D. SCARLATTI vu par les PMistes

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Spianissimo
Messages : 3483
Enregistré le : mar. 09 juin, 2015 18:28
Mon piano : YAMAHA U3
Contact :

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par Spianissimo »

Merci Poppotame et Mh pour vos retours, c'est encourageant :D
C'est sympa de parler mais jouons maintenant...
http://www.youtube.com/user/andante5133
pianojar
Messages : 7515
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par pianojar »

https://www.francemusique.fr/emissions/ ... atti-93082

Une tribune des critiques consacrée à 3 sonates de Scarlatti
poppotame
Messages : 1070
Enregistré le : ven. 26 juin, 2015 15:23
Mon piano : Yamaha C2X
Localisation : Cagnes sur Mer
Contact :

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par poppotame »

Ah merci pianojar !
J'ai lu en les critiques sur la K. 141 en particulier, et j'avoue que je suis parfaitement en accord sur le fait que la version de Jean Rondeau remporte les suffrages. J'aime tout dans sa version, il arrive à mettre des inflexions parfaites là où il faut malgré son tempo très rapide !
Une technique hors pair et un pur chef d'œuvre d'interprétation !
Pillg
Messages : 294
Enregistré le : lun. 12 oct., 2020 13:14

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par Pillg »

Presto a écrit : dim. 20 déc., 2015 22:31
Hello Presto,

pourrais-tu s'il te plait rajouter mon interprétation à la (longue) liste de ceux qui jouent la K1? 8) :lol:

merci beaucoup

pianojar
Messages : 7515
Enregistré le : jeu. 25 juin, 2015 17:44
Mon piano : Yamaha GA1
Localisation : Val d'Oise

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par pianojar »

Je me suis référé à l'édition de Bartok pour des problêmes de texte dans une sonate que je travaille et cela pourra intéresser certaines personnes peut-être. Il y a pas mal de doigtés, ornements détaillés, tempi etc.......
Tu pourras rajouter le lien dans le 1er post si tu le juges utile
https://imslp.org/wiki/10_Keyboard_Sona ... _Domenico)
Spianissimo
Messages : 3483
Enregistré le : mar. 09 juin, 2015 18:28
Mon piano : YAMAHA U3
Contact :

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par Spianissimo »

Jolie version Pillg, pleine de maîtrise et de légèreté.

Merci Pianojar, super cette édition de Bartok, quelques doigtés et précisions sur les trilles, ça peut vraiment aider.. [-o<
C'est sympa de parler mais jouons maintenant...
http://www.youtube.com/user/andante5133
Virgule
Messages : 972
Enregistré le : mer. 07 oct., 2015 5:36
Mon piano : Yamaha M110T
Localisation : Québec

Re: D. SCARLATTI vu par les PMistes

Message par Virgule »

pianojar a écrit : mar. 04 mai, 2021 14:51 Je me suis référé à l'édition de Bartok pour des problêmes de texte dans une sonate que je travaille et cela pourra intéresser certaines personnes peut-être. Il y a pas mal de doigtés, ornements détaillés, tempi etc.......
https://imslp.org/wiki/10_Keyboard_Sona ... _Domenico)
C'est effectivement une édition intéressante. J'ai utilisé cette édition Bartok pour travailler la K.198, entreprise au début de 2019, précisément pour avoir les doigtés, qui sont excellents. Pour les partisans de l'urtext, j'ai une anecdote intéressante à propos de cette édition.

La K.198 version Bartok a des signes d'articulation non présents dans l'urtext. Celles qui m'ont d'abord accrochée sont les notes tenues, dans les arpèges mg aux mesures 17@20, 23@26, et mesures équivalentes à la fin de la sonate. Etant convaincue que Scarlatti n'avait pas écrit ça ainsi, j'ai consulté le manuscrit de Parme, facilement accessible sur IMSLP; absence d'articulations confirmée. Mais la relecture de l'excellente introduction (en anglais) d'un album Alfred, citée plus haut (https://content.alfred.com/catpages/00-666.pdf), qui résume, d'après Kirkpatrick, comment il faut lire un manuscrit urtext de Scarlatti, me rappelle que la pratique baroque était précisément de tenir les notes des arpèges au clavecin - exactement comme l'indique Bartok. Donc les articulations qu'il ajoute pour ces arpèges sont justifiées, ce qui confirme que Bartok savait ce qu'il faisait et que son édition est fiable.

Néanmoins, la comparaison note à note de la K.198 version Bartok avec le manuscrit de Parme me révèle une "erreur": à la mesure 9, la montée en croches à la main droite fait 'ré# fa sol la si do' chez Bartok, mais 'ré# fa sol la si mi' dans le manuscrit de Parme. J'ai donc corrigé cette note dans la partition Bartok avant d'apprendre la sonate.

La vraie surprise viendra plus tard.

Mon prof me fait toujours mettre une sonate 'maîtrisée' sur la glace, pour la reprendre quelques mois après. Alors qu'on reprenait la K.198 l'automne dernier, il m'écoute en suivant une quelconque édition trouvée sur IMSLP (outremontaise ?), puis me fait remarquer que je joue les 2 boîtes de la dernière mesure de la première partie dans l'ordre inverse. À l'envers, selon son édition. Pourtant, je les joue bel et bien dans l'ordre indiqué par Bartok.

Je lance mon enquête. D'abord, je découvre que K. Gilbert, la référence urtext, indique lui aussi l'ordre des boîtes à l'envers de Bartok. Je suis très étonnée, parce que, vérification refaite, le manuscrit de Parme que j'avais consulté indique bel et bien les boîtes dans le même ordre que Bartok.

J'ai souvenir que la K.238, travaillée par Pianojar, avait cette particularité que la quasi totalité des interprètes (incluant tous les clavecinistes) ne respectaient pas le rythme de certaines mesures du manuscrit. Je vais donc écouter tous les interprètes de la K.198 que je peux pour vérifier ce qu'ils font.

Résultat: Horowitz les joue dans le même ordre que moi, comme dans l’ed. Bartok. Au piano, Balazs Szokolay, chez Naxos, est Hongrois, on peut donc s’attendre à ce qu’il connaisse l’édition Bartok, et effectivement il joue les boîtes dans l’ordre de Bartok et du manuscrit. Inger Södergren joue aussi comme Bartok.

Mais Scott Ross, dont on dit dans le livret de l’intégrale qu’il utilisait l’éditon Gilbert, joue les 2 boîtes dans l'ordre inverse. Donc Ross est conforme à Gilbert (ce qu’il n’est pas toujours). D’autres clavecinistes, par ex. Colin Tilney ou Pieter-Jan Belder, les jouent aussi comme Scott Ross, tout comme le pianiste Alon Goldstein (Naxos).

J’ai lu quelque part que Gilbert avait utilisé le manuscrit de Venise pour son édition, alors que moi j’avais consulté le manuscrit de Parme pour vérifier l'édition Bartok. Peut-être que c’est différent dans celui de Venise ? Je cherche 'Venise' sur IMSLP. Verdict: les deux boîtes sont exactement les mêmes dans les deux manuscrits. Pas d’excuse pour K. Gilbert.

Par contre, la supposée erreur repérée à la mesure 9 de l'édition Bartok, où il met un do plutôt qu'un mi - n'est pas une erreur de Bartok. En effet, le manuscrit de Parme, auquel j'avais comparé son édition, indique un mi à la mesure 9, mais l'édition de Venise indique un do, comme Bartok. Donc Bartok aurait utilisé le manuscrit de Venise pour son édition, alors que K. Gilbert a utilisé l'édition de Parme.

Et les interprètes ? Je n'avais guère prêté attention à la mesure 9 lors de ma première écoute. À la réécoute: Balazs Szokolay, qui joue les boîtes selon Bartok, joue un do à la mesure 9, comme dans Venise/Bartok. Quels autres pianistes jouent les deux boîtes dans le 'bon' ordre ? Horowitz et Södergren. Vérification faite, eux aussi jouent un do à la mesure 9; ils auraient donc utilisé l’édition Bartok ou le manuscrit de Venise. Amusant: Horowitz joue le fameux do très pp, comme s’il ne voulait pas trop qu’on l’entende...

Qui joue un mi à la mesure 9 ? Alon Goldstein (piano) et Scott Ross, précisément ceux qui jouent les boîtes à l’envers - tous les deux apparemment selon l’édition Kenneth Gilbert. 

Pour ma part, je joue selon l'édition Bartok, mais je joue un mi à la mesure 9. Je trouve ça plus beau, plus scarlattien. Forcément l'un des deux copistes des manuscrits a fait une erreur, mais on ne saura jamais lequel… Mais Gilbert a, lui, ajouté sa propre erreur en inversant l'ordre des boîtes.

Disons que tout ça relativise un peu la référence obligée à l"urtext ou au manuscrit… Tout le monde fait parfois des erreurs.
Répondre