L'enseignement au conservatoire

Théorie, jeu, répertoire, enseignement, partitions

Modérateur : Modérateurs

Répondre
Praeludium
Messages : 681
Enregistré le : sam. 09 mai, 2009 23:32

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Praeludium » ven. 31 août, 2012 15:08

nox a écrit :
(Nem) a écrit :Dans ma petite tête, les conservatoires et les profs devraient donner plus d'outils (kinés, méthode feldenkrais/alexander et compagnie, méthodologie, etc.) aux musiciens et les laisser plus libres. Donc au fond donner plus d'opportunités pour les élèves de développer des choses tout seul en insistant moins dessus, en se contentant d'aider et de contrôler le résultat. Bref, ça va assez loin.
eh ben :| Ca donne pas envie d'être prof.
En tout cas je pense que c'est illusoire de se dire qu'on peut progresser seul techniquement et musicalement. Il ne suffit pas de travailler dans son coin, il faut travailler correctement, évoluer dans le bon sens. Et pour ça il faut avoir du recul sur là où on va, sur le chemin à parcourir.
(Nem) a écrit : Pour l'expression des sentiments, ben c'est un truc que je ne comprends pas trop. C'est une vision un peu romantisée de la musique, je trouve, le fait que l'on mette tout en haut le fait d'exprimer ses sentiments personnels. Que sont mes petits sentiments en face de chefs d'oeuvres éternels ? J'ai tendance à croire (là encore c'est AMHA) que le rôle du musicien c'est plus de produire des sensations, des sentiments forts chez les gens que de se laisser lui même submerger.
Un musicien pour moi c'est plus un éspèce de sorcier qui joue avec les sens des gens, plutôt qu'un type effondré sur son clavier parce que Chopin ça lui fait penser à son petit chien qui vient de mourir.
Donc quand toi tu joues, tu ne ressens rien ?? :|
Tu penses que tu peux induire des sentiments purement à partir de ton intellect, sans passer par tes émotions propres ? "tiens si je joue ça comme ça, d'après mes calculs, ça devrait être tristounet" :mrgreen:
(Nem) a écrit : Ben si par tonal, tu entends musique où l'on utilise des cadences et des fonctions harmoniques, c'est tout ce qu'il y a de plus artificiel et conditionnel.
Oui et non, le système est artificiel, mais la musique exprimée ne l'est pas. Cf la référence de jean-séb plus haut sur l'influence potentielle de la musique classique sur les animaux :mrgreen:
Mais ce dont tu parles (travailler correctement, évoluer dans le bon sens), c'est à ça que je pense que sert le pro ! A accompagner le musicien dans son développement. A avoir une oreille extérieure. A faire prendre du recul. Tout ça c'est essentiel, on est d'accord.


Quand je joue, je ressens tout un tas de truc, mais pas de tritesse ou autre. Je ne pense pas trop à vrai dire, il y a juste la musique quoi. C'est tout. Pour moi c'est assez abstrait, ce sont plutôt des formes, des directions, des énergies, des couleurs, des différentes attaques. Tout un univers, c'est passionant. Mais j'ai beaucoup de mal à penser en terme de sentiment, ou même de mots. C'est totalement abstrait et détaché de la réalité, c'est ce qui est beau je trouve.
Je regardais, avec mes yeux de profane, une exposition sur le renouveau de l'Art au XVIIIème siècle au musée de Besançon, et ce qui m'a fasciné c'était les points de vue (comme une fenêtre sur la perception et aussi la culture, l'époque du peintre), les couleurs, les formes, les jeux de tensions, etc. Pas une seule fois une idée de sentiment ne m'est venue à l'ésprit, pourtant ça m'a beaucoup touché. A la limite, on pourrait parler de superpositions très riches de perceptions, de stimulations et de sentiments, mais c'est assez intraduisible. En musique c'est pareil.
Quel sentiment pour cette pièce ? : http://www.youtube.com/watch?v=IFmwO37IyIo ou celle-ci (rien à voir, 400 ans de différence) http://www.youtube.com/watch?v=I_MmCv08PVE ? (Tristan Murail, Tellur. Puis Gesualdo, O Vos Omnes.) Ca me semblerait terriblement réducteur de mettre des sentiments là dessus. Ca les dépasse et les fait passer pour des simplifications du réel absurdes.


Mais je ne suis pas vraiment du genre calculateur en fait, plutôt l'inverse. Ca m'a demandé des efforts d'arrêter d'apprendre par coeur très vite et d'arrêter aussi de tout (y compris niveau technique) faire à l'intuition à la guitare. Et j'ai encore beaucoup de progrès à faire (normal). Pareil pour la distance que l'on prend à vis à vis de la musique et de l'instrument. D'ailleurs il n'y a rien que je méprise plus que les musiciens qui ont l'air de faire la cuisine ou des mots croisés quand ils jouent une pièce (non seulement au niveau des expressions physiques mais aussi dans la musique où tout est fait avec beaucoup de compétence et... c'est tout).

Je crois que c'est juste un problème de mots et de définitions, en fait, cette discussion.

edit : à nox, vis à vis de Schonberg. Ce que tu dis me fait penser à une citation d'Elliott Carter qui disait, en substance, que Schonberg c'était du Brahms. Il n'a au fond changé que le language harmonique, mais avait une conception très classique du contrepoint, de l'instrumentation, etc. Je précise que je n'ai jamais étudié en détail une partition de Schonberg, j'ai juste écouté quelques trucs, je ne suis pas franchement un expert en la matière.
Tant qu'à faire autant citer Varèse qui est allé plus loin dans la démarche "on repart de zéro" je pense.
Et puis de toute façon, Schonberg, il n'a créé qu'un courant dans la musique du vingtième siècle, qui se caractérise justement par une multitude d'écoles, de courants, de compositeurs détâchés de tout (Cage, Partch, Moondog), etc. Je trouve que c'est assez peu pertinent d'associer Schonberg à toute la musique dîte contemporaine, même si manifestement il a eu un retentissement énorme.

Pareil pour l'atonalité. Je ne sais pas si ça a vraiment déjà voulu dire quelque chose. Messaien (tu connais sans doute 10x mieux que moi), c'est atonal ? Schnittke ? La dichotomie tonale vs. atonale était déjà obsolète à la fin du XIXème siècle avec Liszt et Wagner (sans parler des gens comme Fauré et Dukas, ou Ives) AMHA. Qu'un language soit trop dissonant ou trop mouvant, ou trop saturé pour être agréable, ça n'a pas forcément grand chose à avoir avec le fait qu'il soit atonal en soi, non ?
Scelsi c'est pas franchement super dissonant. Ni tonal.

Mais là je dérape sur un autre débat sur la musique contemporaine. Ceci dit ça a à voir avec l'enseignement en conservatoire qui est resté très pompier (c'est pas une nouveauté en même temps).

Piano83
Messages : 111
Enregistré le : lun. 25 juin, 2012 9:17
Mon piano : Pleyel P190

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Piano83 » ven. 31 août, 2012 16:23

Merci pour ce débat très interessant :)
Je suis au Conservatoire de Toulon, en 4eme annee, 2nd Cycle.
A la fin de l'année, pour rentrer en 3eme cycle, je dois présenter une oeuvre comtemporaine.
Le problème pour moi est que je ne connais strictement rien de la musique contemporaine, je n'en ai jamais écouté et jamais joué. J'ai écouté les oeuvres présentées à l'examen de cette année auquel j'ai pu assisté, et j'ai trouvé ca tres étrange et je dois dire que ca ne m'a pas trop emballeé
Donc je suis décue que nous n'ayons jamais étudié ce genre de musique en solfege et encore plus avec ma prof de piano. (et tous les eleves que je connais sont dans le meme cas que moi. )
Sinon dans l'ensemble, je suis assez satisfaite de la structure du Conservatoire, les examens ont tendance à me motiver pour progresser.

Avatar du membre
bach_addict
Messages : 3261
Enregistré le : lun. 27 déc., 2010 18:46

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par bach_addict » ven. 31 août, 2012 17:27

Je suis ravi qu' il existe des gens pour qui la musique contemporaine est aussi naturelle que celle de Mozart...
Comme quoi à force de snobisme et d auto persuasion on arrive à tout
« L'inconvénient du piano, c'est que chaque bonne note est située entre deux mauvaises. » A.Schnabel

pianocomposer
Messages : 286
Enregistré le : mar. 31 mai, 2011 10:24

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par pianocomposer » ven. 31 août, 2012 17:41

nox a écrit : si tu sais jouer du Chopin tu pourras jouer du Claydermann
à mon avis, clayderman, premier prix de conservatoire de piano à 16 ans, qui sait jouer tant de choses que tu ne sauras jamais jouer, doit rire doucement de toutes tes remarques [-X

benoitpie
Messages : 5
Enregistré le : jeu. 30 août, 2012 9:04
Mon piano : Schimmel K122
Localisation : Metz (57)

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par benoitpie » ven. 31 août, 2012 17:47

pianocomposer a écrit :
nox a écrit : si tu sais jouer du Chopin tu pourras jouer du Claydermann
à mon avis, clayderman, premier prix de conservatoire de piano à 16 ans, qui sait jouer tant de choses que tu ne sauras jamais jouer, doit rire doucement de toutes tes remarques [-X
Il a dit "du Claydermann", pas "comme Claydermann"
Les arrangements de Claydermann pour mettre des grandes oeuvres à la portée des débutants sont surtout faits pour les débutants...
Benoît

Praeludium
Messages : 681
Enregistré le : sam. 09 mai, 2009 23:32

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Praeludium » ven. 31 août, 2012 17:52

bach_addict a écrit :Je suis ravi qu' il existe des gens pour qui la musique contemporaine est aussi naturelle que celle de Mozart...
Comme quoi à force de snobisme et d auto persuasion on arrive à tout
Mais c'est un fait, ce n'est même pas une opinion. Mozart c'est le résultat de plusieurs siècles de culture (par opposition à nature et donc naturel...) et de reflexions/essais successifs de compositeurs, théoriciens, musiciens, etc.
Je ne dis pas que pour moi, Carter est aussi facile à écouter que Mozart, ce n'est pas le cas (je ne pense pas que ce soit le cas pour beaucoup de monde), je dis qu'au fond la seule raison pour que le langage de Mozart me semble plus naturel c'est parce c'est un langage tonal très classique, et que ce langage est utilisé partout, dans les jingles, dans 99% des musiques qu'on nous inflige sur les grands radio, dans le comptines, etc.
Je ne vois pas quel argument on peut bien avoir contre ça ! C'est quand même clair, que la musique de Mozart est purement culturelle, et donc par définition anti-naturelle et non-universelle. Tu n'as qu'à écouter de la musique classique japonaise de la même période, ça n'a rien à voir. De même pour de la musique traditionelle africaine.

Et puis c'est vraiment trop facile de dire que les gens qui écoutent de la musique contemporaine sont des snobs ! Déjà c'est vraiment très vaste. Tu as essayé d'écouter John Adams, dont jean-séb parlait ?
http://www.youtube.com/watch?v=Pi4A9bPDvTc Tu trouves ça élitiste ?
Et ça : http://www.youtube.com/watch?v=nP5__SSf3dk ?

Ces deux pièces sont de la musique contemporaine et sont beaucoup plus accessible qu'une fugue de Bach. Vraiment beaucoup.

Avatar du membre
jean-séb
Messages : 10153
Enregistré le : lun. 16 oct., 2006 20:36
Mon piano : Yamaha C3
Localisation : Paris

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par jean-séb » ven. 31 août, 2012 18:02

(Nem) a écrit :je dis qu'au fond la seule raison pour que le langage de Mozart me semble plus naturel c'est parce c'est un langage tonal très classique, et que ce langage est utilisé partout, dans les jingles, dans 99% des musiques qu'on nous inflige sur les grands radio, dans le comptines, etc.
Je ne vois pas quel argument on peut bien avoir contre ça ! C'est quand même clair, que la musique de Mozart est purement culturelle, et donc par définition anti-naturelle et non-universelle. Tu n'as qu'à écouter de la musique classique japonaise de la même période, ça n'a rien à voir. De même pour de la musique traditionelle africaine.
C'est aussi comme ça que je vois les choses. Du reste, en pays arabe près de gens qui n'avaient pas du tout été confrontés à la musique classique occidentale (mais qui pourtant avaient quand même été un peu frottés de musique de variétés internationale qui utilise partiellement le même langage), j'ai fait l'expérience que Mozart pouvait ne pas être apprécié du tout et leur paraître un "cassement d'oreilles".

Nem, je ne connaissais pas la pièce de Thomas Adès ; quelle beauté, assez proche de l'adagio de Barber. Merci.

nox
Messages : 7512
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par nox » ven. 31 août, 2012 18:25

pianocomposer a écrit : à mon avis, clayderman, premier prix de conservatoire de piano à 16 ans, qui sait jouer tant de choses que tu ne sauras jamais jouer, doit rire doucement de toutes tes remarques [-X
Tout comme je ris doucement des tiennes :)

1/ Participer à cette discussion uniquement pour dire ça ça n'est vraiment pas très subtil :|
2/ On en a déjà discuté par ailleurs. On ne sait pas vraiment s'il est premier prix de CNSM à 16 ans. Premier prix de conservatoire à 16 ans ça veut dire tout et n'importe quoi. Moi aussi je suis premier prix de conservatoire à 16 ans (ou 17, je sais plus)...Mais de toute façon :
3/ Je ne critiquais pas le jeu de Clayderman, mais ses "compositions" (qui ne sont même pas de lui d'ailleurs), c'est à dire les oeuvres qui l'ont rendues célèbres, et qui sont très jolies mais tout à fait triviales musicalement et techniquement. C'était une simple extrapolation.

Pour la musique contemporaine, encore une fois, jean-séb l'a dit et je l'avais aussi déjà constaté, les animaux apprécient Mozart et Chopin, on envoie Bach et Beethoven dans l'espace, et je pense qu'on peut trouver pléthore d'autres exemples prouvant que Mozart est naturellement mieux perçu que Stockhausen, même sans avoir été éduqué au préalable (sauf si vous m'expliquez l'éducation musicale d'une vache :mrgreen: ou de mon chat). Je ne sais pas trop quoi taper dans google pour trouver ça, je m'y attèlerai un jour, mais pas maintenant :)
C'est comme si vous disiez Picasso c'est naturellement aussi bien perçu que Michel-Ange :|

Mais quelque soit la raison, l'oreille n'est pas habituée à la musique contemporaine (nous sommes d'accord là dessus je crois, nous différons juste sur le point inné ou pas inné), et il est donc normal qu'elle ne soit pas étudiée aussi tôt que le reste du répertoire.

Avatar du membre
QuartDîner
Messages : 368
Enregistré le : jeu. 24 mai, 2012 0:56
Mon piano : Yamaha P-60 (je cherche à en changer)

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par QuartDîner » ven. 31 août, 2012 19:50

nox a écrit :C'est comme si vous disiez Picasso c'est naturellement aussi bien perçu que Michel-Ange :|
Je n'ai aucun goût pour la peinture ou le dessin, je ne sais pas dessiner. Donc j'imagine que quand j'avais trois ans, je kiffais plus Picasso en qui je devais reconnaître un poteau que Michel-Ange :mrgreen:
Je suis étudiant. Vous m'aideriez en corrigeant sans négligence les inexactitudes de ce message.

Avatar du membre
bach_addict
Messages : 3261
Enregistré le : lun. 27 déc., 2010 18:46

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par bach_addict » ven. 31 août, 2012 20:09

Quant aux références aux musiques traditionnelles japonaises, africaines, ar abes, etc ça me semble un artifice rhétorique fort commode quand on a envie de sortir du cadre de référence applicable au conservatoire , qui a voation à transmettre une musique d inspiration européenne pour un instrument donné, ici le piano.
Cet instrument étant étranger aux musiQues du monde sus citees, elles sont hors de propos quand on prétend porter un jugement sur le répertoire du conservatoire, non?
J apprends aussi que notre oreille serait programmee à aimer Mozart à cause du caractère très tonal des bruitages divers de la vie moderne...je préfère en sourire...si ça fait plaisir de penser cela aptes tout...tant qu'ils n essayent pas de nous reeduquer l oreille en nous faisant écouter du boulez sous la contrainte...
« L'inconvénient du piano, c'est que chaque bonne note est située entre deux mauvaises. » A.Schnabel

Avatar du membre
Lavie
Messages : 844
Enregistré le : mar. 25 mai, 2010 16:39

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Lavie » ven. 31 août, 2012 20:25

QuartDîner a écrit :
nox a écrit :C'est comme si vous disiez Picasso c'est naturellement aussi bien perçu que Michel-Ange :|
Je n'ai aucun goût pour la peinture ou le dessin, je ne sais pas dessiner. Donc j'imagine que quand j'avais trois ans, je kiffais plus Picasso en qui je devais reconnaître un poteau que Michel-Ange :mrgreen:
Et Picasso s'inspirant très largement de l'art africain, on peut penser que pour un Africain ça lui parlera effectivement plus que Michel-Ange qui demeure très obscur si on a pas le "texte" qui vient avec (en particulier tout l'héritage religieux). :wink:
"Le piano numérique vient du piano acoustique, et mène à lui..."
DFU

Line-Marie

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Line-Marie » ven. 31 août, 2012 20:26

j"ai passé dans ma lointaine jeunesse un certain nombres d'années dans un conservatoire régional et mon prof m'a appris à aimer beaucoup de musiques mais en particulier Debussy, Fauré, Poulenc, Bartok, Honneger... et puis plein de russes: Kabalevski, Moskowski, Katchatorian et j'en passe et des meilleurs, et maintenant c'est cette musique qui m'interpelle , beaucoup plus que Beethoven ou Mozart.
J'ai aimé Mozart à travers ses opéras et non pas avec sa musique écrite pour le pianoforte.
je suis venue à Chopin (oui oui j'avais étudié la fantaisie impromptue et quelques préludes et puis des nocturnes, des études...) c'est à dire j'ai vraiment compris cette musique sublime qu'à écrite Chopin que tardivement....
et j'aime particulièrement la musique espagnole et sud-américaine et puis beaucoup Bernstein... et Messiaen !

nox
Messages : 7512
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par nox » sam. 01 sept., 2012 11:42

Non mais sans rire, c'est pénible, relisez la discussion svp :| Vous parlez de "comprendre" Chopin ou Michel-Ange.

Encore une fois, comprendre et apprécier sont deux choses distinctes. Pas besoin de comprendre Mozart, Chopin ou Michel-Ange pour trouver ça joli, ou plutôt pour employer un terme plus précis HARMONIEUX.
Il y a des formes et des couleurs plus adaptés à notre manière de voir le monde, il y a des sons naturellement plus agréables à entendre pour nous. Et ça, c'est scientifique, physique ! Pourquoi a-t-on d'abord utilisé uniquement l'octave, la quarte et la quinte ? Pourquoi a-t-on ensuite ajouté la tierce et la sixte, mais beaucoup moins la seconde ou la septième ? etc...
Pour apprécier, nous avons besoin de ne pas être perdus. Dans Michel-Ange, notre œil regarde des choses qu'il connait, des choses qu'il sait juger. Dans l'art contemporain non, on est un peu perdu, et il faut un travail minimum pour se dire "qu'est ce que je regarde/écoute en fait ?".
Et c'est pareil dans la musique, notre oreille a besoin d'une mélodie à laquelle se raccrocher, elle a besoin de pouvoir suivre quelque chose, comme un fil d'ariane dans le labyrinthe harmonique. Et ca n'est pas une question d'être formatés, c'est logique et naturel, l'homme est ainsi fait.

De toute façon pour revenir au sujet initial :
Mais quelque soit la raison, l'oreille n'est pas habituée à la musique contemporaine (nous sommes d'accord là dessus je crois, nous différons juste sur le point inné ou pas inné), et il est donc normal qu'elle ne soit pas étudiée aussi tôt que le reste du répertoire.

Avatar du membre
Merlin
Messages : 168
Enregistré le : ven. 31 août, 2012 18:58
Localisation : Entre Losse-en-Gelaisse et Saint-Gapour

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par Merlin » sam. 01 sept., 2012 11:59

J'ai déjà participé à tellement d'échanges de ce genre ...... "La musique classique, c'est 'naturel' (ou 'scientifique', ou 'physique' voire ...'biologique')" => alors qu'il n'y a rien de plus arbitraire et normatif que le système tempéré. "Mozart, Beethoven sont plus accessibles que le contemporains" => bon, mais ceux-là étaient quand même contemporains de leurs ....contemporains, non ? Et Bach était considéré par beaucoup d'eux comme un ringard rébarbatif et Beethoven souvent trop difficile.
Y-a-t-il une chance d'aboutir à une conclusion sur ces échanges ? [-o< Sans doute pas.
Amitiés.
-------------------
Merlin
Image
Amitiés.
Merlin

Avatar du membre
bach_addict
Messages : 3261
Enregistré le : lun. 27 déc., 2010 18:46

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par bach_addict » sam. 01 sept., 2012 12:30

Si vous n aimez pas recevoir des baffes dans la figure, ou si vous n appréciez pas qu' on s adresse à vous en hurlant , ce n'est pas, il me semble, à cause du formatage de la société, mais plutôt parceque votre corps est conçu d une certaine manière. En musique, il est évident pour bcp, mais on s est amusé à le démontrer expérimentalement, car on a de l argent à dépenser en excès, que les intervalles consonnants évoquent plutôt du plaisir à l oreille humaine, quand les intervalles dissonnants évoquent plutôt l inverse. Des lors, il est improbable que 30 minutes de sons dissonnants à 95% arrivent à provoQuer un plaisir d ordre musical. Je ne nie pas qu en sortant on puisse être soulagé que ce soit fini, d ou plaisir, et content d appartenir au petit monde des avant gardistes en quête de dépassement, d ou également plaisir d être soi :)
« L'inconvénient du piano, c'est que chaque bonne note est située entre deux mauvaises. » A.Schnabel

Avatar du membre
QuartDîner
Messages : 368
Enregistré le : jeu. 24 mai, 2012 0:56
Mon piano : Yamaha P-60 (je cherche à en changer)

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par QuartDîner » sam. 01 sept., 2012 12:34

bach_addict a écrit :Je ne nie pas qu en sortant on puisse être soulagé que ce soit fini, d ou plaisir, et content d appartenir au petit monde des avant gardistes en quête de dépassement, d ou également plaisir d être soi :)
Euh ! :shock: C'est hétérodoxe comme appréciation du plaisir provoqué par la musique contemporaine :wink:
Je suis étudiant. Vous m'aideriez en corrigeant sans négligence les inexactitudes de ce message.

Avatar du membre
bach_addict
Messages : 3261
Enregistré le : lun. 27 déc., 2010 18:46

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par bach_addict » sam. 01 sept., 2012 12:36

Le débat sur le répertoire enseigne au conservatoire m importe peu, car je suis un réactionnaire droitier crypto fasciste bien sur, mais sur le mode d enseignement en revanche , j'ai constaté un certain taux de dégoût de l instrument pour ceux qui n ont pas réussi à suivre le rythme.
Je ne peux que trouver un peu dommage cet état des choses. Pour ceux qui y ont été, avez vous aussi constaté cela? Regrettez vous une certaine ambiance ou pas du tout?
« L'inconvénient du piano, c'est que chaque bonne note est située entre deux mauvaises. » A.Schnabel

nox
Messages : 7512
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par nox » sam. 01 sept., 2012 12:39

Merlin a écrit :J'ai déjà participé à tellement d'échanges de ce genre ...... "La musique classique, c'est 'naturel' (ou 'scientifique', ou 'physique' voire ...'biologique')" => alors qu'il n'y a rien de plus arbitraire et normatif que le système tempéré. "Mozart, Beethoven sont plus accessibles que le contemporains" => bon, mais ceux-là étaient quand même contemporains de leurs ....contemporains, non ? Et Bach était considéré par beaucoup d'eux comme un ringard rébarbatif et Beethoven souvent trop difficile.
Y-a-t-il une chance d'aboutir à une conclusion sur ces échanges ? [-o< Sans doute pas.
Amitiés.
-------------------
Merlin
Image
- Qui parle de système tempéré ? Si tu écoutes du classique avec un tempérament inégal tu ne t'en rendras sûrement même pas compte. Ne confonds-tu pas avec système "tonal" ?
- Le terme "contemporain", c'est le terme consacré pour désigner la musique atonale depuis le début du XXème siècle d'une manière générale. Ne jouons pas sur les mots
- Mozart n'a jamais été jugé cacophonique par le public de l'époque
- Bach n'a jamais été considéré comme un ringard rébarbatif à ma connaissance. Il a toujours suscité l'admiration, tant à son époque que lors de sa "redécouverte" au XIXème siècle
- Beaucoup d’œuvres de Beethoven ont été effectivement décriées, mais la 9ème symphonie par exemple a été un triomphe dès sa première exécution
Modifié en dernier par nox le sam. 01 sept., 2012 12:42, modifié 1 fois.

nox
Messages : 7512
Enregistré le : jeu. 17 mai, 2007 22:22

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par nox » sam. 01 sept., 2012 12:41

bach_addict a écrit :sur le mode d enseignement en revanche , j'ai constaté un certain taux de dégoût de l instrument pour ceux qui n ont pas réussi à suivre le rythme.
Je ne peux que trouver un peu dommage cet état des choses. Pour ceux qui y ont été, avez vous aussi constaté cela? Regrettez vous une certaine ambiance ou pas du tout?
Moi non, mais je n'avais pas de mal à suivre. Après je pense que comme dans tout domaine, il y a de bons pédagogues et de moins bons. Je ne suis pas sûr que le système y soit vraiment pour quelque chose.

Avatar du membre
QuartDîner
Messages : 368
Enregistré le : jeu. 24 mai, 2012 0:56
Mon piano : Yamaha P-60 (je cherche à en changer)

Re: L'enseignement au conservatoire

Message par QuartDîner » sam. 01 sept., 2012 12:49

bach_addict a écrit :J'ai constaté un certain taux de dégoût de l instrument pour ceux qui n ont pas réussi à suivre le rythme.
J'ai pris une bâche à un exam l'année dernière. C'est public, ce sont deux mois de travail qui partent en fumée, un parcours musical qui s'effondre… ça m'a laissé dans un état moribond un week-end durant lequel je n'ai ni écouté ni pratiqué de musique, mais après je m'y suis remis et je m'en suis remis.

C'est juste une énorme paire de baffes pour l'égo, c'est le genre de truc qui passe assez vite. Et on s'aperçoit que le « parcours musical » sus-mentionné est bidon : ce n'est pas l'élément principal de son existence (et si ça l'est, peut-être que ça confine plus à une bête à concours pervertie ou frustrée qu'à un réel besoin de musique).

Maintenant je peux même presque dire que ça m'a été bénéfique. Je continue les cours, et je sais quoi faire pour ne plus me confronter à cette délicate expérience.
Je suis étudiant. Vous m'aideriez en corrigeant sans négligence les inexactitudes de ce message.

Répondre