Lucas Debargue

Concerts, interprètes, émissions, sortie CD

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » jeu. 26 juil., 2018 21:59

Lucas Debargue a donné un magnifique concert hier à l’église de Verbier. C’est vraiment dommage qu’il n’ait pas été relayé par Medici car nous avons tous eu le sentiment de vivre un moment rare, offert par un artiste généreux, visiblement heureux d’être sur scène et du partage avec son public. Lucas s’est surpassé en donnant cinq bis (!!): « La fille aux cheveux de lin », deux sonates de Scarlatti (la K 491 puis une autre, magnifique, que je ne connais pas), « Nostalgie du pays » de Milosz Magin puis une impro hallucinée sur « Around Midnight » conclue sur un ultime accord dans les graves obtenu avec le coude gauche dans un geste très « debarguien »! Hourra, standing ovation, etc… On s’attendait déjà à un 6ème bis, le concert aurait bien pu s’éterniser, personne ne s’en serait plaint. Mais Lucas s’est alors incliné profondément devant son piano, geste surprenant de sa part quand on sait le peu de fanatisme qu’il voue à son instrument, mais geste humble et élégant aussi, comme une manière de se retirer, lui simple interprète, nous confiant aux bons soins de la Musique dont les échos étaient encore présents dans la salle et dans nos cœurs.

Le fait est que cet artiste incarne vraiment quelque chose de puissant sur scène, et cela m’a particulièrement frappée hier. On a pu palper comment le public se laissait gagner par sa présence, on a senti une vague d’approbation, de chaleur et d’enthousiasme se répandre dans la salle comme une traînée de poudre. Lucas Debargue a pris beaucoup d’aisance ces 12 derniers mois, il s’est étoffé physiquement comme s’il s’autorisait plus d’assise et plus de poids, et cela m’a fait plaisir de le voir ainsi. Il ne donne plus non plus cette impression de jouer sa vie à chaque fois qu’il s’assied devant son piano.

Le programme était construit en diptyque :
• 4 préludes de Debussy (7e du 2ème livre, 7e du 1er livre, 4e du 1er livre, 12e du 2ème livre) + la sonatine de Ravel.
Applaudissements
• 1ère sonate de Medtner

On sait le soin que Lucas Debargue porte à la programmation de ses concerts et je dois dire que celle d’hier était particulièrement réussie. D’emblée, certains accords du premier prélude « Terrasse des audiences du clair de lune » évoquaient le 3ème mouvement de la sonate de Medtner. On entrait donc directement dans une perspective de symétrie. Arrivé le moment de la sonate, j’avais presque l’illusion que Medtner s’était servi de la palette sonore de Debussy et du canevas de la sonatine de Ravel pour construire sa grande sonate, comme si Debussy n’était que la couleur, Ravel l’esquisse, et Medtner la toile réalisée. Bien sûr, ce ne sont que des impressions qui au final ne tiennent pas la route puisque les différentes œuvres sont contemporaines les unes des autres mais introduite ainsi, la sonate de Medtner brillait de tous ses feux et personnellement je ne l’avais jamais trouvée si belle.

Inconsciemment, ce récital était peut-être aussi de la part de Lucas Debargue un hommage à la grande forme classique. Comme l’avait écrit Virgule (il me semble), il excelle dans l’interprétation de grandes œuvres très architecturées à tendance – disons - monumentales et hier soir, je me suis fait la réflexion qu’en tant que compositeur aussi, vue sa nature, il n’a pas d’autre option que de s’atteler à de grandes fresques, les miniatures n’étant pas pour lui, ce qui pourrait expliquer le gigantisme de son quatuor. En somme, écrire un prélude de Debussy est infiniment plus facile qu’une sonate de Medtner, une pièce de format libre de 3 minutes bien plus simple qu’un quatuor de 50 minutes. J’ai aussi compris cela durant ce concert.

Pianistiquement, je n’ai pas du tout senti la dureté analytique qu’on avait évoquée plus haut avec Florestan. Debussy ne me touche pas mais j’ai aimé la virtuosité ailée de Lucas dans les « Feux d’artifice », et la souplesse de son legato dans lequel je trouve qu’il a fait énormément de progrès. Comme toujours, j’ai été impressionnée par l’amplitude déployée entre ses pianissimi et ses forte et j’ai adoré la richesse de ses graves.
La sonate de Medtner était moins ciselée que l’interprétation de son CD, il a manifestement pris le parti de l’élan et j’ai bien aimé. J’ai pourtant senti une nervosité (la mienne ou la sienne ?), surtout au 3ème mouvement, avec quelques fausses notes mais après-coup j’ai mis cela sur le compte de la moiteur de ses mains. D’ailleurs, à peine plaqués les derniers accords du récital, il se lève vers le public dans un grand soupir de soulagement, il nous montre ses mains, puis le clavier, et nous comprenons alors qu’il est en nage! Il éponge ensuite soigneusement le clavier avant d’entamer ses bis et on le sent dès lors nettement plus détendu.

Les organisateurs de concert devraient penser à ce genre de choses qui sont plus que des détails, les artistes ne sont pas des bêtes de cirque et hier il faisait une chaleur suffocante à Verbier. Entre temps, Lucas pourrait prévoir un mouchoir de poche comme le faisait Horowitz !

Pour finir, on critique souvent le public un peu « bourge » du festival de Verbier. Bourge peut-être, mais je l’ai trouvé plutôt attentif, sincèrement mélomane et chaleureux. Voilà qui fera plaisir à Mieuvotar !!

Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » jeu. 26 juil., 2018 22:01

En dessert, ce post que je viens de piocher sur Internet:
"Medtner is a slap in the face of anyone still claiming that the tonal system was exhausted at the beginning of the 20th cent. It was Schoenberg and his school who were exhausted They invented dodecacacophony to cover their lack of inspiration as well as to transmitt their mental disease to others".

mieuvotar
Messages : 2673
Enregistré le : mar. 31 janv., 2012 13:16

Re: Lucas Debargue

Message par mieuvotar » ven. 27 juil., 2018 12:32

Appogiature a écrit :
jeu. 26 juil., 2018 21:59
Voilà qui fera plaisir à Mieuvotar !!
Je vais finir par passer pour un dangereux militant de la SPB (Société de protection des bourges)... :mrgreen:

Sinon, Appogiature, tu me fais en effet très plaisir. Un peu par ce dernier commentaire, car oui, le public de Verbier est aussi tel que tu le décris. Mais surtout - et c'est là l'essentiel - par ton remarquable compte-rendu du récital de Lucas Debargue. Alors que je suis loin d'être un aficionado et bien loin aussi de réussir à entrer dans son Medtner (pas que le sien d'ailleurs. Dans Medtner tout court...), ça fait amèrement regretter de ne pas avoir été témoin de ce grand moment pianistique... D'autant plus que j'étais à Verbier hier, mais pris par d'autres engagements :( . D'ailleurs je confirme : bien qu'en altitude, la chaleur était étouffante.

(J'en profite aussi pour donner a posteriori raison - partiellement, il ne faut pas non plus exagérer :wink: - à Presto, mais vais le faire plus explicitement sur le fil Verbier 2018 pour ne pas polluer celui-ci.)

Florestan
Messages : 796
Enregistré le : lun. 23 janv., 2012 15:14
Mon piano : Pétrof Mod V

Re: Lucas Debargue

Message par Florestan » sam. 28 juil., 2018 12:22

Bon, je m'en veux un peu de ne pas trop avoir suivi le forum récemment, puisque j'étais aussi à Verbier le 25 (et le matin du 26) et que j'aurais pu saluer quelques pmistes d'après ce que je lis…
Les places n'étaient pas numérotées et nous sommes arrivés les premiers devant l'église, une heure avant le début du concert (en même temps quand on est parti à 6H30 et qu'on a fait six heures de route on peut bien rester une petite heure à bavarder au soleil...) et du coup nous étions au premier rang, juste en face du piano et à côté de l'impresario et d'autres personnes assez proches du pianiste, ce qui fait que nous avons entendu dire qu'il avait été un peu malade. Je ne sais pas si c'est parce que j'ai entendu ça mais je l'ai effectivement trouvé un peu "inconfortable" en début de récital. il m'a semblé qu'il s'est éveillé progressivement à la musique et qu'il a fini bien plus inspiré qu'il n'a débuté. J'ai senti une certaine distance dans les premiers préludes de Debussy, même si j'ai admiré la variété des timbres qu'il y a déployée. La sonatine, enchainée directement, était vraiment magnifique, vive, timbrée, chantante. Je trouve qu'il a une affinité évidente avec le lyrisme si délicat de Ravel. Tout près du piano, j'admirais la beauté et la spontanéité de la sonorité. Chez lui l'orchestration est constamment reliée à l'intuition et à l'inspiration, ce qui fait qu'il arrive à être extrêmement raffiné et "complexe" sans être froid ou analytique, sans donner l'impression de "tenir sa ligne". J'apprécie toujours autant cette façon de se placer à un endroit où les choses peuvent lui échapper…
C'est grace à Lucas que j'ai découvert et aimé la monumentale sonate en fa mineur, et je me faisais toute une histoire de l'entendre à quelques mètres du piano. Il a incarné le premier mouvement d'une façon torrentielle, douloureuse, poignante, sans la moindre distance. Le second thème en do mineur et surtout sa reprise en fa mineur à la fin étaient d'une très grande beauté.
Je pense qu'il faut avoir fréquenté une œuvre longtemps et profondément comme il l'a certainement fait avec celle la pour pouvoir communiquer avec autant de force et de clarté les grandes lignes et l'architecture tout en restant toujours dans l'instant présent, à éveiller chaque détail. Interprétation à la fois viscérale et de haute altitude, très émouvante. Le public était conquis.
Le Debussy en bis m'a beaucoup plus plu que les premiers, il est difficile de dire dans quelle mesure cela vient de l'interprétation où de la composition elle même, un peu des deux j'imagine. Les sonates de Scarlatti étaient vraiment merveilleusement jouées, pleines d'esprit et de grâce, légères et volubiles. Pour finir, son improvisation (ce n'est pas ce que je préfère en général, déjà parce que je sais que ça annonce la fin…) m'a paru plus originale et riche que d'autres entendues avant.
Je peux me tromper mais j'ai quand même eu l'impression qu'il ne s'est pas trop entendu avec le piano. En tant qu'auditeur, placé peut-être un petit peu trop près, j'ai trouvé que le son devenait un peu brouillon dans les forte, ce qui a surtout un peu nui à certains passages de la sonate.
L'ambiance dans la salle était très agréable, le public chaleureux et réceptif.
Pour ce qui est de mon passage à Verbier en général, mes impressions détaillées déborderaient trop du cadre de ce fil, et même du forum en général. Disons simplement que j'en garderai un bon souvenir !

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9614
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Lucas Debargue

Message par jean-séb » sam. 28 juil., 2018 13:19

En tout cas, merci à vous tous qui donnez avec beaucoup de finesse vos impressions sur ce récital.

Virgule
Messages : 957
Enregistré le : mer. 07 oct., 2015 5:36
Mon piano : Yamaha M110T
Localisation : Québec

Re: Lucas Debargue

Message par Virgule » sam. 28 juil., 2018 20:09

Appogiature a écrit :
jeu. 26 juil., 2018 21:59
Lucas Debargue a donné un magnifique concert hier à l’église de Verbier. C’est vraiment dommage qu’il n’ait pas été relayé par Medici car nous avons tous eu le sentiment de vivre un moment rare, offert par un artiste généreux, visiblement heureux d’être sur scène et du partage avec son public.
Florestan a écrit :
sam. 28 juil., 2018 12:22
Bon, je m'en veux un peu de ne pas trop avoir suivi le forum récemment, puisque j'étais aussi à Verbier le 25 (et le matin du 26) et que j'aurais pu saluer quelques pmistes d'après ce que je lis…
[...] Tout près du piano, j'admirais la beauté et la spontanéité de la sonorité. Chez lui l'orchestration est constamment reliée à l'intuition et à l'inspiration, ce qui fait qu'il arrive à être extrêmement raffiné et "complexe" sans être froid ou analytique, sans donner l'impression de "tenir sa ligne". J'apprécie toujours autant cette façon de se placer à un endroit où les choses peuvent lui échapper…
Merci Appogiature, merci Florestan d'avoir pris le temps d'écrire ces magnifiques comptes rendus, si détaillés et si vivants, si imagés ! =D> Vous nous donnez l'impression d'y être, ce qui atténue (un court instant) les regrets de ne pas avoir pu entendre ce qui fut visiblement un récital très émouvant.

Par ailleurs, personne ici n'a commenté le récital que Lucas donnait la veille avec l'excellent violoniste hongrois Kristóf Baráti, récital qu'on peut voir et entendre sur Medici.tv. Quelqu'un l'a regardé - autre que moi ? Leur Debussy ne m'a pas entièrement convaincue (ils ne s'étaient pas encore complètement trouvés, peut-être ?), leur Brahms davantage, malgré l'impression que Lucas a encore du chemin à faire dans Brahms (normal, il le découvre). Les deux compères sont très différents, il faut dire: autant le pianiste peut être exubérant, autant le violoniste semble tout en retenue, sa sensibilité délicate et son émotion toute intérieure exigeant une grande réceptivité de l'auditrice ou de l'auditeur. Je l'ai davantage apprécié à la réécoute. Le défi était grand de marier deux tempéraments aussi différents !

Cela dit, leur sonate de Franck fut une absolue réussite, une merveille ! J'avoue avoir été très émue par leur interprétation (le public aussi, visiblement), qui m'a donné des frissons dès la première écoute et m'en donne encore à la réécoute. On pourrait croire (mais c'est une interprétation gratuite) que Lucas, par son élan irrésistible, a réussi à faire un peu sortir le violoniste de sa réserve ! En tout cas, j'ai du mal à imaginer qu'une autre interprétation puisse m'émouvoir davantage. Si vous n'avez pas encore écouté le récital, ne le ratez pas; surtout, ne manquez pas d'écouter la sonate de Franck (www.medici.tv/fr/concerts/barati-debarg ... ms-franck/).

Avatar du membre
katy
Messages : 1528
Enregistré le : sam. 04 févr., 2012 20:48
Localisation : Colmar

Re: Lucas Debargue

Message par katy » sam. 28 juil., 2018 21:26

J'ai regardé le récital piano / violon, je partage globalement tes impressions mais je n'avais rien écrit car mon écoute n'était pas non plus très attentive. Le duo ne m'a pas semblé idéal ni très complice : violon assez froid avec un piano qu'on sent bien plus imaginatif et engagé. Mais j'ai été aussi été frappée par leur sonate de Franck dans laquelle on avait l'impression qu'ils s'étaient enfin trouvés, et la ferveur de Lucas y est très touchante. Cela dit ça reste un concert intéressant, je n'aurais pas crié au scandale si j'y avais assisté.

Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » sam. 28 juil., 2018 21:31

Florestan a écrit :
sam. 28 juil., 2018 12:22
Bon, je m'en veux un peu de ne pas trop avoir suivi le forum récemment, puisque j'étais aussi à Verbier le 25 (et le matin du 26) et que j'aurais pu saluer quelques pmistes d'après ce que je lis…
A défaut de t'avoir rencontré à Verbier, j'ai la joie de te retrouver sur le forum. C'est à chaque fois un plaisir de lire tes commentaires et si je devais définir le talent de Lucas Debargue en une phrase, ce sont ces mots de toi que je retiendrais:
Florestan a écrit :
sam. 28 juil., 2018 12:22
[...] J'admirais la beauté et la spontanéité de la sonorité. Chez lui l'orchestration est constamment reliée à l'intuition et à l'inspiration, ce qui fait qu'il arrive à être extrêmement raffiné et "complexe" sans être froid ou analytique, sans donner l'impression de "tenir sa ligne". J'apprécie toujours autant cette façon de se placer à un endroit où les choses peuvent lui échapper…

Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » sam. 28 juil., 2018 22:12

Virgule a écrit :
sam. 28 juil., 2018 20:09
Les deux compères sont très différents. [---] il faut dire: autant le pianiste peut être exubérant, autant le violoniste semble tout en retenue [...] Le défi était grand de marier deux tempéraments aussi différents ![
Je n'ai pas encore pris le temps d'écouter la sonate de Franck mais il y a à l'évidence deux personnalités très (trop?) différentes. Lucas Debargue, je trouve, fait de grosses concessions à son tempérament pour s'adapter à celui de son partenaire. Peut-être que Kristóf Baráti aussi d'ailleurs, mais je ne peux pas en juger car je ne sais pas comment il joue d'habitude. Cela dit, je ne trouve pas son jeu froid, seulement assez intimiste; et il n'a pas le même talent que Lucas pour projeter le son vers le public.

Florestan
Messages : 796
Enregistré le : lun. 23 janv., 2012 15:14
Mon piano : Pétrof Mod V

Re: Lucas Debargue

Message par Florestan » dim. 29 juil., 2018 10:52

Appogiature a écrit :
sam. 28 juil., 2018 21:31
Florestan a écrit :
sam. 28 juil., 2018 12:22
Bon, je m'en veux un peu de ne pas trop avoir suivi le forum récemment, puisque j'étais aussi à Verbier le 25 (et le matin du 26) et que j'aurais pu saluer quelques pmistes d'après ce que je lis…
A défaut de t'avoir rencontré à Verbier, j'ai la joie de te retrouver sur le forum. C'est à chaque fois un plaisir de lire tes commentaires et si je devais définir le talent de Lucas Debargue en une phrase, ce sont ces mots de toi que je retiendrais:
Florestan a écrit :
sam. 28 juil., 2018 12:22
[...] J'admirais la beauté et la spontanéité de la sonorité. Chez lui l'orchestration est constamment reliée à l'intuition et à l'inspiration, ce qui fait qu'il arrive à être extrêmement raffiné et "complexe" sans être froid ou analytique, sans donner l'impression de "tenir sa ligne". J'apprécie toujours autant cette façon de se placer à un endroit où les choses peuvent lui échapper…
Je suis très sensible à la générosité de ton message, d'autant que tu t'es toi même donné la peine de faire un compte rendu vibrant et bien plus détaillé que le mien !

pianojar
Messages : 6157
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Lucas Debargue

Message par pianojar » dim. 29 juil., 2018 18:24

Merci beaucoup pour vos merveilleux compte-rendus des prestations de Lucas Debargue qui semble plus que jamais être le pianiste à aller écouter en concert avec des répertoires de plus en plus intéressants et des programmes fort bien pensés et construits
Je n'ai pas pu ecouter le concert de Verbier pour l'instant pour cause d'ordi récalcitrant
Je continue à mettre à jour le répertoire (page1) donc si vous avez connaissance d'oeuvres déjà qui jouées n'y figurant pas n'hésitez pas à me le signaler

Moonlight85
Messages : 87
Enregistré le : mer. 16 déc., 2015 14:28

Re: Lucas Debargue

Message par Moonlight85 » lun. 30 juil., 2018 11:46

Pour le concert avec Kristóf Baráti, quelqu'un sait quel était le second bis?

Avatar du membre
katy
Messages : 1528
Enregistré le : sam. 04 févr., 2012 20:48
Localisation : Colmar

Re: Lucas Debargue

Message par katy » lun. 30 juil., 2018 12:56

Si mes souvenirs sont bons : scherzo de la sonate FAE en premier, mouvement lent de la 3ème sonate de Brahms en 2ème (en tout cas mouvement lent d'une autre sonate de Brahms ça c'est sûr)
Le scherzo m'a semblé un peu timide...
Modifié en dernier par katy le lun. 30 juil., 2018 16:00, modifié 1 fois.

mieuvotar
Messages : 2673
Enregistré le : mar. 31 janv., 2012 13:16

Re: Lucas Debargue

Message par mieuvotar » lun. 30 juil., 2018 15:57

Il a aussi joué hier soir, dans une composition de Pletnev pour 2 pianos (tenus par Debargue et Pletnev lui-même) et orchestre. Quelqu'un y était ?
Le concert est disponible sur Medici : https://www.medici.tv/fr/concerts/kocha ... -kissin-1/
(Je n'ai pas écouté, je ne sais pas ce que ça vaut.)

pianojar
Messages : 6157
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Lucas Debargue

Message par pianojar » lun. 30 juil., 2018 19:12

Mon PC ayant une courte rémission, j'en ai profité pour écouté l'oeuvre de Pletnev
Pas sûr que cela révolutionne le répertoire du 2 pianos mais bon cela se laisse écouter, entres influences viennoises (ils ont l'air de bien s'amuser à partir de la 21ème min àpp !) , russes et quelques accords jazzy sans oublier les cloches suisses pour faire honneur au titre de la pièce !
Lucas bien sûr est à 100% dans la musique comme d'habitude !

mieuvotar
Messages : 2673
Enregistré le : mar. 31 janv., 2012 13:16

Re: Lucas Debargue

Message par mieuvotar » sam. 04 août, 2018 12:31

Mardi prochain (le 7août), sur France-Musique à 21h00, retransmission de son récital à la Roque d'Anthéron.
https://www.francemusique.fr/emissions/ ... p=1&xtcr=2

Gaspard du jour
Messages : 30
Enregistré le : lun. 11 juin, 2018 15:13
Mon piano : Bechstein

Re: Lucas Debargue

Message par Gaspard du jour » sam. 04 août, 2018 13:21

Merci d'avoir partager tant de comptes rendus merveilleux du récital de Debargue! On dirait que c'était vraiment inspirant!

Est-ce que quelqu'un va à Roque d'Anthéron, Menton pour l'entendre?

Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » dim. 05 août, 2018 12:04

Gaspard du jour a écrit :
sam. 04 août, 2018 13:21
Est-ce que quelqu'un va à Roque d'Anthéron, Menton pour l'entendre?
Hélas ni à la Roque d'Anthéron ni à Menton mais par contre à Annecy le 30 août.

Appogiature
Messages : 80
Enregistré le : jeu. 15 mars, 2018 22:17
Mon piano : Sauter
Localisation : Lavaux

Re: Lucas Debargue

Message par Appogiature » dim. 05 août, 2018 12:13

Extrait du commentaire de Pianojar sur le fil "Festival de Verbier":
pianojar a écrit :
sam. 04 août, 2018 21:49
Je viens de l'écouter, je ne veux pas faire de comparaisons avec l'oeuvre e Lucas. Ce quintett de dimension moindre par la durée est sans doute plus homogène, avec moins d'influences diverses. En tout cas il recèle de beaux moments et mérite d'être écouté.
Et ces musiciens : Debargue - Trifonov ou même des transcripteurs comme Noack ou Giltburg apportent une dimension supplémentaire à la musique, ce sont des "passeurs" mais aussi des créateurs
Idéalement en effet il ne faudrait pas comparer, mais je voudrais quand même signaler qu'après avoir beaucoup réécouté le Quatuor symphonique de Lucas, j'ai peu à peu découvert un premier mouvement au contraire très homogène (les choses malheureusement se gâtant par la suite selon moi).
Entre l'œuvre de Lucas et celle de Daniil Trifonov, il me semble aussi trouver une parenté esthétique, certains passages du quintet de Trifonov évoquant pour moi le trio pour piano et cordes de Lucas Debargue.

Alors d'où vient le sentiment d'une plus grande homogénéité chez Trifonov? C’est vraiment une question…

Un autre thème serait aussi de comprendre d’où vient cette parenté esthétique, sachant qu'on est en face de deux créateurs profondément authentiques qui, jamais, n'auraient le réflexe d’aller faire des emprunts au langage de son collègue.

Pour nous qui avons l’habitude en musique de regarder vers le passé, c’est passionnant de pouvoir assister en tant que témoins contemporains à l'éclosion d’œuvres d'art qui "se parlent" de loin et de pouvoir nous interroger sur la façon dont la musique, selon un mode particulier à l’époque, inspire, guide, possède ceux qu'elle a choisis comme passeurs de notre temps.

pianojar
Messages : 6157
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Lucas Debargue

Message par pianojar » lun. 06 août, 2018 20:21

Appogiature a écrit :
jeu. 26 juil., 2018 21:59
deux sonates de Scarlatti (la K 491 puis une autre, magnifique, que je ne connais pas),
Apparemment c'est la K438

Répondre