ne vous demandez plus si c'est du rock ou du jazz. Demandez-vous seulement si vous êtes prêts à écouter avec votre cœur et votre corps".
(Médéric Collignon).


denis_h
Messages : 172
Enregistré le : jeu. 07 mars, 2019 15:36
Mon piano : yamaha droit silent
Localisation : paris 20
Contact :

Re: Vos derniers concerts...

Message par denis_h » jeu. 25 avr., 2019 9:25

>>>Pour les fans de King Crimson>>>

j'ai été très fan dans les années 90. j'ai même vu fripp en concert avec david sylvian à la cigale, et ça reste un grand souvenir.

la relecture de mederic collignon, j'en ai entendu un peu à la radio, c'est intéressant.

mais je reste septique sur le concept de reprise de morceaux pop par des musiciens de jazz...

chris76
Messages : 550
Enregistré le : sam. 21 avr., 2012 19:32
Mon piano : Steinway B211

Re: Vos derniers concerts...

Message par chris76 » ven. 26 avr., 2019 21:22

Christof a écrit :
dim. 21 avr., 2019 13:39
Petit hors-sujet ici (quoique j'ai vu un de ces concerts, justement au Triton)... Pour les fans de King Crimson, il faut signaler cet artiste merveilleux qu'est Médéric Collignon, et son disque "A la recherche du roi frippé" (2012).
Ouh la, Ebouriffant ! il faut que je le voie ça sur scène.

J'inscris Médéric Collignon sur mon programme 2019

6gale13
Messages : 173
Enregistré le : dim. 03 juin, 2018 17:46
Mon piano : yamaha UX-1 et yamaha SU 118c (la 441,8)

Re: Vos derniers concerts...

Message par 6gale13 » sam. 27 avr., 2019 15:42

Derniers concerts pianos ?

Kissin, Pogorelich et Volodos (mardi dernier) puis Nelson Freire (jeudi).

Pogo, très impressionnant, hiératique. Un de mes plus beau concert piano.

Volodos, magnifique dans Scriabine.

Des voies de progrès en les écoutant.

J'ai lu des avis précédents d'un PMistes lassé du concert. Je l'engage à se remotiver : le live est inimitable !

Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » jeu. 23 mai, 2019 19:27

Concert le 22 mai à Paris : intégrale des sonates pour piano et violoncelle de Beethoven.
Voir ici

jazzy
Messages : 492
Enregistré le : jeu. 13 juil., 2017 11:11
Mon piano : yamaha cp 50 et piano Scholze
Localisation : AIN

Re: Vos derniers concerts...

Message par jazzy » mer. 05 juin, 2019 11:49

2 concerts en 10 jours, ça fait longtemps que ce n'était pas arrivé!
Le 1er dans une salle où nous avions joué avec notre trio, petite salle qui ne contient pas plus de 35 personnes. Je suis allé écouter, sur conseils d'amis, le chanteur Frédéric Bobin, chanteur hors des circuits commerciaux, qui se produit pas mal dans la région Auvergne Rhône Alpes dont il est originaire. Il s'accompagne à la guitare et il était avec un contrebassiste. Ce sont des créations de style pop, rock. Les paroles font penser à du Souchon ou parfois un peu Renaud. C'est surtout le côté musical qui m'a intéressé. C'est un bon guitariste, original dans ses accompagnements plutôt variés; Bonne présence sur scène également. J'ai été sensible à comment il sait attirer l'écoute du public, sans en faire trop (il faut dire que c'est quelque chose que nous sommes en train de travailler dans notre trio avec un professionnel et donc que ce côté m'intéresse).
Bien bonne soirée!

Le 2ième concert très différent (classique) à l'auditorium de Lyon (surement au moins 1000 places!).
Grand orchestre classique dirigé par Tan Dun, chef d'orchestre et compositeur chinois.
2 pièces de DEbussy: "Rhapsodie pour saxophone et orchestre " et "Rhapsodie pour clarinette et orchestre "
et 2 compositions du chef d'orchestre dans un style mélangé de musique chinoise et musique occidentale.
Et bien y'a pas photo: j'ai largement préfèré les compositions de Tan Dun.
J'ai trouvé les pièces de DEbussy très plates. Il est vrai que j'ai très peu l'habitude d'écouter ses pièces pour orchestre.
A l'opposé les compositions de Tan Dun étaient très vivantes avec beaucoup de percussions, aussi bien occidentales que "chinoises" qui contrastaient avec des moments plus calmes et "romantiques". Il a été énormément applaudi. Et là aussi, j'ai passé un très bon moment.

denis_h: c'est vrai qu'il faut parfois un peu se pousser pour aller au concert. Mais on peut en retirer une belle énergie qui fait passer la fatigue au second plan.

Personnellement, un peu comme toi Christof, je suis assez éclectique dans mon écoute. Je peux même éprouver beaucoup de plaisir à écouter des amateurs parfois.
J'ai été très surpris de la musique que tu proposes, faite par un bassiste (électrique) et un chanteur. Je ne pensais pas qu'un bassiste seul pouvait accompagner un chanteur avec autant de créativité rythmique et harmonique. C'est ce que j’appellerais de la musique"pure".
Mon dernier morceau sur youtube
https://www.youtube.com/watch?v=GN9b1mBjlr4

Avatar du membre
Christof
Messages : 1791
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Vos derniers concerts...

Message par Christof » mer. 05 juin, 2019 20:10

jazzy a écrit :
mer. 05 juin, 2019 11:49
Personnellement, un peu comme toi Christof, je suis assez éclectique dans mon écoute. Je peux même éprouver beaucoup de plaisir à écouter des amateurs parfois.
J'ai été très surpris de la musique que tu proposes, faite par un bassiste (électrique) et un chanteur. Je ne pensais pas qu'un bassiste seul pouvait accompagner un chanteur avec autant de créativité rythmique et harmonique. C'est ce que j’appellerais de la musique"pure".
Oui, pour moi aussi, c'est exactement ça : "musique pure"

Dans le genre (mais moins fouillé au niveau basse, quoique, comment comparer ?), il y avait eu - mais ça remonte à 1983 - Karen Young (voix) et Michel Donato (contrebasse) qui avait tenté le même genre de chose. J'avais pu assister à un concert et j'avais été bien scotché. Cette entente entre les deux musiciens, cette occupation de l'espace

Répondre