Histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (10) : Lorsque le pianiste joue Elegie de Massenet... Petite analyse

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
pianojar
Messages : 7645
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (7) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par pianojar »

Un petit apercu avec la partition qui permet de se rendre compte de l'extraordinaire virtuosité de Tatum
pianojar
Messages : 7645
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (7) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par pianojar »

Et si jamais un doute subsiste dans votre esprit ........
pianojar
Messages : 7645
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (4)

Message par pianojar »

Oukee a écrit : sam. 03 juil., 2021 18:18
Christof a écrit : sam. 03 juil., 2021 12:15
PS : je ne savais pas que Lise de la Salle reprenait Tiger rag et Tea for two (en concert ? sur CD ?).
Connais-tu cela : Horowitz jouant Tea for two (sûrement parce qu'il l'avait un jour vu jouer par Art Tatum, il s'amuse d'ailleurs à faire des guirlandes un peu comme lui) :

Lise de la Salle reprend Tea for two sur son dernier album et va le jouer lors de son récital à venir à la Roque d’Antheron.
Il y a des partitions qui transcrivent quelques enregistrements d’Art Tatum, donc les pianistes classiques s’y mettent.
Sinon, j’avais vu il y a quelques années un CD de Steven Mayer chez Naxos “Improvisations d’Art Tatum” avec notamment TF2 et Tiger Rag.
Merci pour la vidéo d’Horowitz :D : on a l’impression qu’il se remémore sa jeunesse, lorsqu’il a rencontré Art Tatum, c’est très émouvant.
Horowitz avait composé sa propre version de Tea for Two, mais ne l’a joué que dans quelques réceptions privées. Bizarrement, il ne l’a pas enregistré : pour éviter la comparaison ?
Il y a une pianiste qui le joue
Yuja Wang

ou
Ninoff
Messages : 1811
Enregistré le : ven. 11 janv., 2019 11:51
Mon piano : Bechstein

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (7) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par Ninoff »

Merci Christof de cette suite passionnante 👌👌👌
J’avais vu que Yuja s’était essayé à Tea for two...
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (7) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par Christof »

Merci Pianojar ! Cela enrichit le fil. Oui, c'est dingue cette fluidité qu'il a dans son Tiger Rag quand on regarde la partition : un peu hallucinant.

Je n'avais jamais fait attention que Yuja Wang jouait Tea for Two... Immense pianiste, qui rend un bel hommage.
Modifié en dernier par Christof le jeu. 08 juil., 2021 21:33, modifié 2 fois.
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (7) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par Christof »

Ninoff a écrit : mer. 07 juil., 2021 21:18 Merci Christof de cette suite passionnante 👌👌👌
J’avais vu que Yuja s’était essayé à Tea for two...
Merci Ninoff
C'est également passionnant de l'écrire. Organiser les idées, compléter mes recherches, choisir tel ou tel morceau en imaginant que cela colle bien avec ce que je tente d'expliquer.
Je suis toujours étonné de voir à chaque fois l'épisode se construire de lui-même, alors qu'au début, ce n'est jamais gagné.

PS : bientôt l'épisode suivant...
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (8) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par Christof »

Le génie d'Art Tatum (8)- Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (suite)…

Rappel : Introduction (1)
Le génie d’Art Tatum (2)
Le génie d’Art Tatum (3)
Le génie d’Art Tatum (4)
Le génie d’Art Tatum (5)
Le génie d’Art Tatum (6)
Le génie d’Art Tatum (7)



Image

Art Tatum et Buddy de Franco

Si j’avais déjà mis en écoute le morceau A foggy day (voir épisode 4) joué par Art Tatum et Buddy de Franco, j’aimerais beaucoup revenir à cette fameuse rencontre entre les deux musiciens, ce qui me permet toute de suite de faire cette digression rapide sur l’histoire de la clarinette dans le jazz….

Dans les années 1920, la lente sortie de l'ornière de la Nouvelle-Orléans a été caractérisée par l'avènement d'une succession de clarinettistes qui, quels que soient leurs mérites divers, ont joué certainement un rôle majeur dans la diffusion de la musique. Le plus habile d'entre eux était Benny Goodman, qui réalisa une brillante synthèse des styles de tous ses prédécesseurs importants et produisit le jeu de clarinette qui fit de lui une célébrité mondiale dans les années qui suivirent.

Dans la folle décennie des années 30, avec notamment les grands orchestres de jazz, certains as de la clarinette étaient si renommés qu’on pouvait même les voir dans certains films au cinéma. La clarinette occupait le devant de la scène… : des compositions comme "Clarinet à la King" (Benny Goodman), "Concerto for Clarinet (Artie Shaw)", "Wooshoper's Bal" (Woody Herman) sont par exemple devenues en ce temps des œuvres familières auprès de dizaines de millions d'adeptes.

Image
Benny Goodman avec Duke Ellignton






Buddy de Franco : un maître

(attention, il existe aussi de très grands clarinettistes : on pourrait citer aussi Herbie Fields (le pianiste Bill Evans a joué dans son orchestre), et chez-nous Michel Portal (qui joue également de la clarinette basse). Citons également Eric Dolphy pour la clarinette basse).

Image
Buddy de Franco

Boniface Ferdinand Leonardo de Franco (1923 – 2014) est arrivé pile poil pour vivre la fin de cette époque, même si au moment où il a rejoint les rangs des groupes de Charlie Barnet et Tommy Dorsey, les choses commençaient à changer. L'ère du Big Band était en train de s'arrêter. Artie Shaw par exemple était déjà comme presque "enterré". Benny Goodman, de son côté, se plaignait des beboppers qui, pour lui, "jouaient de fausses notes", c'est-à-dire des notes autres que celles qui lui venaient à l'esprit.
Woody Herman fut alors considéré comme attraction secondaire. La plupart des "anciens rois" semblaient morts, et la réaction instinctive fut de dire "Longue vie aux nouveaux rois". La difficulté maintenant, pour les clarinettistes, était que l'intérêt semblait s'être éloigné vers d'autres instruments, notamment le saxophone.
Sauf qu'à ce moment-là, Buddy de Franco s'était imposé sans aucun doute comme le meilleur clarinettiste de la nouvelle école. Il a été probablement l'un des seuls clarinettistes de jazz qui ne jouait que de cet instrument à réussir à toujours adapter son style à son époque (et ceci d'ailleurs jusqu'aux années 1980).

Ce n’est pas forcément très connu, mais il faut savoir que peu de musiciens dans l’histoire de jazz ont été aussi largement et régulièrement reconnus à ce point en matière de «domination d’un instrument» (Charlie Parker ou Dizzie Gillepspie en étaient aussi d’autres). Un homme qui remporte le sondage annuel du magazine Downbeat est sûrement un excellent musicien, mais l'homme qui s’y maintient pendant dix années consécutives comme l'a fait de Franco, de 1945 à 1954, doit être alors un musicien extraordinaire. Et de Franco l'était.

Il faut savoir que la clarinette n'est pas l'instrument le plus facile à maîtriser (les saxophones possèdent par exemple des rouleaux, et pas la clarinette. Les doigtés ne sont pas évidents non plus sur ce dernier instrument). De plus, les néologismes de l'harmonie moderniste, les rafales à double tempo du nouveau jazz de la fin des années 40, les intervalles non évidents qui ne tombaient plus facilement sous les doigts (comme par exemple tant de phrases de l'école de Chicago), tous ces nouveaux problèmes ont fait de la maîtrise de la clarinette une proposition encore plus intimidante que jamais. De Franco, lui, excellait.

Dans une certaine mesure donc, ce 6 février 1956, jour des enregistrements avec Tatum, il était alors un peu comme un roi sans royaume, un maître complet de son instrument juste au moment où la clarinette tombait en disgrâce (la raison du déclin de la popularité de cet instrument est finalement assez difficile à expliquer). Mais s'il existe une quelconque raison logique à ce constat, une chose est sûre : en minimisant l'attention du public vers la clarinette, le monde du jazz a sous-estimé l'un des ses maîtres. Il suffit d'écouter les enregistrements réalisés lors de cette session (organisée par le producteur Norman Granz) où, de l’avis de nombreux critiques, De Franco y a produit certaines de ses improvisations les plus brillantes : stimulé par les arabesques d’Art Tatum, il en fait de même, tout en gardant une clarté folle du discours.

Tout l'objectif du joueur partageant l'affiche avec Art Tatum devait être de convaincre à chaque instant l'auditeur que sa présence ajoutait quelque chose de rare. Bien sûr, de Franco y est parvenu (citons encore une fois par exemple de nouveau le premier chorus de "Foggy Day" - voir épisode 4)ou les embellissements du thème Deep night, chanson finalement assez peu connuen dans laquelle le filigrane de dentelles des figures de clarinette se conjugue parfaitement à celles du pianiste)..

Mais finalement, pour illustrer cette session d'enregistrement (avec Red Callender à la contrebasse et Bill Douglass à la batterie), j’ai choisi finalement ce morceau This can't be love. En effet, à partir de 3'12, on y entend de magnifiques 4-4, c'est à dire que l'un improvise 4 mesures et que le suivant fait de même en continuant la phrase du précédent... et pendant pas mal d’échanges, ce qui était finalement rare avec Tatum.



C’était la première fois que les deux compères jouaient ensemble. Ils avaient décidé de se revoir, de refaire des enregistrements ensemble à l’avenir. Hélas, cela n’a jamais pu se faire, Art Tatum étant décédé neuf mois plus tard.

Pour mémoire, j’avais aussi mis une version de ce thème, dans l’épisode précédent avec Roy Eldridge. Je ne résiste pas à la remettre ici de nouveau en écoute.


Une interview de Buddy de Franco

Voici comment Buddy de Franco a vécu cette séance (tiré d’une interview que j’ai trouvée sur internet) :
"C'était toute une expérience. Lorsque j’étais encore un enfant, mon père avait ramené à la maison des enregistrements 78 tours d'Art Tatum. La première fois que je les ai entendus, j'ai été stupéfait. À partir de ce moment-là, j'ai toujours été un inconditionnel. Je le considère comme un génie. En matière de jazz et de génie, Art Tatum et Charlie Parker seraient mes deux seuls choix. Il y a bien sûr nombre de nombreux instrumentistes excellents mais vraiment, Bird et Tatum, c’est encore autre chose.

C’est Norman Granz qui a eu l’idée de cette session. Quand il m'a appelé et dit ce qu'il voulait faire, cela m'a complètement bouleversé, assailli par des sentiments contradictoires, un mélange d'effroi, de timidité mais aussi de frissons et d'exaltation. Tatum était naturellement intimidant pour moi, à cause de son niveau… Je pense que ce qui m’a le plus impressionné chez-lui, c’est son art de tisser des progressions d’accords incroyables, sa façon aussi de sans arrêt moduler et de changer de tons.
Pour la petite histoire, il faut savoir que je n’étais pas au mieux de ma forme le jour de l’enregistrement. J’étais malade et j’ai dû m'asseoir sur une chaise pendant pratiquement toute la séance. Mais de toute façon, il était impossible de reporter la séance compte tenu de l'emploi du temps d'Art et du mien. Et puis, je me suis dit que si j’annulais le rendez-vous, alors, on ne ferait probablement jamais l’enregistrement.

C’est difficile quand on joue avec Art, d’éviter d'être distrait par ce qu'il invente au piano. Avec lui, presque tous les deux temps on débouche sur une nouvelle progression d'accords ou sur un arpège fantastique. C'était incroyable de le suivre. C'était comme essayer de prendre un train.
Art qui a choisi la plupart des thèmes qu’on allait jouer. Pour ma part, j’en ai proposé deux (Memories of You et Once in a While.). Il s’agissait vraiment pour moi d’une séance impromptue car je n’avais jamais joué les thèmes qu’il a proposés auparavant. Au départ, Art m’a simplement dit que cela allait être un vrai plaisir de travailler avec moi. Il connaissait mes disques, et m’a dit des choses élogieuses sur mon jeu.

C’est drôle, parce que lorsqu’on joue avec lui, on sent qu’il vous met un peu au défi. C’est comme un jeu pour lui. Il a démarré à fond… Ce n’était pas une mauvaise chose, cela nous a également permis d'entrer directement dans la musique à fond. Il est très difficile d'anticiper ce que Tatum va faire au cours du morceau, il faut tout écouter, s’adapter et prendre le vent sans arrêt. C’est comme si il vous testait. Parfois, il plaçait sa main gauche sur ses genoux jouant juste avec sa main droite tout en me regardant et en souriant, comme pour me dire : tu vois ! Comme je l’ai déjà dit, ses progressions d’accords étaient si précises, mais tellement changeantes qu’elles ne ressemblaient jamais à des procédés. Avec lui, tout est toujours fluide, naturel…
A un moment, nous avons fait deux prises du même morceau (en fait de plusieurs morceaux) et à chaque fois, il change ses progressions harmoniques, n’utilisant pas forcément les mêmes altérations. Et ses doigtés dans les phrases pouvaient être aussi chaque fois différents !
Il fallait absolument vivre la chanson jouée, la comprendre, ne jamais détruire l’effet d’une mélodie, même si vous envoyez des milliers de notes. C'est ce que Bird et Tatum ont toujours fait : ils suivaient toujours les contours de la mélodie ; ce n’était jamais du coq à l’âne.

Art avait beaucoup d’humour et riait presque tout le temps. Je pense qu'il a été agréablement surpris de tout ce que je savais sur lui et son jeu. Je lui ai raconté comment je l'avais écouté étant enfant. Mais surtout, je lui ai dit combien je l'admirais à travers ma clarinette. C'est ce que vous entendez dans ces enregistrements. "

A suivre
Modifié en dernier par Christof le ven. 09 juil., 2021 13:38, modifié 1 fois.
£rin
Messages : 132
Enregistré le : ven. 16 avr., 2021 9:36
Mon piano : Grotrian-Steinweg

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (8) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par £rin »

Merci Christof de prendre le temps de nous écrire tout cela, c'est très intéressant et passionnant à lire 8)
"La musique, c'est ce qu'il y a entre les notes" Isaac Stern.
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Le génie d'Art Tatum (8) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (Buddy de Franco)

Message par Christof »

Merci beaucoup Erin pour ton message.
Je trouve que l'histoire du jazz est passionnante et m'a toujours passionné. Voir les évolutions au cours des périodes, les grandes filiations. Au début le jazz se faisait essentiellement par transmission "orale", en fait on apprenait surtout en écoutant les autres. Musique sans arrêt en construction, par l'échange, le partage. Plus je regarde profondément ce que joue Tatum et plus je suis subjugué par sa science de l'harmonie. Il était vraiment en avance. Et puis, il fait vraiment partie des pianistes qui, des années en avance, ont finalement ouvert la voix au bebop. Bud Powell a par exemple énormément écouté Art Tatum. Il avait une admiration sans borne pour lui.

Avatar du membre
flober
Messages : 762
Enregistré le : lun. 20 févr., 2017 11:13
Mon piano : Steinway O de 1908
Localisation : Yunnan

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (8) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par flober »

Merci Christof pour tes digressions historico-jazzistiques et peu hystériques.
Sache que même si je (et surement beaucoup d'autres) ne me manifeste pas pas a chaque fois, je lis tes récits gouluements.
Christof a écrit : ven. 09 juil., 2021 13:27 Il faut savoir que la clarinette n'est pas l'instrument le plus facile à maîtriser (les saxophones possèdent par exemple des rouleaux, et pas la clarinette. Les doigtés ne sont pas évidents non plus sur ce dernier instrument).
En effet, au sax, la meme note est jouée à l'octave avec le meme doigté en actionnant la clef d'octave, alors qu'il me semble qu'à la clarinette tout se décale d'un demi ton :shock:

Il y a tout de même le précurseur de l'instrument, Sydney Bechet.
J'ai aussi un gros faible pour Jimmy Giuffre, clarinettiste West Coast dont le son inclue une grosse part de souffle.
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Une histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (8) - Lorsque le pianiste joue avec les autres musiciens (su

Message par Christof »

flober a écrit : ven. 09 juil., 2021 14:59 Merci Christof pour tes digressions historico-jazzistiques et peu hystériques.
Sache que même si je (et surement beaucoup d'autres) ne me manifeste pas pas a chaque fois, je lis tes récits gouluements.

Il y a tout de même le précurseur de l'instrument, Sydney Bechet.
J'ai aussi un gros faible pour Jimmy Giuffre, clarinettiste West Coast dont le son inclue une grosse part de souffle.
Merci Flober pour tes encouragements.
Oui, j'ai failli parler aussi de Sydney Bechet. Parmi les clarinettiste West Coast, j'aime aussi Art Pepper (mais qui était tout de même plus un saxophoniste).

Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Le génie d'Art Tatum (8), mais aussi de Georges Cziffra

Message par Christof »

Le génie d'Art Tatum, mais aussi de Georges Cziffra (9)

Rappel : Introduction (1)
Le génie d’Art Tatum (2)
Le génie d’Art Tatum (3)
Le génie d’Art Tatum (4)
Le génie d’Art Tatum (5)
Le génie d’Art Tatum (6)
Le génie d’Art Tatum (7)
Le génie d’Art Tatum (8)


Image

Image
Georges Cziffra

C'est drôle comment fonctionne le cerveau... Je viens de me rappeler d'un épisode de la vie de George Cziffra (tiré de ses mémoires - J'avais parlé ici de son livre (aujourd'hui épuisé) : Des canons et des fleurs"), épisode qui est en rapport avec Art Tatum et que je reposte ci-dessous :

Image

"Un jour, en quittant le salon de thé (où je n’étais tenu de faire acte de présence que de quinze à dix-neuf heures) je décidai de faire un petit tour de prospection avant de rentrer à la maison, histoire d’entendre quelle musique se jouait dans un des cabarets-dancings à grand spectacle, dont l’orchestre de jazz composé de quarante musiciens étrangers faisaient fureur dans le Tout-Budapest. A ce moment, en Hongrie, comme ailleurs, l’engagement pour le jazz américain était considérable et les vedettes confirmées dans ce domaine faisaient la pluie et le beau temps des night-clubs où ils se produisaient. Quand je fus rentré, sur la pointe des pieds, dans la salle, l’orchestre répétait un arrangement endiablé, truffé de silences-surprises, que meublaient un batteur et un contrebassiste étourdissants avec juste ce qu’il faut de maestria pour sertir les solos improvisés d’autres groupes d’instrumentistes noirs, à la précision encore plus étonnante. C’était là un ensemble vraiment prestigieux, capable de rivaliser, me semblait-il, avec des formations créées par Paul Whiteman et Duke Ellington, dont la réputation, même à Budapest, n’était plus à faire. Un peu en retrait du podium, de plain-pied avec l’estrade du chef (probablement l’auteur de l’arrangement explosif qu’il était en train de faire répéter) luisait dans la pénombre les contours d’un magnifique piano à queue, flanqué d’un tabouret de concertiste. Fasciné par le travail du groupe, je me faufilai jusqu’au piano et m’assis sur le siège attenant, car leur production était aussi passionnante à voir qu’à entendre. Aveuglés par les sunlights braqués sur eux, les musiciens ne pouvaient se rendre compte de ma présence. Je me promettais bien de me retirer aussi discrètement que possible, mais brusquement le chef baissa les bras et une lumière crue se répandit partout, envahissant la salle jusque dans ses moindres recoins. Je m’apprêtais à me faire expulser avec les honneurs dus à mon rang de resquilleur. Au lieu de cela, le chef d’orchestre, se retournant vers moi, me dit en anglais dans un large sourire :
- Do you like this music ?
- Je fis oui de la tête.
- Are you jazzman ?
- Perhaps, a little, fis-je dans un effort désespéré, rassemblant tous mes souvenirs d’anglais collectés dans les premiers films de Tarzan que dans ma petite enfance les cinémas de périphérie projetaient en version originale même pas sous-titrée.
- Do you want to make a little jazz session with my orchestra ?
- I hope so, with pleasure, répondis-je les yeux brillants. But, if you want, before I play something alone for you and your friends ?
- Please, me dit-il, engageant.

Bien que gentil, le comportement de l’Américain avait un je ne sais quoi de condescendant, qui me donnait envie de lui faire voir que le bon jazz n’était pas forcément un monopole de Yankee. Je voulais lui montrer un peu le chien de ma chienne, pour qu’il puisse se rendre compte que dans ce pays de sauvages, les descendant d’Attila savaient aussi faire autre chose que d’attendrir leur viande sous la selle de leur cheval. En un quart d’heure, je fis sur les chapeaux de roues le tour succinct des airs en vogue comme le «Tiger Rag», immortalisé par Louis Armstrong ou le bouleversant «Summertime» extrait du fameux «Porgy and Bess» de Gershwin, accommodant le tout selon le droit canon des rythmes épicés au goût du jour tels que les ragtimes, bebops, boogie-woogie menés à la cravache ou slows mélancoliques. Sur le point de terminer ma démonstration, le percussionniste qui devait avoir un métronome suisse à la place du cœur, me happa au vol, et derrière lui, comme une bombe de carnaval, l’orchestre explosa, rejouant l’arrangement précédemment répété en prenant soin de me laisser le champ libre, afin que je puisse placer mes répliques de free-jazz d’improvisation pure que nous nous renvoyions mutuellement comme une balle de ping-pong. Pendant un bon quart d’heure, nous nous amusâmes ainsi. Terminant cette fois-ci pour de bon nos facéties d’école buissonnière, après une strette échevelée en forme de coda, un à un les musiciens se retirèrent du jeu, un peu comme avant la « Symphonie des adieux » de Haydn et au bout de quelques pirouettes de pyrotechnie atonales, de nouveau seul, je terminai la causerie de ce divertissement improvisé en forme d’interrogation, par un accord ambigu de triton.
Suivi de ses musiciens à la mine épanouie, ouvrant ses bras dans un élan d’amitié admirative, le chef s’approcha de moi. Ne sachant pas très bien si à ce jour la langue maternelle des Hongrois était l’allemand ou le russe, il s’adressa à moi en américain. En parcourant les quelques mètres qui nous séparaient, il fait signe à un tromboniste d’un noir d’ébène, qui comprenait mon dialecte, ayant été recueilli dans son jeune temps par une famille hongroise vivant au Texas. Le Noir nous servit d’interprète, et ainsi nous pûmes bavarder plus à l’aise.
- En vingt-cinq ans de carrière, c’est la deuxième fois que j’entends faire un bœuf de cette qualité, me dit le patron du jazz-band. A ma connaissance, aux Amériques nous n’avons qu’un pianiste capable d’improviser comme vous. Il s’appelle Art Tatum. Pourtant, si son aisance pianistique lui tient de prodige, alors la vôtre doit tenir du miracle. By Jove, où avez-vous appris à faire ça ?
Pour ne pas revenir sur les vieilles lunes de mes études musicales, je répondis évasivement
- Oh ! … self made man…
- Qu’est-ce que vous tirez de tout cela… ici ? me demanda-t-il, en considérant mes mains avec une pointe de compassion, de l’air d’un homme qui vient de dénicher le veau d’or dans un pâturage de la Mongolie extérieure.
- Ce que j’en tire mon cher ? Mais le diable par la queue, répliquai-je dans un rire amer
- O.K., me dit le boss, habitué aux décisions rapides. Nous restons à Budapest pendant deux mois encore. Le propriétaire de la boîte ne voudra sûrement pas vous engager, parce que nous lui coûtons déjà plus cher que le montant de ses économies. Je préfère vous engager personnellement en co-starring, pendant toute la durée de notre séjour à raison de mettons vingt-cinq dollars par soir, et ce n’est qu’un commencement. Si vous arriviez à franchir leur ligne de démarcation, poursuivit-il en baissant la voix, je suis sûr que n’importe qui vous en donnerait plus que cela encore. Est-ce que ça vous va ?

Si cela m’allait ? Grâce à cet engagement inespéré, je gagnais plus en une semaine qu’auparavant en un mois. Et j’allais pouvoir encore progresser dans la maîtrise de mon instrument en puisant aux mêmes sources que mes nouveaux amis de rencontre ce désir de surpassement que seuls éprouvent et connaissent les vrais initiés du pandémonium du jazz. Cette discipline par sa complexité même, a été mon université populaire. Elle a enrichi ma technique pianistique en associant d’une manière transcendante imagination et réflexes au-delà de toute contrainte. Désormais, il m’était possible de concevoir et simultanément de réaliser l’état de communion idéale entre mes doigts et mon inspiration. Oui, c’était vraiment de la haute école de perfectionnement qui en reculant l’étendue de mes moyens, venait de m’ouvrir de nouveaux horizons à l’échelle de cet acquis.
Les soixante jours passèrent comme dans un songe.
L’orchestre devait repartir ; d’autres engagements les appelaient à Vienne, Paris, Milan… Pour les remercier de m’avoir admis dans leur clan, nous sommes restés ensemble après le spectacle du dernier soir, et à leur demande, j’ai joué jusqu’au petit matin alternant les œuvres de mon répertoire classique avec des paraphrases, réminiscences et improvisations, qui les subjuguaient tellement qu’ils en oubliaient de boire comme les officiers allemands du front. En me remettant je ne sais combien de boisseaux de cartouches de cigarettes américaines et plaquettes de chocolat, le chef me serra la main et me dit, en guise d’au revoir :
- Dear Georges, vous êtes aujourd’hui le leader des pianistes, et si vous arrivez à.... passer en Occident, d’autres vous le diront. Vous pourrez vous mesurer avec Mr Horowitz et ses pairs. « Good luck, old boy ! »

Ninoff
Messages : 1811
Enregistré le : ven. 11 janv., 2019 11:51
Mon piano : Bechstein

Re: Histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (9), mais aussi de Georges Cziffra

Message par Ninoff »

Bonsoir Christof,
Merci de nous relater cette épisode de Cziffra , capable d’exploits pianistiques hors du commun.
J’ai eu la chance de l’entendre dans les concertos de Liszt.
Cela semble tellement facile avec lui ...
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Le génie d'Art Tatum (10) : Lorsque le pianiste joue Elegie de Massenet... Petite analyse

Message par Christof »

Le génie d'Art Tatum (10)

Rappel : Introduction (1)
Le génie d’Art Tatum (2)
Le génie d’Art Tatum (3)
Le génie d’Art Tatum (4)
Le génie d’Art Tatum (5)
Le génie d’Art Tatum (6)
Le génie d’Art Tatum (7)
Le génie d’Art Tatum (8)
Le génie d’Art Tatum (9)


Image

Ouh là, là, j'avais un peu laissé tomber cette chronique. J'avais bien dans la tête de commencer une histoire fleuve sur Bill Evans, sauf que je vous avais promis de finir la saga "Art Tatum", ce que je fais aujourd'hui, en vous présentant plus précisément un de ses enregistrements. Celui-ci montre à mon avis de façon magistrale toute l'étendue fantastique du jeu de ce pianiste, dont la technique n'avait rien à envier à Horowitz ou à Pollini.

Une indépendance des mains incroyable, une main droite étonnante avec un toucher si clair, un sens rythmique pas possible, une main gauche qui jouait aussi à toute vitesse. Et question harmonie, il avait vingt ans d'avance sur ses contemporains.

Art Tatum sonnait mieux quand il jouait en solo : il était si complet qu'il n'avait pas besoin d'un contrebassiste ou d'un batteur, assurant finalement l'ensemble dans son jeu.

Il pouvait jouer avec autant de dextérité dans n'importe quelle tonalité... (il connaissait tous les morceaux dans tous les tons). C'est d'ailleurs Stan Getz qui a raconté qu'Art Tatum pouvait s'asseoir devant le plus horrible des pianos au son de casserole : en deux minutes, ayant parcouru tout le clavier et repéré les notes mal accordées, il savait dans quel ton cela sonnerait au mieux, minimisant les notes qui pouvaient poser problème.

Elegie de Massenet, jouée à la façon Tatum

Pour illustrer tous les aspects incroyable du jeu de Tatum et de son inventivité, et également pour mieux voir les procédés qu'il utilisait, penchons-nous sur sa version d'Elegie (morceau issu du répertoire classique). J'avais déjà proposé cette écoute dans le tout premier épisode.

Cet enregistrement date de 1940. Il a été gravé sur 78 tours (le 33 tours n'arrive qu'en 1946). Il existe une version remasterisée et c'est celle-ci que je vous propose.

Image



Petite analyse du style de Tatum

Pendant le déroulement, on entend 3 thèmes principaux, 4 interludes, 3 changements de tonalités..
Art Tatum était maître dans sa façon d'insuffler tension et détente... Il faut savoir qu'il a été aussi longtemps pianiste pour le cinéma muet, et donc il savait dresser les ambiances.

Le morceau démarre par une introduction avec un balayage aux deux mains qui utilise tout le clavier, donnant une ambiance un peu dramatique, en tout cas qui saisit l'auditeur au vol. C'est un peu l'image de marque d'Art Tatum : dresser tout d'abord le panorama, prendre l'auditeur et lui montrer qu'on va l'emmener dans quelque chose qu'il n'a jamais entendu avant. Et une fois cela gagné, vous pouvez l'emmener où vous voulez...
Des intros comme cela, on n'en avait encore jamais entendues chez les pianistes...

Je vous la joue ici lentement :

et le lien si le player ne fonctionne pas

Au cours du morceau, on entend aussi quatre interludes... Encore une recette à la Tatum : des moments privilégiés soit pour faire retomber la tension, soit au contraire pour repartir de plus belle. A chaque fois on pense que cela va se calmer un peu, mais non, cela n'arrête pas de monter, monter. Tatum sait tenir son public en haleine. Il fait monter la sauce et périodiquement, régulièrement, il ralentit tout ça et donne un interlude pour nous refroidir un peu, nous détendre pendant un moment, pour ensuite repartir dans une autre explosion de notes : montée en tension, explosion, montée en tension, explosion…
Et donc : introduction, un thème, qui est joué plusieurs fois, puis arrive un interlude, une pause dans l’action. Action qui, après l'interlude, prend encore une plus grande portée, avec toujours plus de notes, une plus large étendue dans le piano, un jeu encore plus rapide, plus dense. Et de nouveau interlude pour nous refaire baisser la tension, puis explosion encore et encore interlude puis explosion nucléaire !

Les thèmes

Art joue la mélodie principale de cette pièce en variant à plaisir MG et MD intriquées avec ornements et MD en ajoutant des accords combinés.


et le lien si le player ne fonctionne pas

Voici les quatre interludes :


et le lien si le player ne fonctionne pas

Tatum est un peu comme un metteur en scène, il connaît le découpage, il sait quand viennent les climax et où cela doit se détendre pour permettre à l'auditeur de reprendre ses esprits, donner une espèce de balancement dans l'intensité. Il est comme un architecte. Très importante chez lui est cette texture du son, mélangeant textures douces et « dures », variations époustouflantes.
Tatum adorait que l’écoute de ses morceaux soit une expérience pour l’auditeur, à la hauteur de celle qu'on peut avoir quand au va au cinéma. Il y a un arrangement général et à l’intérieur de celui-ci, de l’improvisation.

Des accords novateurs pour l'époque
Ses accords étaient énormes. Il pouvait jouer des dixièmes en même temps, à la fois dans la MG et MD. Il n'hésitait pas à doubler, voir tripler certaines notes...

Exemple d'accords que l'on entend durant le morceau :

Image


et le lien si le player ne fonctionne pas

Utilisation des blocks chords

Parfois Tatum utilise des "broken voicings, mettre la mélodie à la MG, jouer en block chords, utiliser les accords brisés etc.
Tout cela il le tient certainement aussi de Chopin, Schumann, Schubert et de tous les grands pianistes qu'il a étudié

Image


et le lien si le player ne fonctionne pas

Utilisation des clusters
(notes très rapprochées), ce qui créée comme un choc, son très audacieux. Art Tatum était vraiment en avance sur tout le monde.

Image


et le lien si le player ne fonctionne pas

Utilisation du stride

C'est là aussi que l'on voit toute l'étendue de la technique inégalable d'Art Tatum...
Dans le stride, vous avez deux mélodies qui marchent en même temps. Il y a une mélodie qui se fait juste par les basses, et l’autre est en haut des accords qui ponctuent les basses et Art pouvait jouer cela à toute vitesse.

4 façons pour Art de jouer le stride :
  • utiliser juste une note de basse dans la MG, et accord
  • utiliser un octave comme note de basse, et accord, ce qui donne un plus gros son
  • utiliser un "broken octave" : faire entendre la note basse de l’octave et tout de suite la note haute de l’octave, puis l’accord utiliser la basse en 10ème (c’est très dur à faire, surtout lorsqu’on est aveugle)
  • Et par moment, encore plus fort : stride à la MG à toute vitesse, et block chords MD !!!
Image

Arpèges et procédés

On trouve une multitude d'envolées dans ce morceau, qui font la signature du jeu d'Art Tatum, assez inimitables. Certains détracteurs n'y voyaient là que procédés... En fait, je pense qu'Art Tatum s'amusait comme un fou.
  • descente sur les notes d'un accord, en choisissant aussi des notes de tension : il faisait ça avec trois doigts de la MD (c’est en fait le secret de sa vitesse d’exécution)
  • montée pentatonique : d'abord 3 notes, puis 5 notes, puis répète ce motif en montant dans le clavier vers les aigus
  • lignes qui montent et redescendent : montée en secondes jusqu'à un pic puis redescend par arpège en tierces, et termine à la MG chromatiquement
  • prend quelques notes qu'il imite à l’octave inférieur (en arpège)
  • prend un motif mélodique (un pattern) et le répète dans un autre ton
  • utilise souvent la gamme diminuée (il était super en avance)
  • monte puis descends en utilisant de grands intervalles
  • descente de gamme mineure harmonique
  • monte à tout vitesse vers le haut du clavier et redescendre aussi vitei
.


Et pour conclure, afin de se convaincre de l'énorme inventivité d'Art Tatum, il n'est pas inutile de réécouter la version de base de Jules Massenet !



Prochain épisode : Bill Evans...
Ninoff
Messages : 1811
Enregistré le : ven. 11 janv., 2019 11:51
Mon piano : Bechstein

Re: Histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (10) : Lorsque le pianiste joue Elegie de Massenet... Petite ana

Message par Ninoff »

Merci Christof de cet épisode grandissime sur Tatum.
Il savait tout faire, je pense qu’il aurait pu être un concertiste en classique vue sa technique pianistique étonnante .
👌👌👌👌👌
Avatar du membre
Christof
Messages : 4409
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: Histoire du jazz à ma façon... Le génie d'Art Tatum (10) : Lorsque le pianiste joue Elegie de Massenet... Petite ana

Message par Christof »

Ninoff a écrit : jeu. 25 nov., 2021 22:23 Merci Christof de cet épisode grandissime sur Tatum.
Il savait tout faire, je pense qu’il aurait pu être un concertiste en classique vue sa technique pianistique étonnante .
👌👌👌👌👌
Merci Ninoff pour ton message.

Oui, j'en avais déjà un peu parlé dans les autres épisodes : Vladimir Horowitz par exemple, après l'avoir écouté à la fin des années trente au Society Dowtown, club de jazz New-Yorkais a glissé à so ami Artie Shaw, clarinettiste de jazz : ” si un jour Art se met à jouer du classique, je mets immédiatement fin à ma carrière” !
Art Tatum jouait alors Tiger Rag. Du coup, deux jours après, il est revenu l'écouter avec Arturo Toscanini, qui lui aussi fut subjugué par l'art du pianiste.

Quelques mois plus tard, Horowitz se rendit chez Art Tatum pour lui jouer l'enregistrement de ”Tea for Two” , qu’il avait mis plusieurs mois à transcrire d'’oreille . Art l’écouta, jouer, admiratif , le félicita , mais aussitôt après, se mit à son tour au piano et en joua une autre version , tout aussi époustouflante!
Horowitz, qui n’en revenait pas, voulut aussitôt se procurer la partition.... Tatum lui répondit naïvement “oh, cétait juste une improvisation”.

Rachmaninov aussi adorait Tatum !
Répondre