Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

mécanique, commerces/achat, facteurs...

Modérateur : Modérateurs

cedricp
Messages : 129
Enregistré le : lun. 31 déc., 2018 7:53
Mon piano : Grotrian Steinweg 124

Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par cedricp » sam. 26 janv., 2019 14:24

Bonjour à tous,
Je suis pianiste débutant, je joue aujourd'hui sur un piano d'étude Yamaha, le B1, en location, et d'ici quelques mois, j'envisage l'achat d'un piano d'expression (droit), pour m'accompagner sur plusieurs années.
Je voulais avoir votre avis sur la réputation des pianos Yamaha, que je perçois comme "moyenne" (d'après des échanges divers avec des pianistes, en ce qui me concerne, je n'ai aucun avis sur le sujet), avec souvent un argument qui revient : des pianos standardisés sans personnalité.
1/ Est-ce que cette réputation moyenne est toujours d'actualité selon vous (ou est-ce que cela correspond à des anciens modèles Yamaha) ?
2/ Est-ce que cette réputation de "manque de personnalité" est vraie pour tous leurs modèles (droits, au moins : séries B, P, U, YUS, SE, SU) ?
3/ Est-ce que le manque de personnalité n'est pas une façon négative de qualifier un atout : le fait de pouvoir s'adapter à de nombreux styles de pianistes et de musiques, sans les écraser par la personnalité dominante de l'instrument ?
4/ Au delà de la question de la personnalité, peut-on dire que ces pianos ont un rapport "qualité / finition / prix" au dessus des autres plus petites marques européennes, à prix équivalent ?
Merci d'avance pour vos avis !

rodolphen123
Messages : 402
Enregistré le : sam. 20 oct., 2018 10:11
Mon piano : Gaveau/Pleyel/Erard

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par rodolphen123 » sam. 26 janv., 2019 14:42

Bonjour,

Je n'ai pas d'avis, mais restent ils des marquent européennes??

tech_piano
Messages : 1991
Enregistré le : dim. 06 févr., 2011 9:50
Mon piano : Euterpe 114, Schimmel 112

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par tech_piano » sam. 26 janv., 2019 18:22

cedricp a écrit :
sam. 26 janv., 2019 14:24
Je voulais avoir votre avis sur la réputation des pianos Yamaha, que je perçois comme "moyenne" (d'après des échanges divers avec des pianistes, en ce qui me concerne, je n'ai aucun avis sur le sujet), avec souvent un argument qui revient : des pianos standardisés sans personnalité.
1/ Est-ce que cette réputation moyenne est toujours d'actualité selon vous (ou est-ce que cela correspond à des anciens modèles Yamaha) ?
2/ Est-ce que cette réputation de "manque de personnalité" est vraie pour tous leurs modèles (droits, au moins : séries B, P, U, YUS, SE, SU) ?
Bonjour à vous! :wink:

Les pianos Yamaha des années 1980 ont plutôt une bonne réputation auprès des musiciens, et sont généralement reconnus pour avoir une palette expressive tout à fait polyvalente. Depuis +/-1995, Yamaha a ensuite cherché à lisser les inégalités de production, et pour atteindre une qualité reproductible "autant que possible", la palette musicale des instruments s'est épurée. Ce sont donc les productions de +/-1995 à aujourd'hui qui ont souvent une réputation contrastée, en particulier les gammes produites en Chine (C-110) puis ensuite en Indonésie (série des C-109, puis B et P actuels), mais le côté "épuré" demeure jusqu'au haut de gamme de la marque (séries U,SE, YUS, SU). On peut aimer un peu, beaucoup, ou pas du tout. :wink:
cedricp a écrit :
sam. 26 janv., 2019 14:24
3/ Est-ce que le manque de personnalité n'est pas une façon négative de qualifier un atout : le fait de pouvoir s'adapter à de nombreux styles de pianistes et de musiques, sans les écraser par la personnalité dominante de l'instrument ?
S'adapter à de nombreux styles est d'autant plus facile que le piano peut proposer au musicien une vaste palette de couleurs, de la variété de toucher et de sonorité. Cela requiert donc plutôt un piano qui "en aura sous le capot", ce qui est lié à la richesse harmonique, dans une part non négligeable! :wink:

Un piano très "typé" sera souvent moins polyvalent en revanche, vous avez raison; je pense en particulier aux Petrof, à certains Seiler, ou même certains Sauter. L'instrument, bien que de haute qualité, peut devenir très présent dans le jeu, et servir moins bien tel ou tel style. La clé est pour moi de trouver l'équilibre harmonique qui permettra d'atteindre la densité ou la légèreté de timbre, de façon modulable, donc quand on le souhaite! :wink:

Dans le cas de Yamaha, le côté très épuré peut donner la sensation de manquer de palette expressive; peu de richesse harmonique, cela suppose que l'on doive s'exprimer en composant avec ce que le piano peut offrir, et souvent ce sont les couleurs qui manquent, la variété du son et des modes de jeu. :wink:
cedricp a écrit :
sam. 26 janv., 2019 14:24
4/ Au delà de la question de la personnalité, peut-on dire que ces pianos ont un rapport "qualité / finition / prix" au dessus des autres plus petites marques européennes, à prix équivalent ?
La qualité des matériaux est conçue par Yamaha pour être optimale tout de suite. Cela suppose que si le piano est "au mieux de ce qu'il peut" quand il est neuf, il va se dégrader avec le temps. Cela se voit en particulier avec les feutres de clavier, et les marteaux; ils s'usent actuellement très rapidement quand on joue de façon moyenne (1h à 3h par jour). :idea:

Les finitions d'usine de Yamaha sont résumées au strict minimum. La précision de fabrication permet de livrer des pianos fonctionnels, mais pas optimisés, ni rôdés. Or, les finitions sont souvent laissées de côté par les magasins, car leur marge est très faible sur ces pianos; on se retrouve souvent avec des pianos livrés sans même un simple serrage des vis, avec des marteaux qui frappent les cordes de travers, et des réglages/harmonisations neutres, "passe partout". Tenue d'accord à construire sérieusement, ce qui n'était pas le cas avec les productions anciennes de Yamaha... [-o<

Comme les productions Européennes sont placées dans une gammes déjà moins accessible que Yamaha, au niveau budget, je ne pense pas que l'on puisse trouver d'équivalence pour comparaison... Mais un premier prix Européen (autour de 10.000€) intégrera le concept de "maturation" de l'instrument dans le temps, donc un piano qui ne donnera pas tout son potentiel au départ, et des matériaux généralement choisis pour évoluer positivement jusqu'à ce que l'instrument atteigne son point culminant.

À condition là encore d'une préparation très soignée avant livraison, et d'un entretien suffisant (en contenu et fréquence des interventions)! :wink:

Avatar du membre
coignet
Messages : 1115
Enregistré le : mer. 12 févr., 2014 13:03
Mon piano : Pleyel F 1953
Localisation : Paris I

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par coignet » sam. 26 janv., 2019 18:31

rodolphen123 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 14:42
reste-t-il des marques européennes
Il reste peu de marques européennes indépendantes. Petrof, Förster, Blüthner, Sauter, Steingraeber et Fazioli au moins ont encore une production totalement européenne. Bechstein est encore une marque européenne mais produit des gammes en Chine. Steinway, bien qu'appartenant à un groupe chinois depuis peu, produit encore intégralement en Allemagne (et à New York).
Schimmel, Seiler, Feurich, ne sont plus allemands. Ibach a fermé. Pleyel (Rameau) aussi. Bösendorfer appartient à Yamaha.

Aucun de ces pianos encore européens n'est aussi accessible financièrement qu'un Yamaha.

filolo
Messages : 987
Enregistré le : jeu. 21 août, 2014 11:03
Mon piano : Petrof 114

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par filolo » sam. 26 janv., 2019 19:18

Gro192 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 18:22

Comme les productions Européennes sont placées dans une gammes déjà moins accessible que Yamaha, au niveau budget, je ne pense pas que l'on puisse trouver d'équivalence pour comparaison... Mais un premier prix Européen (autour de 10.000€) intégrera le concept de "maturation" de l'instrument dans le temps, donc un piano qui ne donnera pas tout son potentiel au départ, et des matériaux généralement choisis pour évoluer positivement jusqu'à ce que l'instrument atteigne son point culminant.

À condition là encore d'une préparation très soignée avant livraison, et d'un entretien suffisant (en contenu et fréquence des interventions)! :wink:
Dans les premiers prix européens, le Petrof 118 S 1 6600 € environ* avec mécanique Detoa ce qui le met dans les tarifs du Yamaha P 116 donc on doit pouvoir comparer.Des avis là dessus ?

*https://www.paul-beuscher.com/piano-dro ... 2x22086461

Je triche un peu je n'ai pas trouvé de 118 j'ai mis un 125 :


filolo
Messages : 987
Enregistré le : jeu. 21 août, 2014 11:03
Mon piano : Petrof 114

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par filolo » sam. 26 janv., 2019 19:40

rodolphen123 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 14:42


Je n'ai pas d'avis, mais restent ils des marquent européennes??
Oui il y en a encore ! ( voir rubrique fabriquant )
https://www.pianos.de/fr/

rodolphen123
Messages : 402
Enregistré le : sam. 20 oct., 2018 10:11
Mon piano : Gaveau/Pleyel/Erard

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par rodolphen123 » sam. 26 janv., 2019 19:51

D'accord je m'incline, il en reste un peu. Mais bon aucun en france.

cedricp
Messages : 129
Enregistré le : lun. 31 déc., 2018 7:53
Mon piano : Grotrian Steinweg 124

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par cedricp » sam. 26 janv., 2019 19:58

Merci beaucoup Gro192 pour cette réponse très éclairante.

Je me rends compte que le qualificatif de manque de personnalité est donc bien un défaut, au sens d'un manque de "couleur", de palette expressive, de richesse harmonique... à ne pas confondre avec un piano trop typé, donc, comme certains modèles des marques auxquelles vous faites référence.

Je n'avais pas évalué la valeur ajoutée et l'importance de la préparation avant livraison, par le magasin... qui ne sont donc pas juste des "distributeurs" ou des "épiciers" de la musique, mais de vrais préparateurs, donc. Je ne l'imaginais pas.
Cela étant dit, ce que je trouve alors compliqué, à part pour Yamaha (et peut-être d'autres fabricants "mainstream") dont "la qualité des matériaux est conçue par Yamaha pour être optimale tout de suite", c'est d'évaluer la couleur, la palette expressive, la richesse harmonique de pianos (neufs) d'autres fabricants dont les pianos ont besoin d'une période de maturation. Non ?

Et aussi, sur la comparaison "à prix équivalent", admettons que l'on prenne un modèle de Bechstein, type Millenium K116 à +/- 15.000 € (et je prends ce modèle juste pour illustrer un modèle réputé de fabricant européen, mais cela pourrait être un autre modèle entre 10.000 et 15.000 €) et un Yamaha SU118 ou YUS5 dans les mêmes gammes de prix, est-ce que vous recommanderiez le Yamaha ou une marque réputée de tradition et de manufacture européenne ?

Je ne sais pas si vous trouvez le temps de me répondre, mais en tout cas, merci beaucoup pour votre première réponse !

bernard
Messages : 3070
Enregistré le : mer. 27 oct., 2004 20:09
Mon piano : Kawai VPC1 Pianoteq 6
Localisation : Var est

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par bernard » sam. 26 janv., 2019 20:00

Mais bon aucun en france.
au moins une

http://www.chavanne.com/

rodolphen123
Messages : 402
Enregistré le : sam. 20 oct., 2018 10:11
Mon piano : Gaveau/Pleyel/Erard

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par rodolphen123 » sam. 26 janv., 2019 20:13

Ah et pas trop cher finalement...

6gale13
Messages : 253
Enregistré le : dim. 03 juin, 2018 17:46
Mon piano : yamaha UX-1 et yamaha SU 118c (la 441,8)

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par 6gale13 » sam. 26 janv., 2019 22:34

Peut-être entend-on parler de mauvaise réputation mais si on en juge par le volume vendu en neuf et leur attractivité en occasion, l'impression est plutôt le contraire.

J'avais ce même avis réservé avant d'acheter mes deux Yamaha et il est vrai que je ne retrouve pas dans la marque japonaise le charme et le sostenuto de mon vieil Erard droit. Mais ce dernier claque mécaniquement de tous côtés. Il a l'attrait d'une antique Citroen SM qu'il ne faut pas espérer utiliser pour le travail et les longs trajets en vacances mais pour une sortie de temps en temps le dimanche avec la trousse à outils dans le coffre.

Cedricp, vois-tu, quand j'ai prospecté pour acheter un instrument je n'avais aucune intention d'acheter Yamaha. Mais j'ai trouvé beaucoup de ces pianos d'occasion dans ma région et peu d'autres pianos, donc j'ai eu plus de choix chez Yamaha qu'ailleurs. Ensuite j'ai trouvé difficile d'avoir à la fois la qualité du timbre et la qualité mécanique et là encore je suis tombé sur des Yamaha homogènes alors qu'il m'est arrivé de trouver des pianos européens un peu ingrats du point de vue de la mécanique et pas franchement donnés. Ou encore des européens finalement pas terribles en sonorité.

Mais quelques belles occasions européennes auraient pu faire l'affaire. Peut-être en trouveras-tu. Ainsi un Feurich Langlau mis à prix 2 500 euros m'avait paru trop cher et d'ailleurs ne s'est pas vendu. Mais quand un an après la propriétaire l'a mis en vente 1 500, ça aurait été un très bel achat si je n'avais pas déjà acheté un UX1. Réciproquement je suis tombé sur un petit Yamaha joué 3 ans et vendu 17 an plus tard à 400 euros qui aurait été un excellent choix pour un pianiste débutant. Il s'est vendu dans la journée... Il est clair que si tu veux revendre ton piano, un Yamaha trouve facilement preneur, notamment parce que pour pas mal d'acheteurs pas très avertis, Yamaha est une valeur sûre. Ca peu paraître bizarre de penser à la revente mais si se découvre un goût pour le piano on peut être amené à évoluer après 3 à 5 ans de pratique.

Enfin, Cedricp, tu dis "les Yamaha", mais leur gamme est très étendue et les instruments peuvent être d'une classe très différente : tous ne sont pas comme le B1 silent. Ainsi j'ai entendu Luccas Debargues sur un Yamaha de concert absolument fabuleux.

Justement, tu cites le Bechstein type Millenium, le SU 118 et le YU5. Ca m’intéresserai beaucoup de tester le Bechstein que je n’ai pas essayé et de ce point de vue je ne peux pas te donner de conseil ; en revanche je peux te parler des deux autres que j’ai testés. Ton exemple est très intéressant pour parler des pianos Yamaha parce qu'il montre justement qu'ils sont très différents pour un même prix. J’ai eu le choix entre le YU5 (qui fait 130 cm) et le SU 118 et j'ai acheté ce dernier. Mais je peux aussi te dire que le YU5 est un instrument avec des qualités que n’a pas le SU 118. Le Su est plus musical, mais si j’étais responsable d’une école de musique, pour le même prix je prendrais un YU5 : longues touches en ivorite, grand pupitre, cylindre amorti… on pourrait penser que ce sont des détails, mais dans la pratique quotidienne ils ont leur valeur car les longues touches rapprochent de la sensation des pianos de concert, le grand pupitre est très pratique pour les partitions qui peuvent rester en place pendant que tu refermes le cylindre (sinon un piano toujours utilisé reste ouvert et prend la poussière). Or tu vois, dans la même gamme de prix tu as deux Yamaha droits de philosophie très différente. En effet, le YU5 est plus plat du point de vue du timbre… mais il a d’autres qualités très « pro ».

En occasion il y a eu récemment deux SU 118c à 4 500 euros. je ne sais pas si on peut espérer trouver un Bechstein Millénium de seconde main à ce prix.

Bref, pour ta recherche je ne pense pas qu'il faille exclure cette marque, bien au contraire, mais ne pas être fermé à d'autres marques. Toujours pareil : écouter et jouer pour se faire une idée

Avatar du membre
André Quesne
Messages : 4142
Enregistré le : lun. 19 juin, 2006 11:54
Mon piano : Yamaha C6

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par André Quesne » sam. 26 janv., 2019 23:18

rodolphen123 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 19:51
D'accord je m'incline, il en reste un peu. Mais bon aucun en france.
Si Pleyel n'avait pas fait cette connerie de maquiller ses pianos par de soi-disant artistes, de les vendre hors de prix, et s'ils avaient continué la fabrication des pianos droits, on n'en serait peut-être pas là aujourd'hui ! :)
Il n'y a qu'une seule supériorité, celle du coeur. Ludwig Van BEETHOVEN

Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par Lee » dim. 27 janv., 2019 2:50

bernard183 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 20:00
rodolphen123 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 20:13

Mais bon aucun en france.
au moins une

http://www.chavanne.com/
Et deux même :
http://pianos-klein.com
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington

tech_piano
Messages : 1991
Enregistré le : dim. 06 févr., 2011 9:50
Mon piano : Euterpe 114, Schimmel 112

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par tech_piano » dim. 27 janv., 2019 10:11

cedricp a écrit :
sam. 26 janv., 2019 19:58
Et aussi, sur la comparaison "à prix équivalent", admettons que l'on prenne un modèle de Bechstein, type Millenium K116 à +/- 15.000 € (et je prends ce modèle juste pour illustrer un modèle réputé de fabricant européen, mais cela pourrait être un autre modèle entre 10.000 et 15.000 €) et un Yamaha SU118 ou YUS5 dans les mêmes gammes de prix, est-ce que vous recommanderiez le Yamaha ou une marque réputée de tradition et de manufacture européenne ?
Pour moi, il n'est pas évident de trancher entre un SU-118 et un C.Bechstein Millenium; ce sont des pianos qui ont des qualités avérées, mais je leur trouve une limite assez comparable en terme de palette expressive, assez uniforme. Reste la question de la durabilité; les mécaniques Goldline de C.Bechstein fonctionnent très bien, les marteaux Yamaha s'useront sans doute plus rapidement, le vieillissement des cordes filées sera assez semblable, mais je ne suis pas certain que l'on puisse trancher de façon claire, autrement que par une question de "goût personnel". :wink:

La comparaison avec un Sauter 116/118, ou avec un Grotrian-Steinweg 114 pourrait à mon sens apporter plus de grain à moudre; le toucher de ces pianos et la vie sonore qu'ils proposent permettent, me semble-t-il, d'écouter et de façonner le son autrement. On a une sensation de relief sonore, spatialisé "en 3D" dans l'instrument, et on peut y trouver (ou non) des points d'accroche affectifs, sans pour autant perdre en polyvalence; ce sont des pianos qui mûrissent et dont les qualités déjà présentes au départ ne font que s'affirmer. :wink:

Avatar du membre
Hichem
Messages : 507
Enregistré le : dim. 04 mars, 2018 20:52
Mon piano : Yamaha CLP-535
Localisation : Sfax, Tunisie

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par Hichem » dim. 27 janv., 2019 12:13

Lee a écrit :
dim. 27 janv., 2019 2:50
bernard183 a écrit :
sam. 26 janv., 2019 20:00


au moins une

http://www.chavanne.com/
Et deux même :
http://pianos-klein.com
Une troisième :
Pianos colman
http://www.colmann.com/pianos-colmann_accueil.html

Une quatrième :
Stephen Paulello
https://www.stephenpaulello.com/pianos

cedricp
Messages : 129
Enregistré le : lun. 31 déc., 2018 7:53
Mon piano : Grotrian Steinweg 124

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par cedricp » dim. 27 janv., 2019 14:14

Quand on voit le niveau des sites internet de ces maisons, on comprend pourquoi elles ont du mal à émerger face à la concurrence internationale... :shock: j'espère que Victor Hugo avait tort quand il prétendait que "la forme, c'était le fond qui remontait à la surface", parce que côté forme (communication), c'est pas brillant...
Bon, cela dit, cela fait plaisir de savoir qu'il reste quelques fabricants français, et j'espère qu'au delà de leurs sites internet, ils travaillent bien, mais ma question, à la base, concernant plus la réputation des pianos Yamaha... :lol:

Avatar du membre
coignet
Messages : 1115
Enregistré le : mer. 12 févr., 2014 13:03
Mon piano : Pleyel F 1953
Localisation : Paris I

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par coignet » dim. 27 janv., 2019 14:46

cedricp a écrit :
dim. 27 janv., 2019 14:14
ma question, à la base, concernant plus la réputation des pianos Yamaha
Certes, mais il me semble que des réponses précises et étayées ont été données.

Yamaha est un fabricant très sérieux à très haut niveau technique, proposant des gammes diverses depuis de petits pianos d'entrée de gamme produits industriellement dans des pays à faible coût de main d'œuvre, jusqu'au piano de concert de très grande classe, en passant par une gamme de pianos à queue destinés aux professionnels et aux conservatoires, qui se sont mondialement imposés face à la vieille production européenne, durablement dépassée et fragilisée.

La réputation de Yamaha est différente suivant que l'on évoque leurs meilleurs pianos ou les catégories à petit prix.

Dans chacun de ces segments ils ont su proposer une offre crédible, et, avec un chiffre de production que n'a jamais approché aucun fabricant européen, se sont imposés en position dominante écrasante, rejoints petit à petit par leur voisin Kawai, puis récemment par les fabricants coréens et chinois, ces derniers ayant une politique commerciale plus complexe, car vendant très souvent sous des marques anciennement européennes.

filolo
Messages : 987
Enregistré le : jeu. 21 août, 2014 11:03
Mon piano : Petrof 114

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par filolo » dim. 27 janv., 2019 14:56

Oui les sites internet ne sont pas au top pour nos petits fabricants mais ils ne jouent pas dans la même cour que le N°1 mondial ou certains autres.Quant on va physiquement dans leurs magasins et atelier, on n'est pas dans une usine.Ils ont beaucoup de mérite à s'accrocher.Un site internet au top et maintenu, c'est un coût qui peut-être élevé.
Modifié en dernier par filolo le dim. 27 janv., 2019 14:57, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par Lee » dim. 27 janv., 2019 14:56

Oui désolée, je n'ai pas répondu à ta question.

Les Yams étaient peut-être aussi victimes de leur réputation de robustesse. Les conservatoires, les gares et les autres endroits où ils sont sursolicités, mal entretenus et même mal règlés ou accordés au début prennent peut-être une part de responsabilité...

Mais je n'ai pas eu l'impression que les Yams ont une mauvaise réputation à la base. Ils ont une réputation de fiabilité et passe-partout, il me semblait que certains artistes jazz ou pop choisissent de préférence.
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington

cedricp
Messages : 129
Enregistré le : lun. 31 déc., 2018 7:53
Mon piano : Grotrian Steinweg 124

Re: Pourquoi les pianos Yamaha ont une (relativement) mauvaise réputation ?

Message par cedricp » dim. 27 janv., 2019 15:52

coignet a écrit :
dim. 27 janv., 2019 14:46
cedricp a écrit :
dim. 27 janv., 2019 14:14
ma question, à la base, concernant plus la réputation des pianos Yamaha
Certes, mais il me semble que des réponses précises et étayées ont été données.

...
Merci pour votre réponse, et oui, des réponses précises et étayées avaient été données, et je ne voulais pas empêcher une discussion sur un autre sujet que celui de ce fil, juste la recentrer un peu pour permettre à d'autres personnes d'apporter leur propre vision des pianos Yamaha, pour mieux comprendre ce qui relève des "a priori" et ce qui relève de la réalité.

En fait, derrière ma question sur la réputation des pianos Yamaha, il y a aussi le modèle économique du marché du piano acoustique et son impact sur la qualité des pianos : j'ai l'impression qu'il est difficile pour des fabricants indépendants, souvent européens, de résister (d'où le rachat de certaines marques européennes par de plus gros concurrents, ou des fabrications plus ou moins cachées dans des pays où la main d'oeuvre est à faible coût et le savoir-faire plus limité) - du coup, face à ce marché (des pianos acoustiques) difficile où il est de plus en plus dur de gagner sa vie (et donc de payer des ouvriers très qualifiés ou de mettre des matériaux de très bonne qualité dans la fabrication), je me demandais si les marques européennes indépendantes réputées (Bechstein, Grotrian-Steinweg, Sauter, Schimmel... ou les petits français qui ont été évoqués) peuvent encore fabriquer des pianos de meilleure qualité à prix équivalent que les grosses productions de Yamaha, qui lui bénéficie d'économie d'échelles et peut correctement payer des bons artisans / ouvriers qualifiés pour leurs modèles de "milieu / milieu +" de marché (disons 8.000 à 15.000 €).
Je suppose qu'un Steinway ou un Bösendorfer reste au dessus de la mêlée côté savoir-faire et fabrication (grâce à des prix qui les positionnent quasiment sur le marché du luxe ou des amateurs avertis et tant mieux pour eux, fortunés), mais j'avais plus de doute pour les pianos de segment de prix intermédiaires des fabricants européens, versus Yamaha.

Répondre