Où sont les femmes pianistes ?

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Line-Marie

Re: Où sont les femmes ?

Message par Line-Marie » mar. 19 mai, 2015 21:44

J'écoute ces jours ci beaucoup de musique de Fauré.
Ma partition des Nocturnes est doigtée par Germaine Thyssens-Valentin

Germaine Thyssens-Valentin est l'aînée d'une famille de trois enfants. Elle est née d'une mère alsacienne, Jeanne Schmidt et d'un père Hollandais, Jean Thyssens. Ce dernier meurt en 1907, lorsqu'elle a quatre ans. Poussée par sa mère, c'est vers cinq ans qu'elle commence l'étude du piano ainsi que du clavecin. Elle intègre le Conservatoire royal de Liège, où elle étudie le solfège, le piano et le clavecin.

Germaine Thyssens-Valentin se produit pour la première fois à huit ans, dans le Concerto pour piano n° 23 de Mozart1.

Âgée de treize ans, elle entre au conservatoire de Paris, dans la classe d'Isidore Philipp (elle a pour consœur, notamment, Jeanne-Marie Darré) puis Marguerite Long. Pendant ses études, pour vivre, elle accompagne les projections de films et donne des leçons de piano.

Elle remporte son prix en 1920.

En décembre 1924, mariée à Paul Valentin, et bien que dotée d'un poste de soliste aux Concerts Colonne, elle interrompt sa carrière, pour élever leurs cinq enfants.

Elle revient à la scène en 1951, après vingt-cinq années de silence, jouant le même concerto de Mozart de sa huitième année. Elle donne des récitals en Europe (Paris, Belgique, Rome pour la radio) et en Afrique. Elle se produit aussi au Festival de Salzbourg sous la direction de Bernhard Paumgartner.

En 1956, Thyssens-Valentin devient la première personne à jouer l'intégrale de la musique pour piano de Gabriel Fauré lors d'une série de concerts. Elle joue une seconde fois le cycle complet l'année suivante2.

En 1958, puis jusqu'en 1966, elle donne des cours d'interprétation.

Dans les années 60, Germaine Thyssens-Valentin se produit avec des ensembles de chambre tels que le Quatuor Loewenguth, le Trio Pasquier, Paul Tortelier et Gaston Poulet pour donner la première intégrale de la musique de chambre de Fauré en cinq soirées.

Elle donne son dernier récital le 29 novembre 1983 à la salle Cortot, jouant le concerto italien de Bach, la fantaisie en ré mineur de Mozart, la sonate "La Tempête" de Beethoven, Thème et variations de Fauré, et Children's corner de Debussy; en bis, le 8ème nocturne de Fauré.
Et ce lien pour l'écouter dans Préludes Choral et Fugue de C.FRanck
https://youtu.be/AOo7tad9d50

Avatar du membre
alex2612
Messages : 3599
Enregistré le : ven. 23 oct., 2009 11:51
Mon piano : erard 3BIS X2 Pleyel 260 bosendorfer290
Localisation : Saint Petersbourg
Contact :

Re: Où sont les femmes ?

Message par alex2612 » mer. 20 mai, 2015 23:47

Lee, la différence entre homme et femmes pianiste existera toujours. Les femmes ont majoritairement de plus petites mains , moins de force physique et un peu moins d'endurance. Au niveau cérébrale de petites différence privilégie la gente masculine pour le clavier. Elles ont donc plus de mérite a accéder au niveau international en exploitant justement cette différence ou en évoluant dans un répertoire qu"elles peuvent s'approprier . Mozart schubert par exemple. Maria pires ou anne queffelec etc... Je pense qu'on rencontrera tout de même plus de pianistes femme qu'il y a trente ou quarante an où mise a part argerich ou postnikova les virtuoses femmes sont rares.
Je ne pense pas que les enfants soient un problème. Soit la carrière est aménagée , soit pas d'enfants,soit les papas modernes . L'égalité c'est cela aussi. Je pense que le métier de concertiste laisse peu de place a une vie de famille équilibré. Hommes et femmes confondus. C'est une passion assez dévorante qui laisse souvent des traces sur la progéniture.
En resumé et desolé si je fais bondir certains . Les pianistes femmes qui peuvent rivaliser avec kissin sont des femmes d''exeption. En revanche on peut trouver bon nombre de pianiste homme qui l'egale ou le surpasse . Je parle pas d'interprétation mais de technique pure. En Revanche si je prend on descend la barre le pourcentage va augmenter.
Il n'y a pas non plus que l'aspect technique .Cortot , par exemple a su développer un touché particulier bien que pas gaté par la nature et a fait une belle carriere.C'est je trouve la beauté dans ce métier. L'emotion et le plaisir partagé ne se mesure pas a la vitesse ou l'endurance et sur ce plan ,les femmes on l'avantage sur nous .
Ne voyez rien de sexiste ou de machiste dans mes propos auquel cas je me serais mal exprimé.

Ans00
Messages : 241
Enregistré le : ven. 17 mai, 2013 18:31
Mon piano : Steinway K132

Re: Où sont les femmes ?

Message par Ans00 » mer. 20 mai, 2015 23:54

alex2612 a écrit : Au niveau cérébrale de petites différence privilégie la gente masculine pour le clavier.
Tu peux développer?

Sinon, j'ai l'impression que des cas comme celui de Cortot n'existent malheureusement plus, aujourd'hui.

Avatar du membre
alex2612
Messages : 3599
Enregistré le : ven. 23 oct., 2009 11:51
Mon piano : erard 3BIS X2 Pleyel 260 bosendorfer290
Localisation : Saint Petersbourg
Contact :

Re: Où sont les femmes ?

Message par alex2612 » jeu. 21 mai, 2015 0:07

Une étude tres interessante que j'avais lu sur science et avenir . Les connectiques entre le cerveau reptilien et l'autre dont je ne me rapelle plus le nom sont differentes. . Il y avait aussi une différence avec les gauchers et les droitiers.
Pour resumé le cerveau homme étant plus analityque et celui de la femme intuitif. J'avais aussi lu qu'il était impossible au cerveau humain de jouer du piano. Comme quoi les possibilité de notre cerveau sont encore sous exploité.
Ans00 a écrit :
Sinon, j'ai l'impression que des cas comme celui de Cortot n'existent malheureusement plus, aujourd'hui.
Ce n'est pas une impression. Identifier un pianiste grace a sa sonorité releve de l'exploit au XXI eme siecle . Cela provient aussi des pianos, standardisés et aseptisés . Je pense que la tendance est en train de s'inverser. On voit de plus en plus d'artistes jouer sur piano d'époque, et de nouveaux facteur de piano stuart, paullello emergent . On essaye plus de copier steinway et c'est tant mieux. Vive la diversité .

Line-Marie

Re: Où sont les femmes ?

Message par Line-Marie » jeu. 21 mai, 2015 4:14

Cher Alex, des pianistes comme Yuja Wang, qui n'ont rien à envier à Kissin ,sont de plus en plus nombreuses. Rien que le nombre de pianistes femmes au concours Chopin semble contredire ton opinion très machiste sur le sujet.
Sciences et Avenir n'est pas un média de référence dans la recherche scientifique !

université DE Lyon ;Homme / Femme : comprendre et dépasser les clichés
Explications scientifiques versus sexisme

D’après la sociologie, la philosophie ou la psychologie, les rôles de chacun – homme et femme – sont construits en grande partie par l’éducation, la publicité, les manuels scolaires, la télévision… Pourtant, une tendance actuelle cherche à expliciter nos différences de comportement uniquement par le biais de la biologie : « on aurait découvert le gène de l’infidélité chez l’homme ! », se moque la sociologue (Christine Détrez), pointant la fréquente simplification et déformation des connaissances scientifiques en matière de biologie. Or, cette vision fataliste du « tout biologique » pourrait justifier une absence de remise en cause des rôles attribués et des comportements sociaux entre hommes et femmes.

Pour déconstruire ces explications « biologisant » nos comportements sexués, Christine Détrez cite la neurobiologiste Catherine Vidal (http://www.universcience-vod.fr/media/1 ... cat_id=293). Cette dernière insiste sur la plasticité du cerveau : « rien n’est jamais figé dans le cerveau. Sans arrêt, il est en construction, des connexions se font et se défont entre les neurones, en fonction de l’apprentissage ». Ainsi, les différences de résultats entre filles et garçons aux tests psychologiques ou évaluations mathématiques seraient davantage dues à leur éducation et leur confiance en soi qu’à la forme de leur cerveau. En effet, « les différences de cerveau entre individus d’un même sexe sont plus importantes qu’entre les individus de sexe opposé. Il y aura donc plus de ressemblance entre les cerveaux d’un homme et d’une femme pianistes, qu’entre le cerveau de deux hommes, si l’un est pianiste et l’autre footballeur ».
.....
Des images qui nous façonnent

Pour mieux comprendre les stéréotypes et la façon dont ils se transmettent, Christine Détrez propose d’étudier les représentations des hommes et des femmes dans les publicités, les manuels scolaires ou les livres pour enfants. Les débats sont vifs, l’ambiance bon enfant. « La femme est sortie du foyer mais aujourd’hui, elle doit tout assumer : travail, vie de famille, couple, tâches ménagères », déplorent certaines participantes. Comme dans cette publicité avec « SuperCéline » qui a le temps de se faire belle, de travailler, de s’occuper de ses enfants…

sylvie piano
Messages : 1818
Enregistré le : dim. 25 mai, 2014 23:59
Mon piano : Schimmel K230
Localisation : Nantes [44000]
Contact :

Re: Où sont les femmes ?

Message par sylvie piano » jeu. 21 mai, 2015 13:05

Je dis" tout " parce que c'était censé être la collection complète mais pas de certitude évidemment....

Avatar du membre
katy
Messages : 1589
Enregistré le : sam. 04 févr., 2012 20:48
Localisation : Colmar

Re: Où sont les femmes ?

Message par katy » jeu. 21 mai, 2015 17:34

alex2612 a écrit :Lee, la différence entre homme et femmes pianiste existera toujours. Les femmes ont majoritairement de plus petites mains , moins de force physique et un peu moins d'endurance. Au niveau cérébrale de petites différence privilégie la gente masculine pour le clavier. Elles ont donc plus de mérite a accéder au niveau international en exploitant justement cette différence ou en évoluant dans un répertoire qu"elles peuvent s'approprier . Mozart schubert par exemple. Maria pires ou anne queffelec etc... Je pense qu'on rencontrera tout de même plus de pianistes femme qu'il y a trente ou quarante an où mise a part argerich ou postnikova les virtuoses femmes sont rares.
Je ne pense pas que les enfants soient un problème. Soit la carrière est aménagée , soit pas d'enfants,soit les papas modernes . L'égalité c'est cela aussi. Je pense que le métier de concertiste laisse peu de place a une vie de famille équilibré. Hommes et femmes confondus. C'est une passion assez dévorante qui laisse souvent des traces sur la progéniture.
En resumé et desolé si je fais bondir certains . Les pianistes femmes qui peuvent rivaliser avec kissin sont des femmes d''exeption. En revanche on peut trouver bon nombre de pianiste homme qui l'egale ou le surpasse . Je parle pas d'interprétation mais de technique pure. En Revanche si je prend on descend la barre le pourcentage va augmenter.
Il n'y a pas non plus que l'aspect technique .Cortot , par exemple a su développer un touché particulier bien que pas gaté par la nature et a fait une belle carriere.C'est je trouve la beauté dans ce métier. L'emotion et le plaisir partagé ne se mesure pas a la vitesse ou l'endurance et sur ce plan ,les femmes on l'avantage sur nous .
Ne voyez rien de sexiste ou de machiste dans mes propos auquel cas je me serais mal exprimé.
C'est quand même caricatural... Je ne suis peut-être pas du métier mais je vais énormément au concert. Pirès et Queffelec c'est vraiment l'exemple de jeux très "féminins" enfin si peut dire, pas très puissants mais très raffinés. Mais il n'y a pas que ces deux dames et leurs sonates de Mozart.
A 15 ans Grimaud enregistrait la 2ème sonate de Rachmaninoff. A 20 ans Le Guay enregistrait une intégrale des études de Liszt. Je viens d'entendre Lise de la Salle dans une série de concerts, elle a un jeu hyper puissant... Elle joue en ce moment les 4 concertos de Rachmaninoff...Et si on prend la génération d'avant, Engerer... ? Larocha qui reste la référence indétrônable dans Ibéria avec ses petites mains...Il y a beaucoup d'exceptions quand même...
Moi j'aurais quand même tendance à penser que la plus grande différence c'est au niveau des choix de vie... parce que trouver un compagnon qui accepte cela, de vivre dans l'ombre, de s'occuper de la famille, pas évident... Je pense que beaucoup de femmes très douées se font "rattraper" par la vie de famille. Je suis d'accord que ça ne permet pas vraiment une vie de famille heureuse, mais ça c'est au détriment des femmes.

Line-Marie

Re: Où sont les femmes ?

Message par Line-Marie » jeu. 21 mai, 2015 20:36

:D mais nous avons complétement oublié dans notre Palmarès des grandes pianistes: Marie-Catherine GIROD !
ici Florent Schmitt - Valse-Nocturne No. 1
https://youtu.be/jwAQzHi8axc

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 10427
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: Où sont les femmes ?

Message par jean-séb » jeu. 21 mai, 2015 20:52

strumpf a écrit ::D mais nous avons complétement oublié dans notre Palmarès des grandes pianistes: Marie-Catherine GIROD !
ici Florent Schmitt - Valse-Nocturne No. 1
https://youtu.be/jwAQzHi8axc
Ah oui. ET pourtant plusieurs ici la connaissent assez bien !
Cette pièce est enregistrée au Festival de Husum, le festival des raretés musicales. Voilà un festival où il ne me déplairait pas d'aller un jour.
http://www.raritaeten-der-klaviermusik. ... lish.phtml
Mais ce n'est point l'objet de ce fil !

Wandarnok
Messages : 1921
Enregistré le : mar. 24 sept., 2013 12:41

Re: Où sont les femmes ?

Message par Wandarnok » jeu. 21 mai, 2015 22:46

alex2612 a écrit :Lee, la différence entre homme et femmes pianiste existera toujours. Les femmes ont majoritairement de plus petites mains

FAUX

, moins de force physique et un peu moins d'endurance.

FAUX, tu n'as, par exemple, qu'à regarder les dizaines de videos de Lisitsa disponibles (Beethoven, Rachma, Listz...). Deux exemples:
https://www.youtube.com/watch?v=zucBfXpCA6s , et surtout ce Totentanz monstreux:
https://www.youtube.com/watch?v=zGBXA1tBiLw
Pas d'endurance tu dis? :evil:
Tu as vu la vidéo sur les octaves d'Argerich? Ou la danse du feu de Da Falla par de Larrocha?
Et j'en passe...

(Au niveau cérébrale de petites différence privilégie la gente masculine pour le clavier. Elles ont donc plus de mérite a accéder au niveau international en exploitant justement cette différence ou en évoluant dans un répertoire qu"elles peuvent s'approprier . Mozart schubert par exemple. Maria pires ou anne queffelec etc... Je pense qu'on rencontrera tout de même plus de pianistes femme qu'il y a trente ou quarante an où mise a part argerich ou postnikova les virtuoses femmes sont rares.
Je ne pense pas que les enfants soient un problème. Soit la carrière est aménagée , soit pas d'enfants,soit les papas modernes . L'égalité c'est cela aussi. Je pense que le métier de concertiste laisse peu de place a une vie de famille équilibré. Hommes et femmes confondus. C'est une passion assez dévorante qui laisse souvent des traces sur la progéniture.
En resumé et desolé si je fais bondir certains . Les pianistes femmes qui peuvent rivaliser avec kissin sont des femmes d''exeption. En revanche on peut trouver bon nombre de pianiste homme qui l'egale ou le surpasse

Vision de comparaison entre pianistes primaire. Sur quels critères? Sur quel repertoire?

. Je parle pas d'interprétation mais de technique pure.

Pour moi (et pour l'ancienne école russe...), le technique "pure", cela n'existe pas. Bien sur cela se discute, comme souvent ici, mais asséné au coin d'une phrase, c'est simpliste... :shock: :evil:

En Revanche si je prend on descend la barre le pourcentage va augmenter.
Il n'y a pas non plus que l'aspect technique .Cortot , par exemple a su développer un touché particulier bien que pas gaté par la nature et a fait une belle carriere.C'est je trouve la beauté dans ce métier. L'emotion et le plaisir partagé ne se mesure pas a la vitesse ou l'endurance et sur ce plan ,les femmes on l'avantage sur nous .

Ne voyez rien de sexiste ou de machiste dans mes propos auquel cas je me serais mal exprimé.

Bien sur... :evil:

Avatar du membre
alex2612
Messages : 3599
Enregistré le : ven. 23 oct., 2009 11:51
Mon piano : erard 3BIS X2 Pleyel 260 bosendorfer290
Localisation : Saint Petersbourg
Contact :

Re: Où sont les femmes ?

Message par alex2612 » jeu. 21 mai, 2015 23:09

@Wandarnok
Tu as le droit de ne pas être d'accord. Tu prends l'exemple de Valentina et de Alicia qui illustrent tout à fait mes propos. Tu devrais mesurer un peu les tiens peut être. Cela me donnerais peut etre envie de rentrer dans le détails.
L'ancienne école russe? Je ne savais pas qu'il y en avait une nouvelle...Comme tu as l'air tellement au top de l'actualité people piano. inutile de t'abaisser à me répondre.
"heureux ceux qui possèdent la science infuse, le royaume des ignares leur appartient"
Et pour martha tu devrais relire mon post.
Modifié en dernier par alex2612 le jeu. 21 mai, 2015 23:24, modifié 4 fois.

Wandarnok
Messages : 1921
Enregistré le : mar. 24 sept., 2013 12:41

Re: Où sont les femmes ?

Message par Wandarnok » jeu. 21 mai, 2015 23:16

alex2612 a écrit :@Wandernock
Tu as le droit de ne pas être d'accord. Tu prends l'exemple de valentina qui illustre tout a fait mes propos. Tu devrais mesurer un peu les tiens peut être. Cela donnerais peut etre envie de rentrer dans le détails mais le souhaites tu ?.....

Je t'en prie, explique donc ta pensée.
En quoi Lisitsa illustre tes propos?
Parle nous de Valentina Lisitsa en tant que pianiste "femme" (pour moi "pianiste" c'est quasiment asexué, mais bon...). Ou à défaut, juste en tant que pianiste, cela sera déjà pas mal...
8)
Modifié en dernier par Wandarnok le jeu. 21 mai, 2015 23:20, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Val
Messages : 915
Enregistré le : ven. 13 sept., 2013 16:36
Mon piano : Pleyel
Localisation : Île de France

Re: Où sont les femmes ?

Message par Val » jeu. 21 mai, 2015 23:20

De toute façon, la nouvelle génération arrive peu à peu, et on parviendra à l'égalité en douceur ... Inutile de se battre avec tant de vigueur pour quelque chose qui, certes, ne se sera pas produit sans effort, mais se fera sans doute naturellement dans les années et proches décennies à venir.
Πάντα ῥεῖ καὶ οὐδὲν μένει.

Wandarnok
Messages : 1921
Enregistré le : mar. 24 sept., 2013 12:41

Re: Où sont les femmes ?

Message par Wandarnok » jeu. 21 mai, 2015 23:30

alex2612 a écrit :... moins de force physique ...
J'avais manqué celle là, qui meriterait d'ailleurs un sujet en soi dans la rubrique piano.
Pour moi, la "force physique" est d'une utilité marginale au piano.
La souplesse, la bonne gestion du poids et du corps, ont bien plus d'importance.
Au moins l'école française et russe sont d'accord là dessus.
Sans compter tous les ouvrages, toutes les bio par les grands pianistes eux memes, toutes les interviews qui l'explique très bien...
Quelles sont tes sources sur ce sujet, c'est à dire sur la nécessité d'une force physique au piano?
8)
Modifié en dernier par Wandarnok le sam. 23 mai, 2015 0:10, modifié 1 fois.

Avatar du membre
natty_dread78
Messages : 1252
Enregistré le : lun. 07 juin, 2010 14:52
Mon piano : Yamaha C1

Re: Où sont les femmes ?

Message par natty_dread78 » jeu. 21 mai, 2015 23:38

Lee a écrit :même si on débat encore le sujet d'origine comme la réponse de Wandarnok.
C'est vrai, mais j'ai bien peur que ce fil n'ait trop dérapé pour pouvoir repartir sur le sujet originel. On verra bien, on peut toujours essayer de lui faire reprendre le droit chemin.
En raison possible, et pas encore évoquée, j'émettrais donc l'hypothèse que les hommes aiment (ou peut etre, supportent mieux) l'aventure, le risque, la vie de nomade, alors que les femmes préfèrent la stabilité, la sécurité. Ce qui expliquerait qu'il y ait autant, voire plus, de femmes professeurs de piano que d'hommes (il me semble). Ce qui montre bien que ce n'est pas une différence de talent ou de capacités, d'ailleurs.
In piano veritas.

Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Où sont les femmes ?

Message par Lee » jeu. 21 mai, 2015 23:43

natty_dread78 a écrit :
Lee a écrit :C'est remarquable comment ce sujet dérange visiblement bien plus que les autres hors sujet ou détournements innombrables, ou le souhait de l'envoyer ailleurs que la rubrique Piano, même si on débat encore le sujet d'origine comme la réponse de Wandarnok.
Tu te méprends, ca ne me dérange pas du tout. Mais ca n'a aucun lien avec le piano, donc je pense que si ce fil reste ici, il faut arreter ce hors sujet. Ou le bouger en section divers. J'aurais pu dire ca de n'importe quel hors sujet. Mais il se trouve que je suis la en ce moment (ce qui est rare le soir, il est vrai), et je vois ce fil en train de déraper.
On parle là de piano, comme les réponses d'Alex et de Wandarnok. Si on le met ailleurs, je ne comprends plus rien. Je suis désolée, tu as déjà commenté sur les fils avec les hors sujet et détournements sans appeler aux modérateurs de le mettre ailleurs pour qu'on le voie moins. Je ne trouve pas que ça "dérape" vraiment mais je vois qu'un PMiste (qui normalement aime débattre) et puis des autres sont dérangés par ce sujet plus que les autres, c'est tout.
Val a écrit :De toute façon, la nouvelle génération arrive peu à peu, et on parviendra à l'égalité en douceur ... Inutile de se battre avec tant de vigueur pour quelque chose qui, certes, ne se sera pas produit sans effort, mais se fera sans doute naturellement dans les années et proches décennies à venir.

Pas proche, les prognostiques à ce rythme ne donne pas pendant nos espérances de vie.
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington

Avatar du membre
natty_dread78
Messages : 1252
Enregistré le : lun. 07 juin, 2010 14:52
Mon piano : Yamaha C1

Re: Où sont les femmes ?

Message par natty_dread78 » jeu. 21 mai, 2015 23:55

Lee a écrit :On parle là de piano, comme les réponses d'Alex et de Wandarnok. Si on le met ailleurs, je ne comprends plus rien. Je suis désolée, tu as déjà commenté sur les fils avec les hors sujet et détournements sans appeler aux modérateurs de le mettre ailleurs pour qu'on le voie moins. Je ne trouve pas que ça "dérape" vraiment mais je vois qu'un PMiste (qui normalement aime débattre) et puis des autres sont dérangés par ce sujet plus que les autres, c'est tout.
Je te l'ai deja dit, ce sujet ne me dérange pas. Au contraire, ca m'intéresse de parler de la condition féminine. Mais pas ici.
Il est bien possible que j'ai commenté dans d'autres fils hors sujet sans alerter au hors sujet ou appeler à les bouger, mais ils n'avaient pas la mauvaise ambiance qu'il commence à y avoir dans ce fil. Mais c'est vrai qu'en général, j'évite ce genre de fils. Si tu ne me crois pas, tant pis, je n'y reviendrai pas.
C'est dommage que tu te méprennes et prennes mal mon post, alors qu'au contraire, je pense que mon alerte au hors sujet pourrait sauver ton fil qui, si ca continue, sera locké.
In piano veritas.

Avatar du membre
Oupsi
Messages : 4400
Enregistré le : ven. 31 juil., 2009 14:06
Localisation : S.-O.

Re: Où sont les femmes ?

Message par Oupsi » ven. 22 mai, 2015 2:24

En relisant le fil, il y a des petites choses dites en passant qui m'ont paru intéressantes. Par exemple quand Zeb dit que "sans développer et exploiter sa part "féminine", un homme ne pourrait pas vraiment faire de musique".

Je vois la musique comme un monde où le désir de dialogue va si loin dans la subjectivité que les catégories sociales peuvent exploser parfois (même si c'est en toute discrétion et humilité). Bien sûr qu'elles demeurent prégnantes dans la pratique professionnelle comme dans toute organisation sociale où il est question de reconnaissance et des moyens de cette reconnaissance, et bien sûr qu'il y a un grave problème d'égalité, mais si la musique est quelque chose d'aussi libérateur, d'aussi attirant, c'est aussi, entre autres choses, parce qu'elle nous fait un peu sortir d'un cadre social et déterminé. Est-ce une illusion de ma part?

Si nous regardons en nous-mêmes, que pouvons-nous dire de ce qui s'exprime en nous au piano?
Je pense par exemple aux situations de stage, où pendant une semaine ou plus on est entre musiciens. J'éprouve un grand bonheur à sentir que très rapidement les questions d'âge, de sexe, s'effacent. Ou les week-ends Beuvray. Quand je dis que ça s'efface, ce n'est pas que ça disparaît bien sûr, en fait c'est une atténuation, ces catégories deviennent transparentes, comme sur certains ordinateurs où les parties inactives deviennent translucides pour ne pas gêner le regard concentré sur les parties actives.

Comme je l'ai écrit tout au début de ce fil, le monde du piano est peut être celui où j'ai vu le plus d'hommes admirer sincèrement des femmes. Je le redis parce que cela m'a frappée il y a longtemps, cela m'a fait du bien à une période de ma vie, et encore aujourd'hui, à chaque fois que je le constate ça me donne une sorte de joie, comme si ça confirmait qu'il y a dans la musique cette capacité d'admiration, de regard et d'écoute impressionnés, c'est-à-dire captivés par l'impression, dans le sens de quelque chose qui laisse une marque; l'affect puissant que dégage une personnalité musicienne.

Dans une personnalité musicienne, il y a sans doute chez chacun d'entre nous un élément masculin, un élément féminin, en dialogue, en tension aussi parfois. Ne serait-ce que par les voix de la musique, basse, ténor, alto, soprano, qui forment nos accords de quatre notes, et qui abstraitement représentent dans la musique la condition même de cette coexistence, en constante conversation. Il est impossible de faire de la musique sans chercher ces voix, sans les faire résonner par l'instrument, et un peu dans notre pensée aussi.

Une femme qui joue du piano va jouer dans sa vie beaucoup d'oeuvres écrites par des hommes. Ça non plus ce n'est pas rien. Parfois cela me donne le vertige. Se sentir aussi proche, aussi "identifié" à une personnalité dont on croit tout savoir alors qu'on ne sait rien (une forme de savoir sans savoir), avec tout ce que cela suppose dans le jeu, l'investissement émotionnel, physique, et tout cela indépendamment du sexe, de la nationalité, de l'époque, c'est si intense et ça montre tellement à quel point la musique est un langage qui nous sort de toutes les étiquettes et catégories habituelles.

Voilà c'est mon hors sujet du jour ou plutôt de la nuit. :D

Avatar du membre
alex2612
Messages : 3599
Enregistré le : ven. 23 oct., 2009 11:51
Mon piano : erard 3BIS X2 Pleyel 260 bosendorfer290
Localisation : Saint Petersbourg
Contact :

Re: Où sont les femmes ?

Message par alex2612 » ven. 22 mai, 2015 15:24

Bon alors tant mieux mais je préferai préciser les choses quand on emploi un terme fort qu'il ai le même sens pour tout le monde sur ce fil en tout cas. Pour la musique c'est pareil. Un Largo chez haendel n'a pas grand chose avoir avec un largo chez schubert.De même qu'un ritenuto c'est différent qu'un rallentendo lui même différent d'un ritardendo. C'est pour ca qu'on utilise l'italien du reste.
Comme j'ai vu défilé le terme macho et sexiste je tenais a faire cette mise au point. Que l'on joue sur la même partition avec au moins les mêmes signes a la clefs. Ce qu'il laisse déja beaucoup de part a l'interprétation. Voir l'improvisation pour certains. :mrgreen:
Modifié en dernier par alex2612 le ven. 22 mai, 2015 15:37, modifié 1 fois.

Avatar du membre
Lee
Messages : 11346
Enregistré le : lun. 09 sept., 2013 0:09
Mon piano : Pleyel 3bis 1925

Re: Où sont les femmes ?

Message par Lee » ven. 22 mai, 2015 15:29

alex2612 a écrit :De même qu'un ritenuto c'est différent qu'un rallentendo lui même différent d'un ritardendo. C'est pour ca qu'on utilise l'italien du reste.
J'ai déjà posé la question concernant ces termes pour ralentir, je n'avais pas exactement la même réponse d'Okay et Nox.
viewtopic.php?f=1&t=14747&p=234525&hili ... to#p234505
Alors, Alex, je serais intéressée par ton comprehension de ses termes.
“Wrong doesn't become right just because it's accepted by a majority.” - Booker Washington

Répondre