L'improvisation vue par les Pmistes

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » lun. 02 mai, 2016 17:34

Oupsi a écrit :une autre petite histoire zen, à titre de remerciement :)

viewtopic.php?f=1&t=15112&p=240756&hili ... al#p240756

Merci
Christof

C'est fou ce forum, cela me fait retrouver des textes que j'ai écrits il y a presque dix ans... Les relire, les trouver toujours d'actualités, celui-ci qui viendrait en contrepoint de ton "j'étudie la musique pour ça, pour me sentir vivante chaque jour".
Peut-être que quelque chose savait, au moment où je l'ai écrit, qu'il serait posté ici ?

Improviser

Il y a cette ligne selon laquelle la vie se plierait en deux comme une lettre après qu'on l'ait lue, se condamnant d'elle-même à la solitude comme si on allait au désert. Isolement non pas comme une fuite, mais comme une fugue, au sens musical du terme, qui pourrait étonner ceux pour qui l'art est un divertissement et non le moyen de sauver son âme.
Il m'arrive quelquefois de regarder mon existence comme le soir on regarde ses vêtements posés là, étranges oripeaux de vie active dont on se demande comment ils ont bien pu tout le jour être si nécessaires. Heureusement, il y a mon piano, dans la nuit des doigts ouverts, paumes tournées vers le plafond comme une offrande (musicale..).
S'approcher du clavier. Il y aurait, sous mes mains - car il faut bien des mains - quelque chose d'abstrait, d'impalpable, ce qui s'élève, ce qui plane, des retombées, ce qu'on appelle et qui ne vient pas, ce qui arrive et s'évapore, ce qui subsiste.
Lorsque je joue, voilà vraiment où je suis heureux... un peu aussi lorsque j'écris.

"Ecrire est ta forme de contemplation" : au moment où on m'a dit ça, j'ai eu un grand moment de joie. C'était il y a longtemps. Je me suis senti reconnu. J'en ai rebattu depuis. C'est ma forme mais c'est une forme inférieure. Ce que la contemplation doit donner, c'est la lumière qui se suffit à elle-même. Et l'écriture, au mieux, n'apporte que des éclaircies.
Finalement, il n'y a qu'au piano où je suis complètement détaché. Isolement non pas comme démembrement ou mutilation, mais où l'on en espère l'affectueuse distance du fantôme attirant à lui les pensées, passage blanc d'un ange auquel on fait une place quand il rompt le cercle de ceux qui parlent.

Embrasure d'un seuil où quelqu'un vous accueille, échancrure d'une affection dans la trame serrée des heures ; cesser de parler pour pouvoir écouter. Passer des moments blancs à ne plus jouer la musique pour mieux la réentendre dans toute son exigence. Appel, attirance, vertige. Jouer, jouer avec cette sorte d'énergie désespérée qu'on met à se perdre. Retrouver au-dedans de soi le centre de silence sans lequel jouer de la musique est trahison.
Laisser aller ses doigts et improviser. Je ne peux concevoir l'acte de jouer sans improviser. Parce qu'on ne peut tricher dans cette construction éphémère. Alors quelquefois - du moins lorsque les instants de magie nous sont donnés - s'érigent de frêles monuments opposables aux tristesses passagères, à ce monde qui ne tourne pas forcément très rond.
Improvisation, cet état intermédiaire entre la conscience et l'inconscience. Enfant, j'ai été frappé de cela, comme une lumière trop vive, un éclair. Je me souviens encore des sons. C'était chez ma grand-mère, un vieux piano, pas vraiment accordé, ses touches en ivoire. Je devais avoir cinq ans. J'y suis resté des heures... Et cet arrachement au moment où il fallu partir.

Christof

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » mar. 03 mai, 2016 12:43

La prochaine fois, j'expliquerai ce qu'on peut faire avec les accords 7.
Avant d'en parler, voici quelques petites précisions sur la nomenclature jazz :

A la suite de ma dernière contribution viewtopic.php?f=1&t=17161&start=60#p288337 où j'expliquais à Oupsi quoi faire quand on a une mélodie improvisée, j'avais abordé les accords maj7 (notés en jazz "X maj7", par exemple C maj7) et les accords mineurs 7 (qui se notent avec un tiret, pour dire que la tierce est mineure : par exemple D - 7)

Les lettres, c'est le système américain (et toutes les partochs jazz sont écrites comme ça : A = la, B=si, C=do, D=ré, E=mi, F=fa, G=sol

Ce qu'il faut savoir, c'est que
- lorsque l'accord est majeur, on écrit rien pour le dire : par exemple si on voit marqué "C", ceci suppose implicitement qu'il est majeur (donc que sa tierce est majeure).
- Si l'accord est mineur, on mettra un tiret : exemple C - (la tierce sera mineure)
- Le chiffre 7 veut dire : 7ème mineure. Par exemple C 7, veut dire que l'accord est majeur, et que la 7ème est mineure (la note 7ème mineure (son nom) est la note qui est situé 1 ton sous le nom de la fondamentale. Par exemple pour C 7, la septième (mineure), c'est un sib.
- La notation maj 7, veut dire que la 7ème est majeur. Par exemple : C maj 7 : C veut dire que l'accord est majeur (parce qu'il n'y a pas de tiret), maj 7 veut dire que l'accord contient la 7ème majeur (note (nom de cette note) est 1/2 ton sous le nom de l'accord : en l'occurrence, pour un C maj7, cette septième est un si

Ensuite, il peut y avoir des panachages : par exemple C- maj 7 (veut dire que l'accord est mineur, et que sa septième est majeur : donc dans cet accord on aura : le do, le mi b (tierce mineure) , le sol (qui est la quinte) et le si (7ème majeure).

On peut voir aussi le signe 5b, ou 5# : cela veut dire que la quinte sera diminué d'un demi ton (5b), ou augmentée d'un temi-ton : 5#
Ainsi on peut rencontrer par exemple : F# - 7 b5 : donc si on a tout compris, le - veut dire que l'accord est mineur (donc la tierce est mineur), que la quinte est bémolisé et que la note 7ème est une 7ème mineure. Ce qui veut dire que l'accord sera : F#, A (tierce mineure), C (quinte bémol), E (7ème mineure).

On peut aussi voir des trucs comme : C maj7 #5 : C veut dire que l'accord est majeure (y' a pas de tiret dans la notation), donc tierce majeur, 7 veut dire "7ème mineure) et #5 que la 5 est augmentée d'un demi ton : ce qui fait pour l'accord lest notes : C E G# B

Et donc, vu ce que j'avais écrit précédemment viewtopic.php?f=1&t=17161&start=60#p288337, bien se rappeler de la répartition de ces notes par rapport à la mélodie
----------------

Maintenant, on peut attaquer les accord 7, ceux marqués par exemple D7
Donc, y'a pas de tiret, c'est donc un accord majeur, 7 = 7ème mineure.
Ce type d'accord est appelé accord du Vème degré (j'y reviendrai plus tard). Pourquoi, parce que si on prend par exemple la gamme de do, et qu'on prend dans cette gamme les 3 premières tierces on va avoir les notes :
C E G B (ce qui est un C maj7)
si maintenant on passe à la note suivante de la gamme de do, c'est à dire le ré (2ème degré de la gamme de do), et qu'on construit l'accord avec 3 tierces (avec les notes de la gamme de do), on obtient
D F A E (ce qui est un D-7)... Si je continue sur le même système, en montant d'une note à chaque fois, j'obtiens pour le 3ème degré :
E G B D (ce qui est un E-7)... je continue, en montant d'une note, j'obtiens pour le 4ème degré : :
F A C E (ce qui est un F maj7)... je continue en montant d'une note, j'obtiens pour le 5ème degré :
G B D F (ce qui est un G 7)... je continue en montant d'une note: j'obtiens pour le 6ème degré :
A C M G (ce qui est un A-7)... je continue en montant d'une note, j'obtiens pour le 7ème degré :
B D F A (ce qui est un B - 7 b5

Si on regarde bien, on voit que le 5ème degré (le G7) est le seul à être construit de la façon dont il l'est... c'est le seul à être un accord majeur avec une mineure 7ème. Ce qui veut dire qu'il est très reconnaissable au sein d'une tonalité... C'est un pilier. C'est lui qui ramène le plus à la tonique (dans la musique occidentale le passage du degré V au degré I est légion. Le V ramène sur le I.

Et en jazz, comme cet accord est un pilier, très reconnaissable, c'est l'accord qui peut être le plus "trituré", le plus "traficoté". Même traficoté, on entendra toujours que c'est un accord du 5ème degré, qui sous entend la tonalité....

La dernière, fois, j'avais dit (mais c'est un raccourci très rapide, que l'on pouvait toujours ajouter une 9e, (pour faire plus joli,et si cela s'y prête) dans les accords X maj 7 ou X - 7.
Pour les accord 7, les possibilités sont multipliées... On peut par exemple (selon la mélodie, et comment cela va sonner, rajouter : une 9e OU une 9e bémol OU une 9e# (voire même une 9e bémol + 9ème #
A ceci peut s'ajouter : une quinte b, ou un quinte # (soit les deux) [mais dans ce cas, il ne faut pas jouer la quinte]. la notation ici pour une quinte b ou quinte # sera : 11# pour la 5b, et 13 b pour la 5 +
On peut aussi avoir une 13e (mais dans ce cas, pas mettre de 11#)

Donc on peut trouver des accords genre : C 7 9 13 (attention, si on revoit mon post précédent, cela ne veut pas dire que la note 13 sera en haut... la répartition dépendra de la note de mélodie en haut et des règles que j'avais déjà expliquées)
On peut avoir : C7 9b 13b, C7 9b 9# 13, etc, etc soit une combinaison de toutes les possibilités énoncées juste au dessus).
C'est au pianiste de faire ses choix... Ce qui explique que pour chaque musicien de jazz, il y a autant de façons différentes de choisir les colorations des accords... Bon bien sûr, en faisant des essais, on verra que certains mélanges de colorations sonnent mieux que d'autres.

Bon j'espère que ce que j'explique est clair... N'hésitez pas à poser des questions dans le cas contraire
Oupsi, maintenant, tu peux regarder autumn leaves...

Autre chose à savoir : en jazz, les trois notes les plus importantes pour un accord sont : 1, 3 et 7 (sachant que 3 peut être une tierce majeur ou mineur, 7 peut être majeure ou mineure). En fait la quinte sonne d'elle même comme harmonique de la tonique.
ça c'est important pour l'accompagnement, mais j'en reparlerai une autre fois...

Christof

zebestovol
Messages : 3028
Enregistré le : sam. 29 mai, 2010 17:58
Mon piano : Yamaha p121
Localisation : Schiltigheim (près de Strasbourg)
Contact :

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par zebestovol » mer. 04 mai, 2016 10:32

Je vous propose mes petites infos, et un essai de lien avec les termes "classiques" :

Effectivement, je n'avais pas fait attention que le "7" tout seul indique forcément une 7ème mineure. Et donc l'indication "maj7" pour qu'elle soit majeure.
Mais au bout du compte, c'est pareil : C-7 veut dire 3ce et 7ème mineure (donc do-mib-sol-sib), tandis que C7 (do-mi-sol-sib) est l'appellation de la "7ème de dominante" classique.
Et effectivement, On a C-maj7 (ou C-delta), pour indiquer une 3ce min et une 7è maj. (do-mib-sol-si)

Et donc, le "b" devant un chiffre indique l'intervalle "diminué" et le "#" un intervalle augmenté.

Pour les accords de 5te ou de 7è diminuées, on les note Co (7), ou Cdim (7) pour do-mib-solb-la (sibb pour les puristes). J'ai mis le "7" entre parenthèses car je crois qu'il est facultatif, même quand la 7ème est bel et bien présente.

Et puis C-7b5 (do-mib-solb-sib) peut s'appeler aussi "demi-diminué" et se noter avec un rond barré.

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » mer. 04 mai, 2016 11:00

zebestovol a écrit :Je vous propose mes petites infos, et un essai de lien avec les termes "classiques" :
Et donc, le "b" devant un chiffre indique l'intervalle "diminué" et le "#" un intervalle augmenté.

Pour les accords de 5te ou de 7è diminuées, on les note Co ( Co7), ou Cdim (Cdim7). Et puis C-7b5 peut s'appeler aussi "demi-diminué" et se noter avec un rond barré.
Merci Zebestovol de cette synthèse.
Pour continuer dans l'essai de lien avec les termes classiques : ce que j'ai expliqué concernant la répartition des notes entre les deux mains viewtopic.php?f=1&t=17161&start=60#p288337 fait, qu'en fonction de la mélodie, les accords se retrouvent dans différents renversements. Ensuite, passer d'un accord à l'autre va aussi naturellement faire que le changement, le chemin entre les notes est naturel et implicite (ce qui est abordé dans le classique par un chiffrage qui m'a toujours semblé hyper compliqué, vous savez les 5 ; 6 ; et autres 4/6.... (et encore là c'est pour des accords à 3 notes) et puis les 7 4, +6, +4 (pour les accords 7ème de dominante à 4 notes...) j'vous raconte pas quand l'accord contient 6 notes différentes (ce qui est des plus courant en jazz)...

Et quand un accord est compliqué en jazz, il existe des façons de le noter, qui simplifient la compréhension des notes qui le composent...
Par exemple : un C maj7 #5 peut être aussi noté E/C (ce qui veut dire, quand il y a une barre penchée qu'en haut on fait un accord de mi majeur (à 3 notes) [soit E, G#, D] et que la note écrite sous la barre penché est un C (barre penchée, veut dire simplement que la note après est juste une note, et pas un accord. On appelle aussi cela "basse étrangère"

Il existe aussi des notations où la barre n'est pas penchée. Cela veut dire que l'on fait deux accords l'un sous l'autre
Par exemple, si on veut écrire plus simplement l'accord : C7 9 11+ 13
on peut écrire :
D
C7

ce qui veut dire qu'en haut on joue un accord de D (donc les notes D, F# A) et en dessous les notes du C7 (donc C, E, G, Bb)

Mais attention, ce système de notation simplifiée (avec barre penchée, ou barre droite) permettent de mieux connaître les notes qui vont composer un accord, mais cela ne veut pas forcément dire qu'on va les jouer dans ce renversement là

A suivre
Christof

franck210
Messages : 307
Enregistré le : dim. 24 avr., 2016 9:38

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par franck210 » mer. 04 mai, 2016 11:14

Christof a écrit :
Mais attention, ce système de notation simplifiée (avec barre penchée, ou barre droite) permettent de mieux connaître les notes qui vont composer un accord, mais cela ne veut pas forcément dire qu'on va les jouer dans ce renversement là

A suivre
Christof
c'est pourtant l'intérêt de cette façon de noter

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » mer. 04 mai, 2016 11:44

franck210 a écrit : c'est pourtant l'intérêt de cette façon de noter
Oui, mais cela ne veut pas dire que les notes vont se retrouver dans cet ordre là.
Par exemple, pour le cas du C 7 9 11+ 13, on peut très bien avoir le (9) ré en mélodie et donc tu n'auras pas la note 13 (le la) tout en haut, et la note 7 (le Bb) sera au dessus de la 13...
Tu peux par exemple te retrouver avec cet accord : MG : do et mi (le mi à une dizième du do par exemple) et MD : Fa#, la, si b, ré
Modifié en dernier par Christof le mer. 04 mai, 2016 20:58, modifié 1 fois.

franck210
Messages : 307
Enregistré le : dim. 24 avr., 2016 9:38

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par franck210 » mer. 04 mai, 2016 11:58

peux pas faire les 10ème :roll:

et je suis tellement d'accord que j'ai du lire autre chose :-#

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » mer. 04 mai, 2016 14:38

Pas de problème si tu ne peux pas faire les 10e...
Tu joues juste la basse do à la main gauche et dans la main droite tu gardes la tierce (c'est obligé ici) et puis tu vois quelle note tu peux enlever, qui fait que l'accord sonne... et que ce n'est pas trop difficile à jouer.
Sinon, tu as aussi la solution d'une pédale où tu joues la basse de main gauche et en une fraction de seconde la tierce à une dixième avec la main gauche (et voir comment bien doser tout cela...

zebestovol
Messages : 3028
Enregistré le : sam. 29 mai, 2010 17:58
Mon piano : Yamaha p121
Localisation : Schiltigheim (près de Strasbourg)
Contact :

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par zebestovol » mer. 04 mai, 2016 22:18

Christof a écrit : Pour les accord 7, les possibilités sont multipliées... On peut par exemple (selon la mélodie, et comment cela va sonner, rajouter : une 9e OU une 9e bémol OU une 9e# (voire même une 9e bémol + 9ème #
A ceci peut s'ajouter : une quinte b, ou un quinte # (soit les deux) [mais dans ce cas, il ne faut pas jouer la quinte]. la notation ici pour une quinte b ou quinte # sera : 11# pour la 5b, et 13 b pour la 5 +
On peut aussi avoir une 13e (mais dans ce cas, pas mettre de 11#)
Christof a écrit : Il existe aussi des notations où la barre n'est pas penchée. Cela veut dire que l'on fait deux accords l'un sous l'autre
Par exemple, si on veut écrire plus simplement l'accord : C7 9 11+ 13
on peut écrire :
D
C7
Bon, je suppose que c'est une erreur involontaire dans le 1er message : il me semble qu'il n'y a aucun problème pour avoir une 11# et une 13è dans un accord "X7". :)

Jean-Baptiste
Messages : 86
Enregistré le : lun. 23 mars, 2015 23:04
Mon piano : Pfeiffer 112
Localisation : 24

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Jean-Baptiste » mer. 04 mai, 2016 23:53

Mais toutes ces notations d'accords, ça n'a pas grand chose à voir avec l'improvisation. Ce n'est qu'une façon plus synthétique de noter la musique.

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » jeu. 05 mai, 2016 0:20

zebestovol a écrit : Bon, je suppose que c'est une erreur involontaire dans le 1er message : il me semble qu'il n'y a aucun problème pour avoir une 11# et une 13è dans un accord "X7". :)
Oui, c'était une erreur, je voulais dire 5# (soit 13 b) et donc on ne peut pas avoir en même temps 5# et 13b..
Modifié en dernier par Christof le jeu. 05 mai, 2016 0:31, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » jeu. 05 mai, 2016 0:29

Jean-Baptiste a écrit :Mais toutes ces notations d'accords, ça n'a pas grand chose à voir avec l'improvisation. Ce n'est qu'une façon plus synthétique de noter la musique.
Oui tu as raison, et j'en suis conscient. Ce fil est parti sur l'improvisation, et puis j'ai dérivé sur la notation jazz. Mais ce que je voulais dire, c'est que si on pratique un morceau, via le fait d'avoir simplement la mélodie et la notation d'accord, on voit qu'il est possible de construire soi-même ses accords, d'y amener les couleurs que l'on veut, départ de l'improvisation. Mais c'est vrai qu'il faudrait en fait ouvrir un fil sur la différence entre une partition classique (ou tout est déjà écrit) et une partition jazz (ou il faut construire soi même), ce qui oblige à tester, à rechercher l'harmonie que l'on produit, qui est une belle ouverture à l'improvisation.

Et merci à Alex2612 d'avoir mis ce lien dans un autre fil :
je trouve que cette vidéo contient tout ce que je voudrais dire ici
https://www.youtube.com/watch?v=lUxQLU_eqfU

Christof

Avatar du membre
Oupsi
Messages : 4380
Enregistré le : ven. 31 juil., 2009 14:06
Localisation : S.-O.

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Oupsi » mar. 10 mai, 2016 19:27

Juste un petit mot pour remercier Christof et lui dire qu'il n'écrit pas dans le vide, je suis sur Autumn Leaves et je tournicote mes accords en prenant conscience des choses à ma vitesse d'escargot tout en relisant les conseils. Mémoriser tout ça ce sera une autre affaire.
En fait c'est amusant à faire mais ça chauffe la tête.


un peu chaque jour :)

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » mar. 10 mai, 2016 20:58

Oupsi a écrit :Juste un petit mot pour remercier Christof et lui dire qu'il n'écrit pas dans le vide, je suis sur Autumn Leaves et je tournicote mes accords en prenant conscience des choses à ma vitesse d'escargot tout en relisant les conseils. Mémoriser tout ça ce sera une autre affaire.
En fait c'est amusant à faire mais ça chauffe la tête.
un peu chaque jour :)
Oui, faut y'aller mollo (ou moderato) au départ parce que le cerveau il en prend trop d'un coup...
Mais déjà, si tu as bien compris ce que j'expliquais sur la façon de répartir les accords en fonction de la mélodie, pour que cela sonne, tu verras que le passage d'un accord à un autre suit toujours une grande logique...
Et au départ, n'essaie pas forcément de mettre les notes de colorations comme je l'explique dans ce fil...

Rappelle toi : en jazz : les notes piliers d'un accord c'est 1 3 7 (tonique, 3e, septième), sont les notes suffisantes si on ne doit jouer que celles-là (par exemple pour accompagner quand on chante).
Exemple : Autumn leaves
1er accord : la-7 : si tu voulais accompagner, tu joues la basse à la mg , le la, et à la md, la 3 et la 7 donc do et sol (sachant que le do est à une dixième de ta basse). Tu peux aussi choisir de jouer 7 et 3 donc le sol sera plus bas que la tierce (le do) qui reste à une dixième
2ème accord: ré 7 : si tu viens d'une position à la md qui était précédemment do et sol, tu vas voir que le plus court chemin pour jouer ton ré7, sera de jouer ré à la mg, et do et fa# à la md (c'est à dire 7 et 3). Si tu avais pris l'ordre 7 et 3 pour le A-7 (sol et do), tu joueras ton accord de D7 (fa# do) à la md...
Et puis, si on continue, si tu viens d'un do fa# pour le D7, tu fera si fa# pour le Gmaj7 et puis après si mi pour le do maj7 qui suit...
Et ainsi de suite.
Attention, là, je te parle de l'accompagnement.
Mais en jouant tout comme cela, tu verras que ces notes suffisent pour accompagner si tu chantes.... et que les déplacements sont minimes dans les accords...

Christof

Avatar du membre
mrgrizs
Messages : 77
Enregistré le : lun. 07 janv., 2013 14:11
Mon piano : schimmel 108 yamaha u3 roland lx15

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par mrgrizs » jeu. 26 mai, 2016 22:30

bonjour à tous, j'up une petite contribution.

https://www.youtube.com/watch?v=t_ZkK7FDhjg

pianojar
Messages : 6498
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par pianojar » jeu. 26 mai, 2016 22:54

Merci. C'est très sympa avec cette petite couleur "orientale" (à mes oreilles en tout cas) et rajouté en première page.
Modifié en dernier par pianojar le ven. 27 mai, 2016 9:50, modifié 1 fois.

Avatar du membre
mrgrizs
Messages : 77
Enregistré le : lun. 07 janv., 2013 14:11
Mon piano : schimmel 108 yamaha u3 roland lx15

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par mrgrizs » jeu. 26 mai, 2016 22:57

salut et merci Pianojar

zebestovol
Messages : 3028
Enregistré le : sam. 29 mai, 2010 17:58
Mon piano : Yamaha p121
Localisation : Schiltigheim (près de Strasbourg)
Contact :

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par zebestovol » ven. 27 mai, 2016 11:16

Très joli ! =D>

Avatar du membre
Christof
Messages : 2359
Enregistré le : lun. 18 avr., 2016 17:08
Mon piano : Yamaha G3
Localisation : Paris 75020

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par Christof » ven. 27 mai, 2016 11:43

mrgrizs a écrit :bonjour à tous, j'up une petite contribution.
https://www.youtube.com/watch?v=t_ZkK7FDhjg
C'est superbe, tu as un très beau toucher, tu prends ton temps, et tu crées les ambiances. Quelque chose qui nous touche.
J'aime bien parce que ton improvisation mêle à la fois de l'arabisant et de l'espagnol.
J'aime beaucoup aussi ces tensions que tu poses et aussi ce passage en sus4 à 0'22, 0'28-0'29, cette modulation à 0'36, à 0'53, 1'03-1'06.
Ce que tu peux faire pour aller plus loin, c'est de générer des accords de quarte à la MG (basés sur ta gamme) pour que tu ne soit pas obligé de jouer le plus souvent 1 5 1 ou 1 3 5 1
MG : Mi la ré ; fa si mi ; sol do ré (mais attention à la tension avec le la b dans la gamme, donc à utiliser avec parcimonie); lab ré fa ; sol do fa ; la ré sol ; si mi la ; do fa si ; re sol do

Tu peux aussi chercher d'autres couleurs d'accord à la mg, par exemple : mi si do ; fa do ré, sol# ré mi, etc.

Quand tu exploites le mib dans la gamme arabisante, tu peux aussi à la main gauche jouer des accords en quarte exploitant cela, par exemple : mib lab réb (ce qui va te donner une rupture, voire d'autres gammes)

N'hésite pas aussi, pour varier, de passer 1/2 ton au dessus (ce que tu fais d'ailleurs quand tu joue le F (sus 4), mais aussi un demi ton au dessous, je veux dire en mib -.

à 1'15, tu as moduler et tu es passé quelques instants en do (mineur)... Essaie de tenter de passer en majeur... et vois ce que cela donne.

Dans tes accords en quarte MG, recherche aussi d'autres basses :
Par exemple, si tu joues mi-la-ré, si tu mets une basse de mi juste avant, on entend un accord de mi mineur ; si tu mets une basse de ré, on entend quelque chose qui sonne un peu comme un accord de ré sus 4, si tu mets un do à la basse, on entend un accord de do 6/9, si tu mets une basse de si, on entend une espèce de si-7 ; si tu mets une basse de la, on entend une espèce de la-, une basse de sol, on entend une espèce de sol maj 7...

et ça, c'est juste pour la première position d'accord mi la
par exemple si tu prends la position Fa si mi, c'est pareil, si tu cherches d'autres basses que le mi, tu vas obtenir d'autres couleurs, par exemple si tu mets une basse de sol, tu te retrouves avec un accord de G 7 13...

A l'intérieur de ce que tu entends, tu peux exploiter d'autres gammes alors...
Mais c'est sans fin. Il faut juste se concentrer sur une petite chose, la rajouter, la travailler, chercher. Et construire petit à petit.
J'espère que ce que je te dis ne vas pas te noyer. Mais cela va t'ouvrir un champ. D'autres couleurs. As toi de choisir à l'intérieur de ce que je te dis, des petits bouts. Vois ce qu'ils apportent (ou pas)...

Tu peux aussi essayer d'exploiter plus les arpèges à la MD, en tierces, en quartes, en quintes, les écarts de sixte, de septième...

Avatar du membre
mrgrizs
Messages : 77
Enregistré le : lun. 07 janv., 2013 14:11
Mon piano : schimmel 108 yamaha u3 roland lx15

Re: L'improvisation vue par les Pmistes

Message par mrgrizs » ven. 27 mai, 2016 15:37

Salut Christof,

Un grand grand merci pour le temps que tu as passé. =D>

En fait au départ je suis parti de cette gamme "orientale"(?), avec à la main gauche une octave de mi que je faisais simplement résonner lentement et puis au fur et à mesure j'ai rajouté la tierce majeur la quinte.
Ensuite j'ai senti une harmonie intéressante en jouant un accord de ré, en arrivant sur le si. j'ai compris après, arrête moi si je me trompe, que c'était du coup un accord de neuvième de dominante. Pour les modulations elles sont venu naturellement, à l'oreille. J'ai une connaissance harmonique très limité, suffisante pour comprendre tes conseils mais somme toute vraiment trop minimaliste pour me sentir vraiment libre.

A la base comme je te l'avais écrit en pv, je suis tombé amoureux des ragas indien et j'étais parti dans l'idée de ne pas moduler. Juste un travail mélodique et une recherche autour de la texture sonore. La modulation est arrivée à force de tourner en rond.

Dimanche j'aurai du temps pour tester toutes les idées que tu me suggères. Je reposterai surement un enregistrement. J'ai imprimer ton post, et il est sur mon piano. :D

Ps : Question : quand je module, disons en do majeur, je dois transposer simplement cette gamme orientale ou je peux en utiliser une autre ?

Répondre