Inside

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Avatar du membre
Okay
Messages : 5212
Enregistré le : mar. 13 juil., 2010 17:32

Inside

Message par Okay » mer. 19 déc., 2018 19:33

Voilà une composition plus ambitieuse, à tout point de vue ! Je ne dis rien de plus pour le moment, espérant que ma musique se suffise à elle-même...

Modifié en dernier par Okay le mer. 19 déc., 2018 19:54, modifié 1 fois.

Lazur84
Messages : 557
Enregistré le : ven. 17 févr., 2017 15:02

Re: Inside

Message par Lazur84 » mer. 19 déc., 2018 19:49

Bravo, c'est absolument magnifique, quelle richesse, et surtout quel son ! ce doit être un plaisir immense à jouer !
Je n'en dis pas plus parce que je ne ne me sens absolument légitime pour dire quoi que ce soit sinon que comme tu le dis, la musique se suffit à elle-même. Un grand moment que cette découverte, merci !

Avatar du membre
amalfi
Messages : 281
Enregistré le : jeu. 17 sept., 2015 0:07
Mon piano : Korg LP380
Localisation : Strasbourg

Re: Inside

Message par amalfi » mer. 19 déc., 2018 20:26

Merci Olivier de nous offrir le témoignage de ton parcours. Cette composition est éblouissante, très technique et d'une complexité impressionnante, tant rythmique que dans ses harmonies fracassées, dans ses plans sonores et ses évolutions. Bravo !
Un régal jusqu'au bout pour mes oreilles.

Bastien
Messages : 334
Enregistré le : lun. 09 oct., 2017 18:48
Mon piano : W.Hoffmann 104 Langlau
Localisation : Lille

Re: Inside

Message par Bastien » mer. 19 déc., 2018 22:16

Prodigieux de pouvoir composer des pièces dans ce genre, ça me fait un peu penser aux futuristes russes (entre autre), c'est réellement superbe, sans doute des mois de travail

bernard
Messages : 2838
Enregistré le : mer. 27 oct., 2004 20:09
Mon piano : Kawai VPC1 Pianoteq 6
Localisation : Var est

Re: Inside

Message par bernard » mer. 19 déc., 2018 22:42

c'est très beau, les mesures 104/106 avec les accords de quartes à la main gauche sont une option pour terminer la pièce ?

encore bravo

Florestan
Messages : 796
Enregistré le : lun. 23 janv., 2012 15:14
Mon piano : Pétrof Mod V

Re: Inside

Message par Florestan » jeu. 20 déc., 2018 10:13

Découvrir l'œuvre en suivant cette partition si précise, c'est très intéressant et je pense que ça a conditionné beaucoup la façon dont j'ai reçu la musique.
Cette idée d'un "leitmotiv" en morse, ce champ lexical qui suggère tour à tour une immobilité glaciale et toutes les nuances de la folie, la violence des emballements, je dois dire que je me suis retrouvé avec la vision d'un cargo fantôme égaré dans une mer glaciale et imprévisible… Mais bon, j'ai peut-être un peu trop d'imagination !
Evidemment, je n'ai pas eu beaucoup d'aspérités sur lesquelles amarrer ma désespérante addiction tonale ( à part cette bouffée de si majeur notée "bright" , comme une brève apparition du soleil entre les bourrasques), mais je trouve que tu y déploies un vrai talent narratif et un beau sens des textures, et je dois dire que mon attention ne s'est pas relâchée à l'écoute, c'est très prenant !
Bravo et merci pour la générosité et la simplicité avec lesquelles tu partages ton talent en devenir.

Line-Marie

Re: Inside

Message par Line-Marie » jeu. 20 déc., 2018 10:20

Comme c'est beau ! Merci pour ce partage !
J'en demande encore ! :D
c'est aussi techniquement un très bon enregistrement. Comment as-tu fait ?

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 9619
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Inside

Message par jean-séb » jeu. 20 déc., 2018 14:46

C'est une œuvre magnifique, qui s'écoute et se réécoute sans lassitude. Elle donne l'impression de s'inscrire dans de belles allées musicales tracées par de grands prédécesseurs comme Messiaen. Félicitations.

Avatar du membre
minet
Messages : 221
Enregistré le : ven. 15 janv., 2016 23:34

Re: Inside

Message par minet » jeu. 20 déc., 2018 15:27

Bravo, j'ai beaucoup aimé cette composition, un grand plaisir de l'écouter. merci beaucoup de nous la faire partager.
J'aime beaucoup aussi le son du piano.
Dans cette tonalité contemporaine, j'y ressent une sorte de force positive, et de rayon de soleil.

Serge
Messages : 1471
Enregistré le : ven. 07 mars, 2008 18:50

Re: Inside

Message par Serge » jeu. 20 déc., 2018 17:01

Assez planant, envoûtant. Je trouve la pièce un peu esseulée, envie d’un avant et d’un après. Utilisation des procédés de scriabine? Parfois la densité que l’on retrouve dans les regards sur l’enfant jesus de messiaen? Qu’en est il? Curieux de savoir :D

Quelle énergie!!!!!

Spianissimo
Messages : 2492
Enregistré le : mar. 09 juin, 2015 18:28
Mon piano : YAMAHA U3
Contact :

Re: Inside

Message par Spianissimo » ven. 21 déc., 2018 5:23

Intimidant à commenter, j'ai pris le temps d'écouter 4 fois et sur 2 jours.
Epique ! presque mystique aussi, avec des contrastes saisissants, des crépitements de flamme, des accès de brutalité, puis de douceur... avec ces pauses peu nombreuses mais quasi religieuses, un clin d'oeil à Chopin et sa quatrième ballade (mesure 42) ? Oui, on perçoit très nettement des influences Scriabinesques, Messiaen n'est pas loin non plus. Bravo Olivier, tu as su trouver un équilibre intéressant entre ton degré d'exigence toujours plus haut et la volonté de rester accessible au commun des mortels, cette musique remue, je ne dirais pas qu'elle est magnifique ou agréable, mais elle interroge, s'écoute avec plaisir et reste accessible. Comme Serge, j'imagine qu'Inside n'a pas vocation à rester solitaire....du reste, tu avais déjà évoqué l'envie de t'atteler à un projet ambitieux.
C'est sympa de parler mais jouons maintenant...
http://www.youtube.com/user/andante5133

Avatar du membre
Presto
Messages : 3610
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Inside

Message par Presto » ven. 21 déc., 2018 5:46

à chaud et je n'y connais rien mais j'ai envie de dire que les influences passent au second plan et que c'en devient une composition réellement personnelle... J'aime beaucoup, j'aime beaucoup aussi la cohérence qui règne entre le rythme, les progressions harmoniques et la construction d'ensemble. Du moins c'est ce que j'ai cru entendre. ça me semble très sûr.

C'est une pièce seule ou tu penses y adjoindre un second volet ?
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

roulroul
Messages : 1592
Enregistré le : dim. 04 févr., 2018 11:08

Re: Inside

Message par roulroul » ven. 21 déc., 2018 9:00

C'est très vivant, c'est le moins qu'on puisse dire. Il faut être inscrit sur PM pour découvrir de telles choses ! J' avoue c'est déroutant...
Je viens du monde pop rock, il faut oublier ses standards, et écouter plusieurs fois, c'est indispensable pour s' imprégner du morceau.
D' ailleurs, curieuse sensation, on n' a pas l' impression que ce morceau fait plus de 6mn...
C'est pas obligé, bien sur mais j' ai cherché longtemps quelles images on peut coller sur une telle musique, des scènes de guerre ? Un bon film de
science-fiction ? Ou encore un couple qui se déchire ? Ce qui est sur, c'est que ça doit représenter des mois, voire plus de boulot, BRAVO ! =D>

Galadrielle
Messages : 312
Enregistré le : mer. 10 mai, 2017 19:26

Re: Inside

Message par Galadrielle » ven. 21 déc., 2018 9:28

J'aime beaucoup. Plus ça va, plus j'apprécie la musique complexe à écouter, je veux dire par là, dont l'écoute ne génère pas immédiatement des émotions évidentes. Il me semble que c'est le cas ici... oserais-je le dire, je suis un peu lasse de Chopin en ce moment (car à mes yeux, ou à mon oreille plutôt, il rentre dans cette catégorie de musique assez facile à recevoir et à comprendre, exception faite de certains morceaux comme la polonaise fantaisie).
Il me semble que ta composition, un peu comme une poésie et non comme un récit, laisse vraiment la liberté à l'imaginaire de la personne qui l'écoute; par ailleurs je me joins à Strumpf concernant la qualité de l'enregistrement, le son est bluffant!

Avatar du membre
Okay
Messages : 5212
Enregistré le : mar. 13 juil., 2010 17:32

Re: Inside

Message par Okay » ven. 21 déc., 2018 18:28

Merci beaucoup pour votre écoute et ces commentaires ! C'est très encourageant...

Pour le son, j'ai enregistré la pièce en presque 3h de prises dans le grand studio de la Seine Musicale, et on a du faire 3-4h de post-production. C'est "rapide", vu sa durée et sa difficulté, en comptant aussi qu'elle était fraîchement écrite et que j'ai eu moins d'une semaine pour l'apprendre. En gros, à part le piano qui était franchement compliqué à maîtriser, c'est des conditions d’enregistrement de CD.

Cette pièce est totalement isolée, rien ne la précède, et rien ne la suivra encore moins. Au départ, c'est une pièce programmatique, dont le programme n'est pas vraiment narratif, mais une suite d'événements psychologiques, qui s'enchaînent selon une sorte de scénario. Evidemment, ça finit assez mal, et rien ne peut y succéder directement. Chacun peut librement imaginer ce qu'il veut, si ça stimule l'imaginaire c'est déjà gagné !

Tout est basé sur uniquement 3 motifs, qui sont tous exposés dans les 3 premières lignes : la cellule la-fa#-sol (son rythme est un sous-motif), le rythme "INSIDE" codé en Morse, et les 4 croches ascendantes suivies d'un accord (avec une légère variation en triolets présente au début et à la fin). Ce procédé d'écriture, en soi, c'est pour moi assez classiquement beethovénien : 3 motifs qui se transforment, et relient les 3 sections de la pièce sans thème véritable.

Pas des mois de travail non, mais ça aurait pu si j'avais pris le temps... Ensuite quand on travaille dans l'urgence, on fait des choses qu'on n'aurait pas pu faire autrement, donc je ne sais pas... L'essentiel était écrit les 3 dernières semaines de juillet, et le tout finalisé début août. Mais écrire si vite a sans doute été l'exercice intellectuel (je ne parle même pas du versant émotionnel) le plus ardu de ma vie jusqu'à présent. Ca peut sembler rapide, mais quand je vois à quelle vitesse certains écrivent ou ont écrit, je suis encore un vrai escargot ! L'idée du programme est venue avant que je me lève un matin, puis quelques heures après j'ai improvisé et noté les deux premières mesures. Le reste a été indescriptiblement plus compliqué. Ca m'a hanté jour et nuit, et j'ai bossé dessus presque tous les jours. Aussi curieusement, puisque la forme a été créée pour l'occasion, je n'ai pas du tout écrit linéairement, mais sur plusieurs parties à la fois, avec certaines transitions écrites plus tard.
J'ai aussi jeté du déchet... j'ai réalisé qu'il n'y a rien de plus simple que remplir du papier avec de la musique pas vraiment sentie, de forcer la rédaction quand il manque des lignes... c'est très piégeant, et cela demande une vraie discipline que de s'astreindre à ne garder au final que ce qui vient vraiment "de plus loin". De savoir sacrifier des choses parfois bien écrites, mais qui n'ont pas leur place...

Oui les mesures à la fin sont optionnelles, c'est un espèce de "slow motion" polymodal basé sur le premier motif. Une sorte de carillon flou qui arrête le temps, un vague souvenir, avant la déflagration finale. Ces mesures sont suivies d'une mesure de "rappel" issue de la première partie, on peut donc aussi directement passer à cette mesure là.

Scriabine est Messiaen font partie des influences assumées, absolument. Ce ne sont pas les seules d'ailleurs. Le dénominateur commun entre ces deux là, ce sont les fameux modes à transposition limitée, à mon sens réellement inventés par le premier et ensuite théorisés par le second. La 2e et 3e parties de la pièce utilisent 3 gammes construites par degrés, qui correspondent à 3 modes, pour arriver à une cohérence sonore, sur un niveau de tension différent à chaque fois. En fait, la tonalité classique peut être vue comme un "cas particulier" dans lequel les transpositions sont "illimitées". Même le passage d'éclaircie noté par Florestan n'est pas vraiment de la tonalité pure, ça reste modal mais un mode plus proche de ce qu'on appelle la tonalité : du mi majeur avec un la# (en non pas du si majeur !), le genre de truc que Debussy fait tout le temps par exemple. En revanche, aucune allusion consciente à Chopin. La recherche rythmique pourrait aussi faire penser à Messiaen, mais peut-être pas si spécifiquement en fait.

En tout cas, je suis très heureux que la pièce trouve un écho ici, j'espère que ce n'est que le début...

Avatar du membre
Presto
Messages : 3610
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Inside

Message par Presto » ven. 21 déc., 2018 18:56

La ref à Messiaen je l'avais plus vue dans le rythme, mais je ne sais pas. (oups, tu l'as dit :oops: )
Bah, d'autres ont écrit à une vitesse telle que des limasses étaient des sprinteurs, et c'était plutôt bien :wink:
Sinon, tu me connais :wink: et je ne peux pas m'empêcher de te titiller, mais pourquoi avoir annoté en anglais ?
Une demande : je te soupçonne d'être un pédagogue hors pair, ça devrait te donner des idées…
:?:
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
Okay
Messages : 5212
Enregistré le : mar. 13 juil., 2010 17:32

Re: Inside

Message par Okay » ven. 21 déc., 2018 19:39

Le titre est venu en anglais aussi dans un souci d’universalité, et parce que « À l’interieur » ca ne sonne pas super non plus. Puis je ne me voyais pas chercher en italien les annotations de caractère. J’aurais pu les mettre en français sans problème, en fait, mais je suis resté dans la lancée du titre. Jusqu’à présent j’écrivais en français juste pour être sûr d’écrire précisément ce que je veux, mais je ne veux rien m’imposer... pas de langue officielle...

Oui j’aime enseigner, je le fais vraiment très ponctuellement... mais je ne vois pas de quelle idée tu parles, et encore moins quelle est ta demande. Si tu pouvais l’exprimer directement j’y verrais sûrement plus clair !

Florestan
Messages : 796
Enregistré le : lun. 23 janv., 2012 15:14
Mon piano : Pétrof Mod V

Re: Inside

Message par Florestan » ven. 21 déc., 2018 20:11

Okay a écrit :
ven. 21 déc., 2018 18:28
En fait, la tonalité classique peut être vue comme un "cas particulier" dans lequel les transpositions sont "illimitées". Même le passage d'éclaircie noté par Florestan n'est pas vraiment de la tonalité pure, ça reste modal mais un mode plus proche de ce qu'on appelle la tonalité : du mi majeur avec un la# (en non pas du si majeur !)

Je me demande si il existe une sorte de "subjectivité tonale" parce que les deux accords de croches (mes 62-63) si-sol#-fa# puis ré#-sol#-fa# me mettent nettement dans le ton de si (avec la sixième) et font que j'entends la phrase qui suit avec le si comme fondamentale (et donc le mi comme sous-dominante). C'est tout à fait instinctif et ne découle d'aucune analyse de ma part (je n'ai de toute façon aucun bagage pour cela) mais c'est assez clair ( bright !).
Sinon, et sans vouloir musarder dans ton atelier mais juste parce que ces choses me travaillent depuis toujours, je me demande dans quelle proportion cette musique nait d'une écoute interne ou d'un rapport physique avec l'instrument. Est-ce que tu travailles beaucoup juste sur papier, avec toutes les harmonies précises dans la tête ou as-tu besoin de te mettre au clavier pour tester les idées ou intuitions qui te traversent ?
Modifié en dernier par Florestan le ven. 21 déc., 2018 20:26, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Presto
Messages : 3610
Enregistré le : sam. 19 juil., 2014 17:07
Mon piano : Roland FP80, C3 3x semaine
Localisation : Liège

Re: Inside

Message par Presto » ven. 21 déc., 2018 20:52

Bartok, Saint-Saëns, Mendelssohn, Liszt, Schumann d'une certaine manière, Scriabine, Ligeti..., ont sacrifié au genre des études si tu vois ce que je veux dire… :wink:

Allez, on dira que c'était l'idée du vendredi soir de petit presto :wink:
"Vivi felice" Domenico Scarlatti

Avatar du membre
Okay
Messages : 5212
Enregistré le : mar. 13 juil., 2010 17:32

Re: Inside

Message par Okay » sam. 22 déc., 2018 18:03

Florestan a écrit :
ven. 21 déc., 2018 20:11
Je me demande si il existe une sorte de "subjectivité tonale" parce que les deux accords de croches (mes 62-63) si-sol#-fa# puis ré#-sol#-fa# me mettent nettement dans le ton de si (avec la sixième) et font que j'entends la phrase qui suit avec le si comme fondamentale (et donc le mi comme sous-dominante). C'est tout à fait instinctif et ne découle d'aucune analyse de ma part (je n'ai de toute façon aucun bagage pour cela) mais c'est assez clair ( bright !).
Les compositeurs en jouent beaucoup, via certaines ambiguïtés savamment mises en scène, généralement via des enharmonies, pour moduler finement. Un même accord a une fonction dans la progression qui se termine, mais une autre fonction dans celle qui arrive. Mais ce n'est pas de cela dont il s'agit ici...
Je peux bien sur me tromper, et qualifier d'objective ce qui n'est peut-être que ma propre subjectivité, mais dans ce passage de ma pièce, je ne pense pas qu'il y ait vraiment une ambiguïté... En revanche, je me demande si la fondamentale de si que tu entends, c'est vraiment si majeur, ou le 2e renversement de mi majeur, c'est à dire l'accord de quarte et sixte (quelque chose que j'avais écrit dans une version intermédiaire). Essaie peut-être de jouer la mélodie de la main droite avec un accord de si majeur puis avec mi majeur 2e renversement...
Florestan a écrit :
ven. 21 déc., 2018 20:11
Sinon, et sans vouloir musarder dans ton atelier mais juste parce que ces choses me travaillent depuis toujours, je me demande dans quelle proportion cette musique nait d'une écoute interne ou d'un rapport physique avec l'instrument. Est-ce que tu travailles beaucoup juste sur papier, avec toutes les harmonies précises dans la tête ou as-tu besoin de te mettre au clavier pour tester les idées ou intuitions qui te traversent ?
Comme ça se voit peut-être sur la partition, c'est une écriture très instrumentale, vraiment faite pour marcher au piano. Je n'écris rien ou presque loin du clavier, tout y est testé. En revanche, je peux parfois entendre des choses précises, et courir les essayer en contexte, en particulier lorsqu'il s'agit d'harmonisation.
Pour ce qui est de la forme, elle s'élabore en partie hors de processus d'écriture, qui est alors réduit à ce qu'on peut appeler la "réalisation". L'autre partie se passe pendant que j'écris, où certaines considérations formelles se dégagent quand une idée locale se présente. La chose qui est toujours la plus difficile, c'est d'avoir à l'esprit la manière dont ce qui se passe à un moment s'inscrit dans plusieurs minutes de musique... j'en étais parfaitement incapable adolescent, les idées se bousculaient et étaient exposées quasiment lorsqu'elles venaient, sans recul formel sur les durées, sans les notions vitales de tension/détente, stabilité/instabilité... Cette organisation là, ce qui apparait à l'auditeur comme la "narration", se décide et se met souvent mieux en place pour moi loin du piano...
Modifié en dernier par Okay le sam. 22 déc., 2018 18:15, modifié 1 fois.

Répondre